En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

eau

EAU

nom féminin (pluriel Eaux).
xie siècle, egua et ewe. Du latin aqua. Devenu au xiie siècle aive, aigue (voir Aiguière), eve (voir Évier), puis eaue (xiiie siècle) dont l’e final a disparu au xvie siècle.
I.
I. Liquide transparent, incolore, inodore et sans saveur lorsqu’il est à l’état pur.
physique et cosmologie anciennes. Un des éléments de la nature. Dans la conception aristotélicienne, l’eau, caractérisée comme froide et humide, était l’un des quatre éléments composant les corps. Expr. fig. En parlant de deux personnes. Être comme l’eau et le feu (vieilli), avoir des tempéraments opposés.
▪ Spécialement. écriture sainte. Eaux supérieures, dans le récit de la Genèse, eaux situées au-dessus du firmament. – chimie moderne. Corps formé d’un atome d’oxygène et de deux atomes d’hydrogène, de formule H2O.
II.
II. Ce liquide dans la nature.
1. L’eau des réservoirs naturels ; l’eau en circulation. Eau de mer. Eau de source, eau souterraine. Eau de roche, eau de source très limpide. L’eau d’un étang, d’un ruisseau. Cours d’eau, rivière, fleuve. Chute d’eau, qui marque une forte dénivellation dans le trajet d’un torrent, d’une rivière ; cascade. Eau courante, eau en circulation. Eau vive, eau d’une grande pureté, ayant un débit rapide. Eau dormante, eau stagnante, eau morte, eau qui ne s’écoule pas. Une eau marécageuse, vaseuse, croupie. Eau claire, limpide, par opposition à Eau trouble. Eau douce, eau des rivières, par opposition à l’eau salée de la mer. Expr. Faire eau, s’emploie en parlant d’un navire dont la coque présente des ouvertures accidentelles, dites Voies d’eau.
▪ Par métonymie, employé sans déterminant. Rivière, fleuve, lac, mer ou zone maritime. Le bord de l’eau. Aller au bord de l’eau. Passer, traverser l’eau (vieilli), franchir une rivière, un lac. De l’autre côté de l’eau. Naviguer au fil de l’eau, en suivant le courant. Aller au fond de l’eau. Revenir sur l’eau, à la surface de l’eau. À fleur d’eau, à hauteur de la surface d’une étendue d’eau. Mettre un navire à l’eau, le lancer. Spécialement. Plante d’eau, ver d’eau, poule d’eau, etc., espèces végétales et animales qui vivent près de l’eau ou dans l’eau des rivières, des étangs, des mares. Vert d’eau, couleur vert clair.
2. L’eau des phénomènes atmosphériques. Eau de pluie, eau du ciel. Trombe d’eau. Flaque d’eau. Goutte d’eau. Par métonymie. Pluie. Il est tombé beaucoup d’eau. Le temps est à l’eau, il risque de pleuvoir. Fam. Des chaussures qui prennent l’eau, qui ne sont pas imperméables. Spécialement. Être hors d’eau, en parlant d’un bâtiment, être suffisamment couvert et fermé pour se trouver à l’abri des intempéries. Mettre un immeuble hors d’eau. Mise hors d’eau. étape de la construction ou de la réfection d’un immeuble.
3. Pluriel collectif. Les eaux du Déluge. Moïse fut sauvé des eaux. Le niveau des eaux. La montée des eaux, la crue d’un fleuve. Hautes eaux, basses eaux, niveau d’une rivière ; marée haute, marée basse. Eaux mères, eau restant dans les bassins des marais salants lorsque la plus grande partie du sel a cristallisé et s’est déposée. L’administration des Eaux et Forêts, nom naguère donné aux services publics français chargés de la conservation et de l’exploitation des forêts domaniales. L’École nationale des eaux et forêts. droit. Eaux territoriales, zone maritime adjacente aux côtes, sur laquelle l’État riverain exerce sa souveraineté (on dit aussi Mer territoriale, par opposition à Haute mer). Eaux françaises, britanniques. – marine. Les eaux d’un navire, son sillage.
4.  Expr. fig. Être clair comme de l’eau de roche, être évident, incontestable. Pêcher en eau trouble, faire son profit d’une situation confuse. Marin d’eau douce, marin peu expérimenté qui se donne des allures de loup de mer. Se jeter à l’eau, s’engager dans une action avec résolution. Tomber, être à l’eau, en parlant d’une entreprise, d’un projet, échouer. Naviguer, être dans les eaux de quelqu’un, être de son parti, le suivre dans ses opinions. Naviguer entre deux eaux ou, plus couramment, nager entre deux eaux, manœuvrer entre deux courants contraires, ménager habilement deux partis, sans se déclarer pour aucun. Être comme un poisson dans l’eau, être tout à fait à l’aise. Être, rester le bec dans l’eau, voir Bec. C’est un coup d’épée dans l’eau, c’est un acte sans aucune efficacité. Battre l’eau avec un bâton, voir Battre. Porter, apporter de l’eau à la mer, à la rivière, faire quelque chose d’absolument inutile. Ne pas trouver d’eau à la rivière, ne pas trouver ce qui est facilement accessible. Depuis cette date, il a passé beaucoup d’eau sous les ponts, beaucoup d’évènements se sont produits, beaucoup de choses ont changé. D’ici là, il passera de l’eau, beaucoup d’eau sous les ponts, cela n’arrivera pas de sitôt ou même n’arrivera jamais. Se ressembler comme deux gouttes d’eau, en parlant de deux personnes, présenter de frappantes similitudes physiques ou morales. C’est une goutte d’eau dans la mer, ce n’est rien en comparaison des besoins. C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase, se dit d’un acte ou d’une circonstance qui suffit à rendre insupportable une situation jusque-là tolérée, à provoquer brusquement colère ou révolte chez qui s’était longtemps contenu ou soumis. Fam. Être dans les mêmes eaux, en parlant de deux ou plusieurs choses, avoir une valeur comparable.
▪  Prov. L’eau va à la rivière, les richesses vont à ceux qui sont déjà riches. Il n’est pire eau que l’eau qui dort, voir Dormir I.
III.
III. L’eau considérée dans ses divers usages.
1.  L’eau dans certains usages rituels, comme symbole de vie ou de purification. Antiquité romaine. Eau lustrale, eau dont on se servait, à Rome, pour faire les lustrations, en particulier au cours de la cérémonie qui suivait le recensement quinquennal. – liturgie chrétienne. Eau bénite, voir Bénit. Eau baptismale, eau qui reçoit une préparation sacrale en vue du baptême.
2.  L’eau en tant que boisson. Eau potable. Eau de source. Eau de puits. Eau minérale, eau contenant des sels minéraux qui possèdent des qualités thérapeutiques. Eau gazeuse, eau pétillante, eau de Seltz, qui contient du gaz carbonique. Eau plate, eau non gazeuse. Eau rougie, eau mêlée d’un peu de vin. Un buveur d’eau, voir Buveur.
▪ Expr. Être au pain et à l’eau, ne recevoir que du pain et de l’eau pour toute nourriture. Fig. Mettre de l’eau dans son vin, modérer ses exigences, montrer moins d’intransigeance. Se noyer dans un verre d’eau, s’embarrasser dans les plus petites circonstances, se créer des difficultés illusoires. Une tempête dans un verre d’eau, une agitation ou un conflit pour un sujet d’infime importance. Vivre d’amour et d’eau fraîche, mettre dans sa vie sentimentale un idéalisme naïf, en négligeant les contingences matérielles.
▪  Prov. Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse, voir Cruche.
▪ histoire. Question de l’eau, par l’eau, sous l’Ancien Régime, mode de torture qui consistait à faire boire de force à l’accusé ou au condamné de grandes quantités d’eau.
3.  L’eau dans ses usages culinaires. Des légumes cuits à l’eau. Spécialement. Eau de riz, dans laquelle on a fait cuire cet aliment. Eau d’orge, eau de poulet. Eau de boudin, voir Boudin.
4.  L’eau dans son usage médical. Eau thermale, eau dont la température à la source est élevée et à laquelle on reconnaît des propriétés curatives. Au pluriel. Eaux chaudes. Eaux froides. Eaux ferrugineuses, sulfureuses. Prendre les eaux, faire une cure, en buvant l’eau d’une source médicinale ou encore en s’y baignant. Les eaux de Bourbonne, de Vichy. Ville d’eaux, ville de cure. Par métonymie. Lieu, station où l’on va faire une cure. Aller aux eaux, revenir des eaux.
5.  L’eau employée à des fins domestiques. Eau courante, eau distribuée à l’intérieur d’un bâtiment. Une installation de fortune sans eau courante. Eau chaude, eau froide. Château d’eau, voir Château. Laver à grande eau, en employant généreusement l’eau. Eau savonneuse. Eau de vaisselle. Au pluriel. Eaux grasses, eaux chargées de résidus alimentaires, autrefois utilisées pour nourrir les porcs. Eaux usées, eaux souillées par l’usage. Eaux polluées. Eaux épurées. Écoulement des eaux. Dégât des eaux, dommage consécutif à une fuite d’eau, à une inondation.
▪  Prov. Chat échaudé craint l’eau froide, voir Chat.
6.  L’eau dans ses usages techniques. Peinture à l’eau, dont les couleurs sont diluées à l’eau, par opposition à Peinture à l’huile. Loc. À eau, qui utilise l’eau, qui fonctionne avec de l’eau. Radiateur à eau. Moulin à eau, moulin dont la roue est mise en mouvement par le courant d’une rivière. Expr. fig. Amener de l’eau au moulin de quelqu’un, lui fournir, volontairement ou non, des arguments propres à faire valoir son point de vue.
7.  L’eau utilisée à des fins d’agrément, d’ornementation. Pièce d’eau, plan d’eau, bassin artificiel ou étang, dans un jardin, un parc. Jet d’eau, gerbe d’eau verticale disposée pour ajouter à l’agrément d’un bassin. Grandes eaux, ensemble imposant de jets d’eau qui fonctionnent simultanément dans un parc.
IV.
IV. Pour désigner différents liquides.
1. Sécrétion du corps humain. Sueur. Être en eau, avoir transpiré. Suer sang et eau (fig.), prendre beaucoup de peine. Salive. Avoir, faire venir l’eau à la bouche, voir Bouche. Larmes. Fondre, se fondre en eau, pleurer à chaudes larmes. Urine. Lâcher de l’eau (pop.). Liquide amniotique. Poche des eaux. Perdre les eaux avant d’accoucher. Sérosité. Une ampoule pleine d’eau.
2. Suc de certains fruits. Des prunes gorgées d’eau.
3. Solution aqueuse. chimie. pharmacie. Eau distillée aromatique, solution contenant les principes volatils d’une plante. Eau de chaux. Eau de chlore. Eau de Javel, solution d’hypochlorite de sodium et de chlorure de sodium, aux propriétés désinfectantes et détergentes très actives. Eau oxygénée, solution de peroxyde d’hydrogène de formule H2O2, ayant à la fois un usage médical, en raison de ses propriétés antiseptiques et hémostatiques, et des utilisations techniques liées à sa vertu décolorante. Par extension. Eau régale, mélange d’acide chlorhydrique et d’acide nitrique concentrés, qui dissout l’or et le platine. – parfumerie. Eau de rose, préparation aqueuse d’essence de rose. Loc. fig. À l’eau de rose, se dit d’un ouvrage qui présente un caractère de mièvrerie sentimentale. Un roman à l’eau de rose.
4. Solution à base d’alcool. Pour désigner diverses boissons. Eau de groseille, eau de noix. parfumerie. Eau de toilette, solution alcoolique parfumée, utilisée pour l’hygiène du corps. Eau de Cologne, variété d’eau de toilette, d’usage très répandu, qui contient principalement des extraits de bergamote et de citron, et qui, au xviiie siècle, était fabriquée à Cologne. Eau de senteur. Eau de lavande.
5.  Spécialement. Eau lourde, composé formé d’oxygène et de deutérium de formule D2O, analogue à l’eau, mais d’une densité supérieure. L’eau lourde, présente en faible quantité dans l’eau naturelle, est utilisée dans certains réacteurs atomiques. histoire. Bataille de l’eau lourde, pendant la Seconde Guerre mondiale, série d’opérations de commandos qui permit aux Alliés de s’assurer la possession de ce produit et d’en priver l’Allemagne.
V.
V. Par analogie.
Pureté, éclat d’une pierre précieuse, d’une perle. Un diamant de la première eau, de la plus belle eau. Expr. fig. De la plus belle eau, d’exceptionnelle qualité. Souvent iron. Une sottise de la plus belle eau.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.