En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

bec

BEC

nom masculin
xiie siècle. Du latin beccus, « bec d’oiseau », d’origine gauloise.
1. Ensemble des deux mandibules dures et cornées qui protègent la bouche des oiseaux. Un bec court. Le héron a un long bec droit. Les canards ont un bec aplati. L’oisillon ouvre le bec pour recevoir sa nourriture. Donner des coups de bec. Les coqs se battent à coups de bec et d’ergots. Le bec crochu de l’aigle. Par analogie. Le bec de la tortue, de l’ornithorynque. Le bec carré du charançon, de la sauterelle.
2.  Fam. Bouche de l’être humain. Ouvre le bec. Avoir la cigarette au bec. Il est toujours avec la pipe au bec.
▪ Expr. Avoir le bec fin et, par métonymie, être un bec fin, un fin bec, être un fin gourmet. Se rincer le bec (vieilli), bien boire. Claquer du bec, ne pas manger à sa faim. Ouvrir le bec, se mettre à parler. Tu ouvriras le bec quand on t’y invitera. Avoir le bec bien affilé, avoir bon bec, parler, répondre avec promptitude et facilité, et même avec quelque malice. Fermer, clore le bec à quelqu’un, le contraindre à se taire. Clouer le bec à quelqu’un, lui imposer silence par un argument irréfutable.
▪ Expr. fig. Se prendre de bec avec quelqu’un, se quereller, avoir un démêlé avec lui. Prise de bec, dispute, altercation. Se défendre bec et ongles, âprement. Avoir bon bec, être pourvu des moyens de se défendre et savoir en user. Tenir quelqu’un le bec dans l’eau, le laisser dans l’attente de quelque chose qu’on lui fait espérer ; le tenir dans l’incertitude, en ne lui donnant pas de réponse positive. Être, rester, se trouver le bec dans l’eau, déconfit, déçu. Donner un coup de bec piquant, lancer un trait inspiré par la médisance. Le bec enfariné, voir Enfariné. Causer bec à bec (vieilli), tête à tête.
▪  Prov. Il n’est bon bec que de Paris, les Parisiens ont la repartie facile.
3.  Par analogie. Partie d’un récipient qui permet de verser le liquide qu’il contient ; extrémité en pointe d’un objet, d’un outil. Le bec d’une théière, d’un vase. Le bec d’un alambic, d’une aiguière, d’une cruche. Le bec verseur d’une casserole. Le bec d’une selle de bicyclette. Un bec de plume à écrire. Le bec d’un burin. Bec-d’âne (vieilli) ou Bédane, Bec-de-cane, Bec-de-corbin, voir ces mots. musique. Embouchure effilée de certains instruments à vent. Le bec d’une clarinette, d’un hautbois. Une flûte à bec. – technique. Orifice étroit par où arrive un gaz. Bec de gaz. Bec d’une lampe à acétylène. Par métonymie. Bec de gaz (vieilli), lampadaire d’éclairage urbain alimenté au gaz. Expr. pop. Tomber sur un bec, se heurter à un obstacle imprévu. – géographie. Langue de terre qui s’allonge entre deux cours d’eau à leur confluent. Le bec d’Ambès. Le bec d’Allier. – architecture. Pierre placée à l’extrémité des piles d’un pont pour briser la violence du courant. L’avant-bec des piles d’un pont.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.