En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

battre

BATTRE

conjugaison verbe transitif et intransitif (je bats, nous battons ; je battais, nous battions ; je battis ; je battrai ; je battrais ; bats, battons ; que je batte ; que je battisse ; battant ; battu).
xie siècle. Emprunté du latin battere, forme populaire de battuere, « battre, écraser dans un mortier ; frapper le visage de quelqu’un ».
I.
I. Verbe transitif.
A.  Avec un nom d’être vivant pour complément d’objet.
1. Frapper de coups répétés, le plus souvent pour faire mal. Battre un homme. On l’a battu à coups de poing, à coups de pied. Battre un chien, un âne à coups de bâton. Battre jusqu’au sang. Ses agresseurs l’ont battu à mort. On dit qu’il bat ses enfants. Expr. fig. Donner des verges pour se faire battre, fournir à l’adversaire des arguments qu’on risque de voir se retourner contre soi. Battre un homme à terre, accabler quelqu’un qui n’a plus la force de se défendre.
▪ Pron. réciproque. Se battre, échanger des coups ; lutter physiquement. Les enfants se battaient dans la cour de récréation. Séparer des chiens qui se battent. Ne vous battez pas pour si peu. Se battre comme des chiens, comme des chiffonniers, avec violence. Expr. fig. Faire se battre ou, intransitivement, faire battre des montagnes, par sa médisance, semer la discorde autour de soi.
▪ Pron. réfléchi. Frapper son propre corps ou une partie de son corps. Le lion se bat les flancs avec sa queue. Fig. et fam. Se battre les flancs, s’agiter sans résultat ou chercher à sortir de son désœuvrement. Il se bat les flancs pour trouver une solution. Pop. Je m’en bats l’œil, je m’en moque, je m’en fiche. Par exagération. Fam. Je me battrais, je me serais battu, se dit pour traduire le dépit, le regret qu’on éprouve d’avoir commis une sottise. J’ai égaré ce document important, je me battrais. Quand j’ai compris ma bévue, je me serais battu. Se battre la poitrine, en signe de contrition et, fig., reconnaître sa faute, ses torts. Par métonymie. Battre sa coulpe, voir Coulpe.
2. Vaincre par les armes et, par analogie, dominer, l’emporter sur. Battre une armée. Battre l’ennemi en rase campagne. Hannibal battit Paul Émile à Cannes. Les troupes françaises furent battues à Pavie. Il a battu son concurrent aux dernières élections. Notre équipe a battu l’équipe adverse. Ils ont été battus à plate couture. Par métonymie. Battre un record.
▪ Pron. Se battre, combattre. Nos soldats se sont battus avec courage. Se battre avec, contre un ennemi supérieur en nombre. Ils se sont battus en duel. Fig. Ils se battent pour la première place. Ces entreprises se battent pour obtenir un marché. Se battre contre la maladie, contre l’adversité. Se battre pour un monde meilleur. Se battre contre l’injustice, contre les abus. Il s’est battu toute sa vie pour son idéal.
▪ Fig. et fam. Se battre avec un objet, un problème, chercher à vaincre la résistance qu’il oppose. Se battre avec une fenêtre, déployer tous ses efforts pour réussir à l’ouvrir.
▪ Expr. fig. Se battre contre des moulins à vent, lutter contre un ennemi imaginaire.
B.  Avec un nom de chose pour complément d’objet.
1. Frapper, heurter à coups répétés une chose, une matière. Battre un habit, un tapis pour en chasser la poussière. Battre un noyer avec une gaule pour en faire tomber les noix. Battre le briquet pour en faire jaillir des étincelles. Battre la semelle, frapper les pieds contre le sol pour les réchauffer. Par extension. La pluie bat les vitres. Les basques de sa redingote lui battaient les mollets. La mer bat le pied du rempart, la mer arrive jusqu’au pied du rempart. Les flots battaient les flancs du navire.
▪ Expr. La marée bat son plein, elle atteint son niveau le plus élevé. Fig. La fête bat son plein. La saison touristique battait son plein.
▪ Spécialement. Battre le blé, frapper les épis pour en extraire le grain. Battre la soude, la pulvériser. Battre le plâtre, le réduire en poudre et, fig., battre quelqu’un comme plâtre, le frapper avec violence. Battre un livre, battre du papier, donner des coups de maillet sur le dos d’un livre à relier, ou sur des cahiers de papier afin d’en réduire l’épaisseur. Battre la terre, pour la rendre plus unie et plus compacte. Battre un métal à froid. Battre l’or, l’argent, pour les réduire en feuilles très minces. Battre le cuivre, pour lui donner la forme voulue. Battre monnaie, frapper de la monnaie. Le droit de battre monnaie n’appartient qu’à l’État. Un chaudron tout battant neuf (vieilli), qu’on vient de battre, de façonner. Par analogie. Un habit battant neuf. Des souliers battant neufs. Une enseigne battant neuf ou battant neuve. Prov. Il faut battre le fer pendant qu’il est chaud, il ne faut pas relâcher ses efforts quand une affaire est en train.
2.  militaire. Frapper violemment pour attaquer. Battre une muraille à coups de bélier, à coups de canon. Spécialement. Attaquer avec de l’artillerie ou des armes automatiques. Battre un navire en mer. Les mitrailleuses battent la rue en enfilade.
▪ Expr. Battre en brèche, ouvrir une brèche pour pénétrer dans une place ennemie et, fig., contester vivement, ruiner. Il a battu en brèche tous nos arguments. Son autorité est battue en brèche.
3. Remuer, agiter quelque chose pour en modifier la consistance. Battre la crème pour en faire du beurre ou, elliptiquement, battre le beurre. Battre des œufs pour faire une omelette. Battre des blancs d’œufs en neige. Par extension. Battre les cartes, les mêler pour en changer l’ordre avant une partie. Expr. fig. Battre l’air, agiter les bras pour éviter une chute, pour appeler quelqu’un.
4.  vènerie. Battre l’eau, se dit d’un animal, spécialement du cerf, qui, épuisé, se jette à l’eau pour échapper aux chiens (voir Bat-l’eau). Se faire battre, se dit d’un animal qui se fait chasser longtemps dans la même enceinte ou qui se fait chercher sans se lever. En parlant du chasseur. Battre les buissons, les frapper pour faire lever le gibier ; aller d’un buisson à l’autre à la recherche du gibier. Battre la plaine en quête de gibier, explorer la plaine. Par extension. Battre les bois pour retrouver un enfant égaré.
▪ Par analogie. militaire. Battre le pays, la campagne, les parcourir pour recueillir des renseignements sur l’ennemi. – marine. Battre la mer, la parcourir en tous sens.
▪ Expr. fig. Battre la campagne, divaguer, tenir des propos dépourvus de sens. Votre raisonnement ne tient pas, vous battez la campagne. Battre le pavé, aller par les rues sans but précis.
5. Frapper pour marquer un rythme ou appeler l’attention sur soi. Battre le tambour, battre tambour (vieilli) et, intransitivement, battre du tambour. Fig. et fam. Battre la grosse caisse, faire savoir quelque chose à grand bruit. Par métonymie. Battre le rappel, la générale, la charge, la retraite. Battre un ban, la breloque, la chamade, voir ces mots. Par extension. Le chronomètre bat la seconde. Ce carillon bat les heures. musique. Battre la mesure, marquer la mesure par des mouvements de la main ou du pied. Vous battez la mesure trop vite. Par analogie. Le métronome bat la mesure. – chorégraphie. Battre un entrechat, des entrechats, sauter et croiser plusieurs fois et rapidement les pieds au cours du saut.
6.  marine. Les voiles battent les mâts, pendent le long des mâts par vent faible. Battre pavillon, arborer tel ou tel pavillon. Un navire battant pavillon français, anglais.
II.
II. Verbe intransitif.
1. Être mis en mouvement, à intervalles réguliers ou non ; frapper contre quelque chose. Ce volet, cette porte bat. Le vent faisait battre la barrière. La persienne bat contre le mur. La mer bat contre la falaise. La grêle battait contre la vitre.
2. Avoir un mouvement répété régulièrement ; faire entendre le bruit qui résulte de ce mouvement. L’horloge bat dans la nuit. Le pouls du malade bat faiblement. Il vit, son cœur bat. Le cœur d’un adulte bat normalement à soixante-dix pulsations à la minute. Par extension. Sous l’effet d’une émotion, avoir des pulsations plus rapides qu’à l’ordinaire. Son cœur battait dans l’attente du résultat. Mon cœur bat à se rompre. Le cœur battant, palpitant d’émotion. Il décacheta la lettre, le cœur battant. Fig. Tous les cœurs battaient pour elle, tous étaient amoureux d’elle.
▪ Loc. verb. Battre de, faire des mouvements répétés avec les membres. Battre des pieds. Battre des mains, applaudir. Par extension. Battre des cils, des paupières. L’oiseau bat des ailes pour s’envoler. Battre de l’aile, ne battre que d’une aile, voir Aile.
3. En parlant du tambour. Retentir, résonner. On entendait battre les tambours. Les tambours battaient aux champs, aux morts, pour rendre les honneurs militaires. Tambour battant, voir Battant II.
4.  Spécialement. marine. Battre en arrière, faire machine arrière, reculer. Le navire dut battre en arrière pour éviter la collision. Fig. Devant leur colère, il s’empressa de battre en arrière. – militaire. Battre en retraite, se replier sans cesser de combattre et, fig., commencer à céder dans une discussion, un débat. Devant nos arguments, il a battu en retraite. – équitation. Battre à la main, se dit du cheval qui agite la tête de haut en bas avec des mouvements brusques fatiguant la main du cavalier. Le cheval bat du flanc, des flancs, est haletant.
▪ Fig. Battre froid à quelqu’un, lui marquer de la froideur, de l’indifférence. Elle m’a battu froid toute la soirée.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.