En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

cour

COUR

nom féminin
xe siècle, cort, « espace découvert entouré de murs ». Du bas latin curtis, « enclos comprenant maisons et jardins », lui-même du latin classique cohors, cohortis, « cour de ferme, basse-cour » et, par extension, « division d’un camp militaire », d’où « troupe » et « garde du corps ».
I.
I. Espace découvert entouré de bâtiments ou de murs.
La cour d’entrée. La cour principale. La cour d’honneur. La Cour carrée du Louvre. La cour de devant, ou l’avant-cour. La cour de derrière, ou l’arrière-cour. Des appartements donnant sur une cour intérieure. Cour pavée, sablée, gazonnée. La cour d’une ferme. Une cour de ferme. La basse-cour, voir ce mot. La cour de l’école. Une maison située entre cour et jardin. théâtre. Côté cour, côté jardin, voir Côté. – histoire. La cour des Miracles. Au Moyen Âge et jusqu’au xviie siècle, repaire de miséreux et de voleurs. Par analogie. Endroit peuplé d’indigents et d’infirmes. Cet hospice est une véritable cour des miracles.
II.
II. Entourage d’un personnage exerçant un pouvoir.
1. L’entourage habituel d’un souverain. La cour de Louis XIV. Les gens de cour. Toute la Cour assistait à la messe du roi. L’étiquette de la Cour. Un manteau de cour. L’air, l’esprit, le ton de la Cour. Péj. Un homme de cour, qui a le tour et les manières d’un courtisan. Un abbé de cour, superficiel et mondain. Par métonymie. Le lieu de résidence habituel d’un prince régnant et de son entourage. Charlemagne avait sa cour à Aix-la-Chapelle. Quand Jeanne d’Arc alla trouver le Dauphin, il tenait sa cour à Chinon. Aller à la cour. Adresser une dépêche à la cour. La cour de Versailles. Expr. La Cour et la Ville, le monde des courtisans et la société parisienne ; les manières, les usages de la Cour, par opposition à ceux de la ville.
▪ Par analogie. L’entourage d’un prince, d’un homme puissant. La cour du comte d’Artois. La cour de Fouquet à Vaux-le-Vicomte. Les petites cours ont leurs intrigues aussi bien que les grandes.
▪ Litt. La cour céleste, les puissances du ciel. Expr. fig. et fam. La cour du roi Pétaud, par allusion à l’époque où les mendiants se donnaient un roi, dépourvu d’autorité, endroit plein de confusion où chacun veut commander, où tout le monde parle à la fois (voir Pétaudière). De l’eau bénite de cour, voir Bénit.
2. Le souverain et ses ministres, en tant que détenteurs de l’autorité. Recevoir un ordre de la cour. Expr. Il est bien, il est mal en cour, bien ou mal vu de l’administration royale.
▪ Par extension. Vieilli. Le gouvernement d’un souverain, dans ses relations avec les gouvernements étrangers. La cour d’Angleterre, dite aussi Cour de Saint James. Un émissaire de la cour de Russie. L’échange d’ambassadeurs entre la cour de France et la cour d’Espagne. Les trois cours sont parvenues à jeter les bases d’une entente durable.
3. Cercle de personnes qui se pressent autour d’une autre pour lui témoigner du respect, pour chercher à lui plaire, à obtenir sa bienveillance. Cette femme a autour d’elle une cour de fervents admirateurs. Il vivait entouré d’une cour de parasites.
▪ Expr. Faire la cour à quelqu’un, chercher à obtenir ses bonnes grâces à force d’obséquiosité et de flatterie. Faire sa cour aux puissants du jour, à un riche mécène. Faire sa cour aux dépens de quelqu’un, se faire bien voir en dénigrant un tiers. Faire la cour à une jeune fille, à une femme, l’entourer d’attentions et de compliments en vue de lui plaire, de la séduire. Une cour respectueuse, discrète, assidue. Une cour déclarée. Faire un doigt, un brin de cour à une femme.
III.
III. Assemblée ayant des pouvoirs de décision.
1.  féodalité. Assemblée des vassaux du roi. La cour du roi. Cour plénière, assemblée générale de vassaux que le roi tenait solennellement dans sa résidence.
2.  droit. Tribunal d’ordre supérieur. Cour d’appel, juridiction de droit commun et de second degré. Avocat près la cour d’appel ou, elliptiquement, avocat à la cour. Cour d’assises, juridiction propre au droit pénal, chargée de connaître des crimes. Cour martiale, tribunal militaire d’exception. La Haute Cour de justice, chargée de juger le président de la République en cas de haute trahison et les ministres en cas de forfaiture ou de crime grave commis dans l’exercice de leurs fonctions. La Cour des comptes, juridiction administrative chargée de contrôler l’emploi des finances de l’État (voir Compte). La Cour de cassation, voir Cassation I. Par métonymie. Lieu où siège une cour de justice. Se rendre à la cour d’appel. Ensemble des magistrats qui composent un de ces tribunaux. Messieurs, la cour ! Expr. Mettre hors de cour, renvoyer les parties parce qu’il n’y a pas lieu de prononcer juridiquement. Hors de cour, en matière criminelle, signifiait naguère qu’il n’y avait pas assez de preuves pour asseoir une condamnation.
3.  littérature. Autrefois, surtout en Provence. Cour d’amour, réunion d’hommes et de femmes qui se rencontraient pour disserter de questions de galanterie. Les cours d’amour d’Aix-en-Provence.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.