En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

côté

CÔTÉ

nom masculin
xiie siècle, au sens de « partie latérale de la cage thoracique et du corps entier ». Emprunté du latin populaire *costatum, dérivé de costa, « côte ».
I.
I. Chez l’homme et l’animal, le flanc, la région des côtes, de l’aisselle à la hanche.
Porter l’épée au côté. Il a reçu deux balles au côté droit. Il a mal au côté. Avoir un point de côté, éprouver une douleur aiguë au flanc. Par extension. Toute la partie latérale droite ou gauche du corps. Il boîte du côté droit. Il est paralysé du côté gauche. Se coucher, dormir sur le côté.
▪ Expr. Être au côté ou, plus fréquemment, aux côtés de quelqu’un, lutter côte à côte avec lui, l’assister dans un combat et, fig., lui apporter son soutien. À mes côtés, ne restaient que quelques amis. Par affaiblissement. Son fils est à ses côtés, se trouve auprès de lui. Venez vous asseoir à mes côtés.
II.
II. L’une des parties d’un objet qui est opposée à une autre partie ou à plusieurs autres.
1. Par opposition au milieu, chacune des parties latérales d’un objet. Les deux côtés d’une armoire, d’une commode. Un des côtés de la cheminée est fendu. Les deux côtés d’une rue, d’une route. géométrie. Chacune des lignes qui délimitent une figure, chacune des faces d’un volume. Les côtés d’un triangle, d’un carré, d’un polygone. Dans un triangle rectangle, le carré de l’hypoténuse est égal à la somme des carrés des deux autres côtés. Les côtés d’un cube, d’une pyramide. – marine. Les côtés d’un navire, ses flancs. Le côté de tribord, le côté droit. Le côté de bâbord, le côté gauche. Côté sous le vent, côté du navire que le vent incline vers la mer, par opposition à Côté au vent, que le vent frappe directement. Mettre un bateau sur le côté, pour le caréner, le calfater, le radouber. Rester sur le côté, échouer. Le navire est resté sur le côté jusqu’à la marée montante. – architecture. Les deux côtés d’un château, ses deux ailes. Les côtés d’une église. Les bas-côtés, voir ce mot. Chacune des façades d’un édifice. Le côté nord, le côté ouest d’une forteresse. – liturgie catholique. Le côté de l’épître ; le côté de l’évangile, par rapport à l’assistance, le côté droit de l’autel, où le prêtre lisait l’épître ; le côté gauche de l’autel, où il lisait l’évangile. – théâtre. Côté cour, côté jardin, la droite, la gauche de la scène pour le spectateur. Entrer, sortir côté cour, côté jardin. – géographie. Les deux côtés d’une vallée, l’adret et l’ubac. Les deux côtés d’une montagne, ses deux versants. – alpinisme. Chacune des approches d’un lieu. Aborder une ascension par le côté sud.
2. Les deux faces d’un objet plan. Les deux côtés d’une étoffe, l’endroit et l’envers. Les deux côtés d’une feuille de papier, le recto et le verso. Les deux côtés d’une pièce de monnaie, le côté pile, le côté face. Les deux côtés d’une médaille, l’avers et le revers.
3. L’une des deux lignes de parenté. Le côté paternel, le côté maternel. Du côté de son père, il appartient à une famille de magistrats.
4. Chacun des aspects sous lesquels une chose se présente à l’esprit. Considérons tous les côtés de la question. Ne voir que le beau, le mauvais côté des choses, ne voir que leurs avantages, leurs inconvénients. Il regarde tout du bon côté, il prend tout par le bon côté, il est d’un naturel optimiste. Ne voir que le petit côté des choses, faire preuve de mesquinerie. Le côté plaisant de l’aventure, le côté cocasse de la situation.
▪ Spécialement. Aspect, trait particulier de caractère. Il a un côté chevaleresque qui séduit. Fam. Il a un côté grand seigneur. Elle avait gardé un côté enfant, une certaine puérilité. Les bons côtés, les petits côtés de quelqu’un. Par extension. Le côté faible d’une théorie, d’une politique.
III.
III. Partie de l’espace, direction définie par rapport à un axe ou à un point de référence.
Le côté de l’horizon où le soleil se lève est l’orient, le côté où il se couche, l’occident. Sur un cours d’eau, l’amont se situe du côté de la source, l’aval du côté de l’embouchure.
▪ Loc. adv. De tout côté, de tous côtés, de tous les côtés, de toute part. De tout côté, la vue est magnifique. De tous les côtés, la ville était investie. Fig. De tout côté, on lui a manifesté de la sympathie.
▪ Loc. prép. Du côté de, dans la direction de, de la direction de. Il habite du côté de la préfecture. Il est parti du côté de la gare. Le vent soufflait, les nuages arrivaient du côté de la mer. Fig. Les enquêteurs cherchent une piste du côté des amis de la victime.
▪ De ce côté, de l’autre côté de, en deçà, au-delà de. Il habite de ce côté de la rivière. Il travaille de l’autre côté de la frontière. De l’autre côté de la rue, de la place, du jardin.
▪ Expr. fig. Il y a quelque chose à redouter de ce côté. Ne pas savoir de quel côté se tourner, où trouver un secours. Flairer de quel côté vient le vent, sentir de quel côté le vent tourne, se montrer opportuniste.
▪ Expr. proverbiale. L’herbe est toujours plus verte de l’autre côté de la montagne, ce qui est hors de portée semble meilleur que ce qu’on a sous la main.
 Titre célèbre : Du côté de chez Swann, de Marcel Proust (1913).
IV.
IV. Fig.
Option politique, littéraire, sociale, etc. ; parti, camp. Le côté de l’ordre, le côté des opprimés, le côté des riches, le côté des pauvres. Ne craignez rien, je suis de votre côté. Être du côté du patronat, du côté des syndicats. De chaque côté, on cherche le compromis. Dans la querelle des Anciens et des Modernes, Boileau était du côté des Anciens, Perrault du côté des Modernes.
▪ Expr. Être, passer de l’autre côté de la barricade, appartenir, passer au camp adverse. Mettre les rieurs de son côté, dans une polémique, obtenir l’adhésion de l’auditoire, du public, etc., en ridiculisant l’adversaire. Voltaire excellait à mettre les rieurs de son côté. Fam. Il a toujours su être du bon côté, du côté du manche, du camp de ceux qui détiennent le pouvoir.
▪ Loc. adv. Pour distinguer, classer, opposer. D’un côté…, d’un autre côté…, d’une part…, d’autre part… D’un côté, il voudrait conserver cette propriété, mais, d’un autre côté, il a besoin d’argent. Pour définir une attitude, un point de vue particulier. De mon côté, je ne peux accepter ce marché, en ce qui me regarde, je le refuse. De son côté, il se montre beaucoup plus conciliant.
V.
V. Loc. adv. et prép.
1.  À côté, à côté de, près, près de. Il habite à côté, tout à côté. Il a placé son bureau à côté de la fenêtre. Le monument aux morts se trouve sur la place, à côté de l’église.
▪ Spécialement. Près, mais à l’écart de. La flèche est passée à côté de la cible, a manqué son objectif. Fig. Il est passé à côté de la chance, il n’a pas su la saisir quand elle était à sa portée. Être à côté de la question, répondre en dehors du sujet. Elliptiquement. Vous êtes, vous tombez complètement à côté, mon pauvre ami ! Pop. Mettre, être à côté de la plaque, se tromper, manquer la cible.
▪ Par comparaison avec. Dans la satire, Boileau a sa place à côté d’Horace, à égalité avec Horace. C’est un gringalet à côté de son frère, par rapport à son frère. C’est un aigle à côté de ses camarades, il est beaucoup plus doué que ses condisciples.
▪ Subst. Un à-côté, voir ce mot.
2.  De côté, de biais, de travers. Il portait son béret de côté, incliné sur l’oreille. Les crabes marchent de côté, en se déplaçant transversalement. Il m’a jeté un regard de côté, un regard oblique, furtif. Spécialement. Pour éviter la voiture, il s’est jeté de côté, il a fait un écart.
▪ En réserve. J’ai prié le libraire de me mettre cette revue de côté, de me la garder. Avoir, mettre de l’argent de côté, avoir, mettre de l’argent en réserve, avoir, faire des économies. Elliptiquement et pop. Mettre de côté pour ses vieux jours.
▪ À l’écart. Dans toute cette transaction, j’ai été mis, laissé de côté, on m’a tenu à l’écart, je n’ai pas été consulté. J’ai laissé de côté mon travail, je l’ai abandonné provisoirement pour m’occuper d’autre chose. Je laisserai de côté les reproches que je voulais vous faire, je les passerai sous silence.
Voir aussi
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.