En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

main

MAIN

nom féminin
xe siècle, man. Issu du latin manus, de même sens.
I.
I. Extrémité du membre supérieur du corps humain.
1. Partie du corps humain qui s’étend depuis le poignet jusqu’au bout des doigts, et qui est le principal organe du toucher et de la préhension. La main droite. La main gauche. La paume de la main. Le dessus, le dos de la main. Le creux de la main. Les os, les muscles de la main. Les lignes de la main, les traits qui sillonnent la paume. Main décharnée, potelée. Mains douces, rêches, calleuses. Avoir les mains glacées, brûlantes. Se laver, s’essuyer les mains. Mettre ses mains dans ses poches.
▪ Faire un signe, un geste de la main. Saluer de la main. Il m’a indiqué de la main la bonne direction. Tenir un enfant par la main. Joindre les mains. Battre des mains, applaudir. Parer un coup avec la main. Jeux de main, Main chaude, voir Jeu, Chaud. Haut les mains ! voir Haut.
▪ Expr. Ils sont comme les doigts, comme les deux doigts de la main (fam.), ils sont liés par une amitié très forte. Nu comme la main, totalement dénudé. Mettre la main sur le cœur, pour témoigner qu’on est sincère, qu’on parle en toute conscience. Fig. Avoir la main large, être libéral, généreux. Avoir le cœur sur la main, être franc, ouvert, et toujours prêt à donner. Avoir la main heureuse, voir Heureux. J’en donnerais ma main à couper, j’en mettrais ma main au feu, j’en ai la conviction absolue, j’en répondrais à mes risques et périls. Passer la main dans le dos de quelqu’un (fam.), le flatter pour en tirer quelque avantage. Manger dans la main de quelqu’un (fam.), voir Manger I.
▪ En termes de manège. Marcher à main droite, à main gauche sur la piste du manège, en ayant le centre du manège sur sa droite, sur sa gauche. Changer de main, voir Changer. Main de la lance, main de la bride, se disait de la main droite, de la main gauche du cavalier.
2.  Loc. À main, fait pour être tenu, utilisé, manœuvré avec la main. Sac à main. Miroir à main. Face-à-main, voir ce mot. Le frein à main d’une voiture.
▪ À deux mains, avec les deux mains. Soulever un fardeau à deux mains. Prendre son courage à deux mains (fam.), voir Courage. Épée à deux mains, voir Épée. Cheval à toutes mains, qui sert à la selle et à la voiture et, fig., un homme à toutes mains, prêt et apte à rendre toute sorte de services. À quatre mains, se dit d’un morceau de musique exécuté par deux artistes jouant ensemble sur le même piano. Jouer une sonate à quatre mains.
▪ À main droite, à main gauche, du côté droit, du côté gauche de la personne qui parle ou à qui l’on parle. Prenez à main droite au bout de la rue.
▪ À main levée, voir Levé I.
▪ À main armée, les armes à la main. Une attaque à main armée.
▪ À pleines mains, abondamment, libéralement. Donner, répandre, jeter l’argent à pleines mains.
▪ À la main, au moyen de la main. Attraper un poisson à la main. Une lettre écrite à la main. Dentelle à la main, par opposition à celle qui est confectionnée à la machine. Cousu à la main ou, fam., cousu main, voir Coudre. En parlant de ce qu’on tient avec la main. Avoir son chapeau à la main. L’épée, le sabre à la main. Combattre les armes à la main. Dans l’expression Être à la main, pour parler d’un outil, d’un instrument bien adapté à celui qui l’utilise. Ce manche, cette serpe est bien à la main, à ma main. On dit également, en parlant d’une personne, N’être pas à sa main, ne pas se trouver dans la bonne position pour exécuter une tâche.
▪ De main de, par la main de, pour marquer qui a conçu, exécuté quelque chose. De main d’homme, voir Homme. De main de maître, voir Maître I.
▪ De la main à la main, se dit d’une somme d’argent ou de l’objet d’une transaction que l’on remet directement à quelqu’un, sans formalités. Payer un fournisseur de la main à la main. De première main, se dit d’un produit, d’une marchandise qu’on achète directement à celui qui les récolte, les fabrique ou qu’on rachète à son premier propriétaire. Acheter une voiture de première main, de seconde main. Fig. Tenir une nouvelle de première main, de celui qui est censé en avoir été instruit le premier. Des sources de seconde main. Une documentation de troisième main, qui n’est pas fondée sur la connaissance des textes originaux.
▪ De longue main, depuis longtemps. Je le connais de longue main. Un complot préparé de longue main. Finances publiques. Manier les deniers publics de brève main, de longue main, directement ou par l’intermédiaire d’un tiers.
▪ Des deux mains, avec empressement, avec enthousiasme. Il a accepté, signé des deux mains notre proposition.
▪ En main, dans la main, entre les mains. Surtout dans quelques expressions. Prendre, avoir, tenir en main. Mener, conduire un cheval en main, par la bride, le bridon ou le filet, mais sans le monter. (On dit, dans le même sens, Cheval de main pour désigner le cheval qu’un cavalier conduit par la bride ou le filet, et qui marche à côté du sien.) Cette revue, ce journal est en main, sert à un autre usager et n’est pas disponible. Clefs en main, voir Clef. Fig. Avoir quelqu’un, quelque chose en main, les avoir à sa disposition, ou être en mesure de les contrôler, de les maîtriser. Il a, il garde la situation en main. Prendre en main les intérêts, la cause de quelqu’un, soutenir ses intérêts, se charger personnellement de sa défense. Avoir la preuve en main, posséder la preuve de ce qu’on avance. Mettre à quelqu’un le marché en main, l’obliger à se décider en le menaçant de retirer une offre.
▪ En bonnes mains, en de bonnes mains, en mains sûres, à la disposition, au pouvoir d’une personne de confiance. Votre affaire est en bonnes mains. En mauvaises mains, au pouvoir d’une personne maladroite, incapable, suspecte.
▪ En main propre ou en mains propres, dans la main ou les mains du destinataire. Je lui ai remis votre lettre en main propre. En main tierce, dans la main d’un tiers.
▪ Par les mains, par le travail, l’action de quelqu’un. Toutes les affaires importantes lui passent par les mains, passent par ses mains.
▪ Sous la main, à portée, à proximité immédiate. Avoir, garder une arme sous la main. Je n’ai pas ce papier sous la main, je le chercherai. Fig. Sous l’autorité, sous la dépendance de quelqu’un. J’ai cet homme sous la main, je vous l’envoie. Je lui souhaite de ne jamais me tomber sous la main. Être sous la main de l’autorité, sous la main de la justice.
▪ En sous-main ou, vieilli, sous main, secrètement, en cachette. On a négocié cette affaire en sous-main.
II.
II. Cette partie du corps humain, plus particulièrement envisagée dans ses diverses fonctions.
1. Servant à saisir, à tenir. Tenir entre ses mains. Un paquet qu’on se passe de main en main. Le libelle circulait de main en main. J’ai reçu ce papier des mains d’un inconnu. Je dépose cette somme dans vos mains, entre vos mains et, fig., Je remets mon sort entre vos mains.
▪ Pour marquer à quelqu’un aide, soutien, accord, amitié, etc. Donner la main à quelqu’un, lui tendre la main, en signe de bienvenue, de salut, d’invite. Tendre la main à quelqu’un peut signifier aussi l’aider à se tirer d’un mauvais pas, d’une situation difficile. Lors de mon procès, il est le seul à m’avoir tendu la main. Donnez-moi votre main, se dit parfois lorsqu’on veut remercier quelqu’un chaleureusement. Donner la main à une femme, lui offrir la main comme appui, par courtoisie. Baisemain, voir ce mot. Toucher dans la main à quelqu’un (vieilli), mettre sa main dans la sienne, en signe d’amitié, de réconciliation, d’accord (de là vient l’expression ancienne Touchez-là !). On dit dans un sens contraire Refuser la main à quelqu’un. Dans une autre acception et sans complément, Tendre la main signifie Demander l’aumône et, fig., mendier de l’aide, des places, des grâces.
▪ En parlant de mariage. Demander la main d’une jeune fille, faire une demande en mariage. Ils m’ont accordé la main de leur fille. Donner, refuser sa main à un homme. Disposer de sa main, choisir son époux. Mariage de la main gauche, voir Gauche II. Descendre de quelqu’un par la main gauche, être issu d’une union illégitime.
▪ Expr. Mettre la main à l’épée, s’apprêter à croiser le fer. Mettre la main au collet, voir Collet. Mettre la main à la poche, pour y prendre de l’argent et, fig. et fam., payer, financer. Mettre la main sur un objet (fam.), le trouver après l’avoir longtemps cherché. Il a mis la main sur le testament. Faire main basse sur quelque chose (fam.), s’en emparer subrepticement ou malhonnêtement. J’ai pris le premier objet qui m’est tombé sous la main (fam.), celui que le hasard m’a donné de trouver. Avoir les mains vides, ne rien apporter et, fig., Il est reparti les mains vides, il n’a rien obtenu. L’argent lui fond dans les mains, il a les mains percées, il est très dépensier. Glisser des mains, entre les mains, voir Glisser. Donner d’une main et retenir de l’autre, prétendre donner sans se dessaisir de son bien. Prendre quelqu’un la main dans le sac, en train de dérober de l’argent et, par extension, sur le fait, en flagrant délit. Ils peuvent se donner la main, ils ne valent pas mieux l’un que l’autre. Je vous baise les mains, ancienne formule de politesse utilisée pour prendre congé.
▪ Expr. proverbiale. Aux innocents les mains pleines, la fortune favorise les esprits simples.
2. Permettant d’exécuter personnellement une tâche, un travail, d’accomplir une action. Travailler de ses mains, vivre du travail de ses mains. Savoir se servir de ses mains, être adroit, habile. Un meuble fabriqué de mes mains, de mes propres mains. Faire valoir une terre par ses mains, par soi-même.
▪ Par métonymie. Savoir-faire, maîtrise et, spécialement, style caractéristique d’un artiste, d’un auteur. On reconnaît dans ce tableau la main du maître. Se dit aussi de l’écriture d’une personne. Avoir une bonne main. Imiter la main de quelqu’un. Confier la main, donner à quelqu’un l’autorisation de signer à sa place en imitant sa signature.
▪ Expr. Avoir la main sûre, ferme et qui ne tremble point et, fig., agir, travailler avec assurance, précision. Se faire la main, s’exercer. Avoir, attraper le coup de main, voir Coup. Perdre, garder la main, perdre, garder son habileté, son aisance coutumière. Mettre la main à l’ouvrage, commencer à travailler. Mettre, donner la dernière main à un travail, l’achever. En un tour de main (altération de En un tournemain), avec une extrême rapidité. Fig. Prêter la main à quelque chose, y participer et, par extension, l’approuver. Il a prêté la main à cette entreprise. Donner la main ou, fam., donner un coup de main à quelqu’un, lui prêter assistance, lui venir en aide. Mettre la main à la pâte, prendre une part directe et personnelle à un travail. Avoir les mains liées, ne pas avoir la liberté d’agir à sa convenance. On dit, dans le sens contraire, Avoir, garder les mains libres. Avoir les mains nettes, propres, se conduire avec probité, administrer fidèlement, n’accepter aucun profit illégitime et aucune compromission. Je m’en lave les mains, voir Laver. Fam. Faire des pieds et des mains, employer tous les moyens en son pouvoir pour obtenir le résultat souhaité. Avoir un poil dans la main, être paresseux. Avoir la main verte, jardiner, planter avec une réussite particulière.
 Titre célèbre : Les Mains sales, de Jean-Paul Sartre (1948).
3. Prise pour symbole de puissance, de pouvoir, d’autorité. La main du prince se fait reconnaître ici. Être sous la main de Dieu. Il dirige tout d’une main ferme. Le pouvoir a changé de main. Il est aux mains, a pu s’arracher aux mains de ses créanciers, de ses ravisseurs. On l’a remis aux mains de la police. Cette ville est tombée aux mains de l’ennemi.
▪ Expr. Tenir quelqu’un, quelque chose dans sa main, les tenir en sa puissance, en disposer souverainement. Avoir quelqu’un à sa main, le tenir à sa merci, le dominer. Avoir la main légère, dure, user de son pouvoir avec une habile modération, avec une sévérité rigoureuse. Une main de fer, voir Fer I. Être haut à la main (vieilli), voir Haut.
▪ Spécialement. équitation. Tenir la main, la main haute à un cheval, hausser la main de la bride pour le contraindre à l’action demandée. Mener un cheval haut la main. Lâcher, rendre la main à un cheval, relâcher l’action de la bride. Avoir une bonne main, avoir la main légère, rester en contact avec la bouche du cheval, pour le commander d’une manière précise mais douce.
▪ En parlant du cheval. Partir de la main, prendre facilement le galop. Battre à la main, voir Battre. Tirer à la main, résister aux aides (voir ce mot). Peser à la main, appuyer sur le mors de manière à lasser la main du cavalier. Un cheval lourd et pesant à la main. Gagner à la main, chercher, en s’appuyant sur le mors, à dépasser l’allure voulue par le cavalier. Forcer la main, partir malgré le cavalier.
▪ Expr. fig. Tenir la main haute à quelqu’un, lui laisser peu de liberté. Avoir la haute main sur, exercer le pouvoir de décision sur, dominer. Lâcher la main à quelqu’un, lui donner plus de liberté qu’on a coutume de le faire. Lâcher la main dans une affaire, abandonner une partie de ses prétentions. Forcer la main à quelqu’un, le faire agir contre son gré. Avoir la main forcée, être amené à faire quelque chose malgré soi.
▪ Adverbialement. Haut la main, avec facilité, en se jouant des obstacles. Il l’a emporté haut la main sur tous ses concurrents.
▪ Jeux. Avoir la main, être le premier à jouer, avoir l’initiative du jeu. La main est à l’adversaire. Donner la main, passer la main, céder à son adversaire l’avantage de cette primauté. Perdre la main, perdre cet avantage pour avoir mal joué. Fig. Passer la main, transmettre ses pouvoirs, ses prérogatives à un successeur. Perdre la main, perdre l’initiative. Dans cette affaire, il a perdu la main.
▪ Aux jeux de cartes, désigne aussi l’ensemble des cartes distribuées à un joueur. Avoir une bonne main. Tous les as sont dans la même main, ont échu au même joueur. Loc. Faire la main, distribuer les cartes. Faire une main, une levée.
4. Servant à combattre, châtier, punir. Se battre à main nue. Lutter à main plate, sans fermer le poing. Frapper quelqu’un d’un revers de la main ou d’un revers de main, du plat de la main. Porter la main sur quelqu’un, le frapper. Lever la main sur quelqu’un, faire le geste de le frapper. Un homme de main, voir Homme.
▪ Expr. En venir aux mains, engager la lutte. Ils sont prêts à en venir aux mains, à se battre. Avoir la main lourde, voir Lourd. Avoir la main leste, être prompt à frapper, à donner des coups. Fam. La main lui démange, il a envie de donner des coups ou de se battre. Ne pas y aller de main morte, frapper durement, avec vigueur et, fig., employer des moyens violents ou avoir des paroles sévères ; par extension, déployer beaucoup d’énergie dans une tâche.
III.
III. Par métonymie.
1. Personne qui accomplit quelque chose, agit, travaille, etc. Une main assassine, une main vengeresse. Une petite main, dans les métiers de la haute couture, une ouvrière débutante. Une première main, une ouvrière qualifiée.
▪ Loc. prép. De la main de, se dit de ce qu’on reçoit d’une personne. Je reçois avec confiance tout ce qui vient de votre main. Je ne peux accepter ce présent de sa main.
2. Nom donné à divers instruments sur lesquels on pose la main, ou qu’on saisit avec la main. La main d’un meuble, d’un tiroir, anneau ou poignée qui sert à l’ouvrir. La main courante d’un escalier (pour les autres sens de Main courante, voir Courant I). Papeterie. Assemblage de vingt-cinq feuilles de papier. Vingt mains font une rame. Par extension. Avoir de la main, se dit d’un papier qui donne au toucher une impression d’épaisseur, de résistance.
3.  Sports. Au football, faute commise par un joueur autre que le gardien de but, et consistant à toucher le ballon de la main. La main est sanctionnée par un coup franc. Main à main, figure exécutée en force par deux acrobates sans l’aide d’accessoires.
IV.
IV. Par analogie.
1. Extrémité des membres des animaux vertébrés, en particulier quand ils disposent d’un pouce opposable aux autres doigts. Les quatre mains du singe, du maki.
▪ Se dit aussi, en fauconnerie, de la serre des oiseaux de haut vol.
2.  botanique. Filament en forme de vrille, servant aux plantes sarmenteuses et grimpantes à s’attacher aux corps voisins.
3. Objet, instrument ayant ou évoquant la forme d’une main humaine. Main votive, ex-voto en usage dans l’Antiquité. Main de Fatma, qui, pour les musulmans, a une vertu préservatrice et conjuratoire. histoire. Main de justice, voir Justice. – mécanique. Pièce d’un châssis à laquelle s’attache un ressort.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.