En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

grand, grande

GRAND, GRANDE

(d se lie en s’assourdissant en t devant une voyelle ou un h non aspiré) adjectif
ixe siècle. Issu du latin grandis, « grand, avancé en âge ; sublime, imposant ».
■  Grand est un des adjectifs les plus couramment employés dans la langue française, il entre dans de très nombreuses expressions et locutions qui sont définies au mot principal.
I.
I. Qui dépasse les dimensions moyennes ou ordinaires.
1. En parlant d’un être ou d’une chose. Par la taille, la hauteur. Un homme grand et fort. Cet enfant est grand pour son âge. Un grand oiseau. Abattre un grand chêne. Un grand trou. Un grand « a », un a majuscule. marine. Le grand mât, le mât principal du navire.
▪ Par la longueur, la largeur. Avoir un grand nez, de grands pieds, une grande bouche. Un grand fleuve. Une grande table. Expr. fig. et fam. Ouvrir de grands yeux, regarder avec surprise et curiosité.
▪ Par la superficie. Gouverner un grand empire. Une grande salle. Un grand jardin. Grand magasin, qui compte plusieurs étages ou plusieurs bâtiments et offre à la clientèle des marchandises de genres divers. Grande surface, magasin de plain-pied, offrant en libre service une riche variété de marchandises. Grand ensemble, voir Ensemble II. Spécialement. S’emploie avec certains noms géographiques ou certains noms de lieux. La Grande-Bretagne. Le Grand Canyon du Colorado. Le massif de la Grande-Chartreuse.
▪ Pour définir un être, un objet, quant à la taille, à la superficie, etc., par rapport à un terme de comparaison ou à un point de référence. Il est aussi grand, plus grand, moins grand que son frère. Leur jardin n’est pas plus grand qu’un mouchoir de poche. Elle n’est pas assez grande pour atteindre ce rayon. Expr. Plus grand que nature, se dit d’une statue, d’un tableau dont les dimensions dépassent celles du modèle et, fig., de ce qui est l’objet d’une exagération ou d’une idéalisation poétique. Les héros de l’épopée sont plus grands que nature. Fam. Avoir les yeux plus grands que le ventre, demander ou se faire servir plus de nourriture qu’on n’en peut manger et, fig., entreprendre une tâche au-dessus de ses forces.
▪ Subst. Du petit au grand, par comparaison, en allant des petites choses aux grandes.
2. En parlant d’une mesure, de ce qui est mesurable, dénombrable. Qui dépasse la norme, la moyenne. Grand poids, grande hauteur. Être de grande taille. Parcourir une grande distance. Du papier de grand format. Papier grand aigle, grand raisin, voir Aigle, Raisin. Des visiteurs venus en grand nombre. Réservoir de grande capacité. Train à grande vitesse. Faire une grande dépense, de grands frais. Avoir une grande fortune. Il est parvenu à un grand âge. Une heure de grande écoute. Une grande foule, une grande affluence. Il n’y avait pas grand monde. Un grand choix d’articles. Expr. Le grand public, la partie la plus nombreuse du public. Un film, une émission pour le grand public ou, elliptiquement, grand public, qui peut plaire au plus grand nombre. Les grandes vacances, les vacances scolaires d’été, les plus longues de l’année. Fig. Sur un grand pied, sur une grande échelle, voir Pied, Échelle.
▪ Par extension. Qui dépasse légèrement ou qui semble dépasser la dimension, la mesure indiquée. Nous attendîmes deux grandes heures. Expr. vieillie. Marcher à grandes journées, voyager en faisant chaque jour plus de chemin qu’un homme, qu’une troupe n’en fait ordinairement dans une journée.
3.  Spécialement. Qui a beaucoup avancé ou progressé en âge, qui atteint son plein développement. Cet enfant est déjà grand. Ces arbres sont devenus grands. Une grande fille, un grand garçon. Quand tu seras grand, quand tu seras parvenu à l’âge adulte. Il n’est pas encore assez grand pour sortir seul. Fam. Un grand frère, une grande sœur, un frère aîné, une sœur aînée. Une grande personne, un adulte. Expr. fig. et fam. Être assez grand pour, être capable de, en mesure de. Il est assez grand pour savoir ce qu’il doit faire.
▪ Subst. Mon grand, ma grande, termes affectueux et exagérés par lesquels on s’adresse à un enfant, à un adolescent ou à une personne plus jeune. Jouer avec les grands, les enfants plus âgés. L’école des grands, la cour des grands. Expr. fig. Vouloir jouer dans la cour des grands, vouloir entreprendre une tâche trop difficile, pour laquelle on n’est pas mûr.
 Titre célèbre : Le Grand Meaulnes, d’Alain-Fournier (1913).
4.  Adverbialement. Ouvrir grand, largement. Ouvrir grand les yeux, la bouche, les bras et fig., ouvrir grand son cœur. Grand ouvert, largement ou entièrement ouvert (dans cette construction, Grand s’accorde généralement comme l’adjectif ou le participe qu’il modifie). La porte est grande ouverte, toute grande ouverte, ouverte toute grande. Des fenêtres grandes ouvertes. Avoir les yeux grands ouverts. Chausser grand, tailler grand, en parlant de chaussures, de vêtements, avoir des dimensions légèrement supérieures à celles d’une pointure ou d’une taille donnée. Voir grand, avoir des projets ambitieux, des vues larges et souvent excessives. Il a vu grand, trop grand dans son projet.
▪ Loc. adv. En grand, dans de vastes proportions ou en grande quantité. Reproduire en grand un croquis. Fabrication en grand. La fenêtre s’ouvrit en grand, entièrement, autant que cela était possible. Fig. Voir, faire les choses en grand, ne pas se montrer mesquin ou timoré.
II.
II. Qui est caractérisé par une forte intensité, une importance supérieure.
1. Qui est intense, ou qui est plus vif, plus marqué que d’autres choses de même genre. Grande chaleur. Grand froid. Grand vent. Les grandes marées. Une grande famine. Grand bruit, grand silence. Recevoir en grande pompe. Une femme d’une grande beauté, d’une grande intelligence. Avoir un grand mérite, de grandes vertus. Avoir de grandes ambitions. C’est un grand malheur, une grande perte. À mon grand regret, à ma grande surprise. Avoir un grand chagrin. Un livre sans grand intérêt. Je vous en ai de grandes obligations. Je ne vois pas grand mal à cela.
▪ Loc. Avoir grand faim, grand peur. Faire grand cas de quelque chose. Avoir grand besoin de quelque chose. Il nous a fait grand tort. (Dans ces locutions où Grand donne au nom qu’il précède une valeur intensive, il ne doit pas être remplacé par Très.) Grand merci, merci beaucoup. De grands mots, des expressions exagérées, emphatiques. Le grand air, l’atmosphère d’un lieu découvert et, par extension, tout endroit où l’on respire bien, où l’air est pur, vif, sain. Le grand air de la campagne, de la montagne. Cet enfant a besoin de vivre au grand air. Le grand jour, la lumière du jour lorsque le soleil est tout à fait levé, que rien n’obscurcit ni n’affaiblit sa clarté. Il fait déjà grand jour. Examiner une étoffe au grand jour. Mettre, étaler au grand jour les actions de quelqu’un (fig.), les faire connaître à tous.
▪  Prov. Petite pluie abat grand vent, voir Abattre. Aux grands maux les grands remèdes.
2. Qui a une grande importance ou une importance supérieure à celle d’autres choses de même genre ; qui, dans un classement, une hiérarchie, occupe un rang élevé. Les grandes voies de circulation, de navigation. Les grandes lignes de chemin de fer, par opposition aux lignes de banlieue et aux dessertes locales. Se promener sur les grands boulevards. Grand chemin, voir Chemin. Grand-route, route nationale ou départementale. Les commerces de la grand-rue. Les grandes découvertes. Les grands principes d’une science. Un grand évènement, une grande nouvelle. Un grand jour, marqué par un évènement d’importance. Le grand jour, celui d’un évènement très attendu. Les grandes puissances. Les grandes écoles. Les grandes classes d’un lycée. Un grand hôtel. Ce vin est un grand cru. La grande cuisine. Un grand quotidien, à fort tirage. Une grande marque, une marque réputée.
▪ Spécialement. alchimie. Grand art, voir Art. Le grand œuvre, la recherche de la pierre philosophale. – histoire. Les Grandes Compagnies, voir Compagnie. Le Grand Siècle, le siècle de Louis XIV. La Grande Peur, nom donné à la jacquerie de juillet et août 1789. La Grande Armée, voir Armée. La Grande Guerre, la guerre de 1914-1918. Le grand soir, pour Marx et ses disciples, le jour attendu où était censée s’accomplir la révolution prolétarienne.
▪ Subst. Les cinq grands, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies en 1945. Les deux grands, les États-Unis et l’U.R.S.S., dans le système des blocs qui s’instaura après la Seconde Guerre mondiale.
3.  Grand donne au nom ou à l’adjectif substantivé qu’il précède une valeur intensive, superlative. C’est un grand travailleur, un grand paresseux. Ce grand ignorant, ce grand sot. Grand buveur. Grande bavarde. Grande coquette. Un grand ami, auquel on est lié par une amitié étroite et ancienne. Ils sont grands amis. Un grand blessé, un grand brûlé, qui souffre de blessures, de brûlures très graves. Un grand invalide. Loc. fam. La grande muette, l’armée. Grande gueule, voir Gueule.
▪ Laver à grande eau. Grandes eaux, voir Eau. Pièce à grand spectacle. Mener grande vie. Un grand amour. Le grand banditisme. La grande banlieue, la plus éloignée du centre urbain. Le Grand Nord, les régions boréales.
▪ Loc. adv. De grand matin, très tôt. En grand secret. Au grand complet. Au grand jamais, voir Jamais. De grand cœur, avec zèle et empressement. Il nous a rendu ce service de grand cœur.
4.  Remarque. Devant un nom féminin commençant par une consonne, Grand restait invariable en ancien français. Cet usage s’est conservé dans certaines locutions et certains mots composés qu’on a écrits avec une apostrophe, comme grand’chose, grand’faim, grand’messe, grand’mère, grand’pitié, grand’route, etc. Aujourd’hui, on emploie généralement le trait d’union pour unir les deux termes, comme dans grand-chose, grand-mère, à grand-peine, grand-messe. Dans certaines locutions, l’emploi du trait d’union n’est pas systématique. On pourra écrire grand-faim ou grand faim, grand-peur ou grand peur, grand-route ou grand route, grand-rue ou grand rue, etc., sans que la langue littéraire ou archaïsante s’interdise dans ces cas l’emploi de l’apostrophe. ◉ Dans ces noms féminins composés, Grand, ne s’accordant pas en genre, ne s’accorde pas non plus en nombre.
III.
III. Qui est caractérisé par sa haute qualité, par son mérite supérieur.
1. Qui est très au-dessus des autres par la naissance, le rang, la condition. Grand seigneur. Grand dignitaire. Un grand personnage. Une grande dame. Grande famille, grande maison. Par extension. Porter un grand nom. Être de grande naissance. Avoir grand air, grande allure, un maintien noble et imposant. Expr. Se montrer grand seigneur, agir en grand seigneur, être très généreux. Faire le grand seigneur, affecter les manières et adopter le train d’un personnage important. Vivre en grand seigneur, magnifiquement, avec faste. Le grand monde, la haute société où se rencontrent ceux que distinguent la naissance, les dignités, les richesses. Aller dans le grand monde, fréquenter le grand monde.
▪ Subst. Les grands, les princes du sang et les personnages de haute noblesse, sous l’Ancien Régime. Spécialement. Grand d’Espagne, seigneur de haute noblesse qui avait, entre autres privilèges, celui de rester couvert devant le roi. S’emploie aujourd’hui dans l’expression Les grands de ce monde, pour désigner ceux qui détiennent le pouvoir ou qui occupent, dans une société, le devant de la scène.
2. Qui figure au sommet ou dans les rangs les plus élevés d’une hiérarchie ; qui a le titre le plus élevé. Le grand prêtre du temple. Grand aumônier. Grand écuyer. Grand veneur. Grand chambellan. Le grand maître de l’ordre de Malte. Grand officier de la Légion d’honneur. Les grands corps de l’État, voir Corps. Le grand patron, le grand chef. Être grand reporter. Anciennement. Grand prieur de Cluny. La grande prieure d’une abbaye. Le Grand Électeur, voir Électeur. histoire. S’employait dans le titre donné à divers princes souverains. Le Grand Turc. Le Grand Khan. Le Grand Mogol.
▪ Expr. fam. Grand Dieu ! exclamation d’étonnement, de crainte. Promettre, jurer ses grands dieux, promettre, jurer par un serment solennel.
3. Qui surpasse les autres par le talent, le génie, le mérite, les qualités de l’esprit. Ce fut un grand roi, un grand ministre, un grand politique. Un grand savant, un grand médecin. Un grand romancier, un grand artiste. Un grand homme. Aux grands hommes, la patrie reconnaissante, formule officielle d’hommage à ceux qui firent la gloire d’une nation, inscrite au fronton du Panthéon, à Paris. Par métonymie. Un grand esprit. Un grand livre, un grand film. Il a laissé une grande œuvre.
▪ Spécialement. Avec l’article défini. Accompagne, comme titre de gloire, le nom de certains personnages illustres. Le Grand Condé. La Grande Mademoiselle. La Grande Catherine. Placé après le nom, s’emploie comme surnom pour distinguer un personnage illustre de ses homonymes, des autres membres d’une dynastie ou d’une famille. Alexandre le Grand. Louis le Grand. Pierre le Grand.
4. Qui surpasse les autres par les qualités morales ; courageux, magnanime, noble. Il fut grand dans l’adversité. Un grand cœur, une grande âme. Par métonymie. Servir une grande cause, un grand dessein. Se signaler par de grandes actions. Ce qu’il a fait est grand.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.