fait

II. FAIT

Prononciation : (le t, en principe, ne se prononce pas, mais l’usage s’est établi de le prononcer au singulier dans certains cas, comme dans l’expression C’est un fait) nom masculin
Étymologie : xiie siècle. Issu du latin factum, participe passé neutre substantivé de facere, « faire ».
↪ voir aussi : I. Fait, faite (adj.)

I.

I. Acte, action considérés sous leur aspect général.
Le fait de parler, d’écrire, de marcher, de vivre. Le fait de entre dans la définition des substantifs dont le sens correspond à celui d’un verbe, lorsqu’on veut marquer qu’il n’y a pas intervention humaine. Dans les autres cas, on emploie l’expression Action de.
1. Acte qui a été accompli. Vous êtes coutumier du fait. La presse s’intéresse à tous ses faits et gestes. Expr. Cette décision n’est pas de mon fait, je n’en suis pas l’auteur. Cela est de votre fait. Être sûr de son fait, être assuré du succès de ce que l’on a entrepris ; être sûr de ce qu’on affirme. Prendre quelqu’un sur le fait, le surprendre au moment où il agit, en flagrant délit. Fait du prince, acte du souverain usant de son autorité et, par extension, aujourd'hui, décision d’une autorité modifiant unilatéralement une situation. Le fait du prince peut constituer un cas de force majeure.
2. Action méritoire, glorieuse. Fait d’armes, exploit guerrier. Hauts faits, exploits mémorables. Fait de guerre, acte de courage ou d’héroïsme lors d’une opération de guerre. Être décoré pour fait de guerre.
3. Comportement, manière habituelle d’être ou d’agir. Ce n’est pas mon fait, ce n’est pas dans mes habitudes, dans ma manière d’agir. Agir ainsi n’est pas le fait d’un homme de cœur, l’attitude propre à un homme de cœur. Expr. Dire à quelqu’un son fait, lui dire sans ambages ce qu’on pense de lui ou de sa conduite.
4.  Loc. adv. Tout à fait, entièrement. L’ouvrage est tout à fait terminé. Elle est tout à fait guérie. Je suis tout à fait d’accord avec vous.

II.

II. Ce qui est arrivé, ce qui s’est produit dans des circonstances déterminées.
1. Ce qui a lieu ou a eu lieu réellement. Un fait de première importance. C’est un fait unique dans l’Histoire. L’enchaînement des faits. Le récit des faits. Présenter habilement les faits. Alléguer un fait connu. Dénaturer, rétablir les faits. Personne ne conteste le fait, le fait de son absence, le fait qu’il était absent ce jour-là, le fait qu’il se soit absenté.
▪ Expr. Fait accompli, acte sur lequel on ne peut plus revenir. On nous a mis devant le fait accompli. Fait acquis, qui ne peut être remis en cause. Fait exprès, évènement qui semble intentionnel, voulu. On dirait un fait exprès.
▪ Marque de domaine : journalisme. Fait divers, voir Divers.
2. Ce dont la réalité est évidente ou admise, reconnue par l’expérience ou par l’observation. C’est un fait avéré, patent, incontestable ou, elliptiquement, C’est un fait. C’est une question de fait. Il y a dans cet ouvrage bien des erreurs de fait. Un fait scientifique. Étudier les faits sociaux. Cette doctrine est appuyée sur des faits. Il faut s’incliner devant les faits. Le fait est que, c’est un fait que, il est incontestable que. Le fait est que je n’en savais rien. Spécialement. État de fait, situation évidente, constatée, et parfois en contradiction avec le droit. Pouvoir de fait, qui est patent sans être juridiquement reconnu (voir De facto).
3.  Loc. adv. De fait, en fait, par le fait, réellement, effectivement, quelles que soient les apparences. Il se trouve, en fait, maître du pays. Il est de fait que, il est sûr que ; il faut convenir que.
▪ Loc. prép. Du fait de, à cause de, en raison de. Du fait de sa maladie, elle ne pourra prendre part à notre voyage.
▪ Loc. conj. Du fait que, pour cette raison que. Du fait qu’il était malade, il est resté chez lui.

III.

III. Marque de domaine : droit. Toute action, tout évènement pouvant entraîner des conséquences juridiques.
Responsabilité du fait de l’homme, du fait des animaux, du fait des bâtiments, du fait des choses. Fait illicite, fait délictueux. Fait juridique, qui entraîne des conséquences juridiques. Fait matériel, fait considéré indépendamment des conséquences juridiques qu’il peut entraîner. Fait nouveau, fait non encore soumis à l’appréciation du tribunal. Point de fait, question qui concerne l’établissement d’un fait, par opposition à Point de droit. Soulever un point de fait. Erreur de fait, voir Erreur. Interroger sur faits et articles. Gestion de fait, voir Gestion. Spécialement. Voie de fait, action de s’emparer d’une chose sur laquelle on n’a pas de droit reconnu ; acte de violence, mauvais traitements infligés à quelqu’un. Il s’est livré à des voies de fait sur ses voisins.
▪ Expr. Prendre fait et cause pour, dans un procès, soutenir les prétentions de l’une des deux parties, voire prendre ses lieu et place. Par extension. Se déclarer pour quelqu’un, prendre son parti.

IV.

IV. Sujet, question que l’on énonce, dont on débat ou dont on informe.
Exposer le fait, le sujet du débat. Aller droit au fait. Venez-en au fait ou, elliptiquement, Au fait ! venez-en au sujet qui nous occupe. Ne nous écartons pas du fait. Revenons au fait.
▪ Expr. Être au fait, être informé, au courant. Il est au fait de ce qui se trame. Mettre quelqu’un au fait, l’informer, l’instruire de ce dont il s’agit ou de la tâche qu’il aura à accomplir. Se mettre au fait. Vous vous mettrez au fait de la situation. Il s’est mis rapidement au fait.
▪ Loc. adv. Au fait, placé au début d’une phrase. À propos de ce dont nous parlons, à ce sujet ; tout bien considéré. Votre mère est ici ? Au fait, comment va-t-elle ? Au fait, qu’est-ce que je risque ?
▪ Loc. prép. En fait de, en matière de. En fait de littérature, de sciences, de religion. Marque de domaine : droit. En fait de meubles, la possession vaut titre.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.