œil

ŒIL

Prononciation : (se prononce euil) nom masculin (pluriel Yeux, sauf dans certains sens spécialisés et dans les noms composés).
Étymologie : xe siècle, olz (au pluriel) ; xie siècle, oil (au singulier) et ialz (au pluriel) ; xive siècle, œil (au singulier) et yeulx (au pluriel). Issu du latin oculus, de même sens.

I.

I. Organe de la vue.
1.  Chez l’homme, organe pair, de forme sphérique, logé dans l’orbite, dont la paroi est constituée de trois membranes (la rétine, l’uvée et la sclérotique qui, dans sa partie antérieure, forme la cornée) entourant les milieux transparents (cristallin, humeur aqueuse et humeur vitrée), et qui reçoit et transmet au cerveau les impressions lumineuses (on dit aussi Globe oculaire). Le fond de l’œil. La prunelle de l’œil. Le blanc de l’œil, des yeux, la partie antérieure de la sclérotique entourant l’iris et la pupille, que l’on voit à travers la cornée transparente. Des yeux bleus, bruns, dont l’iris est de cette couleur. Minerve, la déesse aux yeux pers. Des yeux à fleur de tête, saillants. Des yeux creux, enfoncés. Des yeux louches, voir Louche I.
▪  Les larmes lui montèrent aux yeux. Des yeux emplis, mouillés, noyés de larmes. Avoir une poussière dans l’œil. Avoir les yeux qui pleurent, qui larmoient. Avoir une taie sur l’œil. Le glaucome, la conjonctivite, la cataracte sont des maladies qui affectent les yeux. Perdre un œil, ses deux yeux. Œil de verre ou (rare) œil artificiel, prothèse à visée esthétique destinée à prendre la place d’un œil énucléé ou éviscéré.
▪  Se dit, par extension, de toute la région qui entoure cet organe. Des yeux en amande, bridés. Se frotter, s’essuyer les yeux. Avoir les yeux gonflés, rouges, bouffis. Avoir les yeux battus, cernés. Un œil au beurre noir, un œil poché, cerné d’ecchymoses ou marqué d’un hématome. Ouvrir, fermer les yeux, les paupières. Fermer les yeux de quelqu’un, à quelqu’un, abaisser ses paupières quand il a rendu son dernier souffle. Cligner de l’œil ou des yeux. Clin d’œil, voir Clin I.
2.  Marque de domaine : zoologie. Œil composé, œil des Arthropodes, formé par la juxtaposition de nombreuses unités appelées ommatidies (on dit aussi Œil à facettes). Œil simple, chez certains invertébrés, structure formée d’un petit nombre de cellules photosensibles (on dit aussi Ocelle). Œil des Céphalopodes, des Vertébrés, organe de structure proche de celle de l’œil humain.

II.

II. Loc. et expr. à valeur figurée.
1.  Locutions et expressions ayant trait à l’aspect, au rôle, à l’importance de l’œil. Être frais comme l’œil, très dispos. Avoir bon pied, bon œil, être actif, alerte, en dépit de l’âge. Avoir une coquetterie dans l’œil, un léger strabisme. Pour les beaux yeux de quelqu’un, pour lui plaire, pour lui faire plaisir ou, spécialement, gratuitement. Je ne vais pas me compromettre pour ses beaux yeux. Pop. À l’œil, anciennement, sur la bonne mine de quelqu’un, et, aujourd'hui, gratuitement. Voyager à l’œil.
▪  Ouvrir de grands yeux, des yeux ronds, être très étonné. Ouvrir des yeux grands comme des soucoupes (fam.), écarquiller les yeux en signe de surprise. Les yeux lui sortent de la tête, il manifeste une violente émotion, une violente colère, une grande surprise. Lever les yeux au ciel, pour prendre Dieu à témoin ou exprimer divers sentiments, notamment l’exaspération, l’incrédulité. Fam. Tourner de l’œil, perdre connaissance.
▪  Regarder quelqu’un dans le blanc des yeux, de très près. Voir la paille dans l’œil de son prochain et ne pas voir la poutre qui est dans le sien, voir Paille.
▪  J’y tiens comme à la prunelle de mes yeux, c’est quelque chose d’irremplaçable, dont je ne peux me passer. S’arracher les yeux, se dit de deux personnes qui ont une violente querelle. Coûter les yeux de la tête, coûter horriblement cher. Prov. Œil pour œil, dent pour dent, voir Dent.
2.  Locutions et expressions ayant trait aux larmes, au sommeil. Avoir les larmes aux yeux ou, fam., la larme à l’œil, être très ému ou très émotif. Pleurer d’un œil et rire de l’autre, être partagé entre le chagrin et la joie. Ils n’ont plus que leurs yeux pour pleurer, ils ont été entièrement dépouillés, ils ont tout perdu.
▪  Ne pouvoir fermer l’œil, ne pouvoir dormir. Ne dormir que d’un œil, rester sur le qui-vive, même pendant le temps où l’on se repose.
3.  Locutions et expressions ayant trait à la vue, au regard et, par extension, à la perspicacité, au jugement. Avoir des yeux, de bons yeux, voir bien, voir ce qui échapperait à d’autres ; s’apercevoir de ce qui se passe, ne pas être dupe. On dit parfois, par insistance, J’ai des yeux pour voir. Avoir l’œil perçant. Avoir l’œil exercé ou, simplement, avoir de l’œil, avoir l’œil, avoir acquis dans un domaine, notamment en art, par l’habitude et la pratique, la faculté d’évaluer, de juger bien et promptement. Avoir des yeux de lynx, voir Lynx. Avoir des yeux d’aigle, un œil d’aigle, un coup d’œil d’aigle, voir Aigle. Avoir des yeux de chat, distinguer les objets dans l’obscurité, dans la nuit. Jeter de la poudre aux yeux, voir Jeter. Avoir un bandeau sur les yeux (par référence à la représentation de la Fortune), ne pas voir la vérité ou refuser de la voir. Fam. N’avoir pas les yeux en face des trous, être incapable de bien voir, de reconnaître, de discerner, notamment parce que l’on est mal réveillé. Se mettre et, pop., se fourrer le doigt dans l’œil, se tromper grossièrement.
▪  À vue d’œil, à en juger par la seule vue, approximativement. À vue d’œil, il doit y avoir trois cents mètres de distance. Par hyperbole, pour souligner la rapidité d’une transformation. Cet enfant grandit à vue d’œil. À l’œil nu, sans l’aide d’un instrument d’optique. Une étoile visible à l’œil nu. Fam. Avoir le compas dans l’œil, mesurer avec justesse, sans l’aide d’aucun instrument, les distances et les dimensions. Avoir les yeux plus grands, plus gros que le ventre, demander plus de nourriture qu’on ne peut en manger et, par extension, surestimer sa capacité à remplir une tâche.
▪  Coup d’œil, regard rapide. Jeter, donner, lancer un coup d’œil, examiner rapidement. D’un coup d’œil, d’un seul regard. Du haut de cette colline, on embrasse d’un coup d’œil tout l’horizon. Cela vaut le coup d’œil, mérite d’être vu, découvert. Au premier coup d’œil, au premier abord. Je l’avais deviné au premier coup d’œil. Avoir un bon coup d’œil ou, fam., avoir le coup d’œil, apprécier rapidement ce qui est important. Par métonymie. Un coup d’œil, ce qui s’offre à la vue.
▪  Ouvrir, fermer les yeux à la lumière, naître, mourir. Ouvrir les yeux sur quelque chose, découvrir une chose que l’on s’était longtemps refusé à voir. Ouvrir les yeux à quelqu’un, lui révéler quelque chose. Il m’a ouvert les yeux sur ce problème, sur cet homme. Dessiller les yeux, voir Dessiller. Fermer les yeux sur quelque chose, voir Fermer. Les yeux fermés, voir Fermé.
▪  Détourner les yeux. Regarder du coin de l’œil, à la dérobée. Mes yeux sont tombés sur cet entrefilet ou cet entrefilet m’est tombé sous les yeux, je l’ai vu par hasard. Mettre une chose sous les yeux de quelqu’un, l’obliger à la regarder, à en prendre connaissance. Avoir quelque chose sous les yeux, devant soi, bien en vue. Voir tout par ses propres yeux, ne s’en rapporter qu’à soi-même pour comprendre, juger. On dit, dans le sens contraire, Il ne voit rien que par les yeux d’untel. Je l’ai vu de mes propres yeux ou, par insistance, Je l’ai vu, de mes yeux vu, se dit pour insister sur la véracité de son témoignage, à propos d’un évènement extraordinaire. Ne pas en croire ses yeux, être extrêmement surpris.
▪  Frapper les yeux, sauter aux yeux, être très visible et, par extension, évident. Il y a là des incohérences qui sautent aux yeux. Crever les yeux (fam.), voir Crever. Blesser les yeux (vieilli), déplaire, offenser. Ce spectacle blesse les yeux. Flatter l’œil, lui plaire, charmer le regard. Fam. Donner, taper dans l’œil de quelqu’un, le séduire, lui plaire dès l’abord. Loc. adj. inv. Tape à l’œil ou Tape-à-l’œil, d’un luxe voyant et de mauvais goût. Une toilette tape à l’œil. Pop. Je m’en bats l’œil, je m’en moque. Mon œil ! exclamation par laquelle on exprime ironiquement l’incrédulité.
▪  Par métonymie. Au pluriel. Pour désigner la personne qui regarde. Ôtez cela de devant mes yeux, de ma présence. Cela s’est passé aux yeux de tous, en présence de tous. Expr. fam. Entre quatre yeux (on prononce ordinairement, par plaisanterie, entre quat’z-yeux), en tête à tête. Nous parlerons de cela entre quatre yeux. Prov. Loin des yeux, loin du cœur, l’amour ne résiste pas à une longue séparation.
4.  Locutions et expressions ayant trait à l’attention, à la vigilance. Être tout yeux, observer avec attention, intérêt. Avoir l’œil, ouvrir l’œil, être sur ses gardes. Avoir l’œil à quelque chose, sur quelque chose, en avoir soin, y veiller. Avoir l’œil à tout. Avoir l’œil sur quelqu’un ou (fam.) avoir quelqu’un à l’œil, le surveiller de près. Gardez un œil sur cet enfant, ne quittez pas cet enfant des yeux. Avoir toujours quelque chose devant les yeux, y songer, en être sans cesse occupé. N’avoir pas ses yeux dans sa poche (fam.), se dit de quelqu’un à qui rien n’échappe. Où aviez-vous donc les yeux ? reproche qu’on adresse à quelqu’un qui a manqué d’attention, de vigilance. Fixer, jeter, porter les yeux sur un objet, sur une personne, les regarder avec attention ou avoir sur eux des vues particulières. N’avoir d’yeux que pour telle personne, lui accorder toute son attention et, par extension, toute son affection. Pop. Se rincer l’œil, jouir d’un spectacle excitant.
▪  Spécialement. L’œil du maître, voir Maître I. L’œil de Moscou, s’est dit, du temps de l’Union soviétique, de tous ceux que l’on soupçonnait d’informer Moscou, d’en être les agents.
▪  En parlant d’un cheval. Être sur l’œil, se dit d’un cheval inquiet, en alerte, sensible au moindre mouvement qu’il perçoit aux abords.
5.  Locutions et expressions ayant trait aux dispositions du caractère, à l’expression des mouvements du cœur, émotions, sentiments. Avoir l’œil dur, méchant, tendre, mélancolique. Des yeux langoureux, des yeux de velours. Des yeux de braise, qui ont un vif éclat. N’avoir pas froid aux yeux, être brave, audacieux. Spécialement. Le mauvais œil, faculté attribuée à certaines personnes de porter malheur ou de jeter un sort par un simple regard. Avoir eu le mauvais œil se dit aussi parfois de la personne qu’on croit victime d’un tel sort.
▪  Caresser des yeux, regarder avec sympathie, avec un évident plaisir. Couver des yeux (fam.), voir Couver. Manger, dévorer des yeux, contempler avec insistance, avec convoitise.
▪  Faire les gros yeux ou de gros yeux à quelqu’un, le regarder intensément, d’un air de reproche, de mécontentement. Se faire obéir au doigt et à l’œil, au moindre signe, par l’autorité de son regard. Fam. Faire les yeux doux à quelqu’un, le regarder amoureusement, chercher à lui plaire. Faire de l’œil à quelqu’un, l’aguicher du regard. Faire des yeux de merlan frit, voir Merlan.
▪  Voir, regarder une personne, une chose d’un œil indifférent, jaloux, dédaigneux, d’un œil d’envie, de mépris, avoir pour elle tel ou tel de ces sentiments et le lui témoigner. Voir quelqu’un, quelque chose d’un bon œil, d’un mauvais œil, avec satisfaction, affection, ou avec déplaisir, hostilité. D’un œil ferme, avec fermeté, courage. Il vit d’un œil ferme la ruine de ses espérances. D’un œil serein, d’un œil sec, d’un œil froid, sans s’affliger, sans montrer d’émotion, de sympathie. Voir d’un même œil une chose et une autre, considérer avec les mêmes sentiments deux choses différentes. Voir les choses d’un autre œil, avec d’autres yeux, avec des sentiments différents de ceux qu’on éprouvait auparavant. Les yeux de la foi, voir Foi.
▪  Loc. prép. Aux yeux de, suivant la manière de voir, le sentiment de. Aux yeux de la loi, il est coupable. Aux yeux de sa famille, elle est irréprochable.

III.

III. Par analogie. Ce qui présente une forme évoquant celle de cet organe. S’emploie dans différents domaines spécialisés et dans nombre de dénominations de la langue courante.
1.  Marque de domaine : architecture. Œil de dôme ou, simplement, œil, ouverture circulaire au sommet d’une voûte, au centre d’un dôme (on dit aussi Oculus). Œil-de-bœuf, voir ce mot. L’œil d’une volute, d’une rosace, l’ornement situé en son centre. Œil de tailloir, petit motif en bas-relief, sculpté sur chaque côté d’un tailloir de chapiteau corinthien.
2.  Marque de domaine : technique. (pluriel Œils). Évidement de forme arrondie pratiqué dans certains instruments et outils. L’œil d’une grue, d’une meule, d’un étau, où l’on passe un câble, une pièce métallique, etc. L’œil d’un marteau, où est fixé le manche. L’œil d’une ancre de marine, qui reçoit l’organeau. Œil-de-pie, voir ce mot. Par analogie. L’œil d’une source, l’orifice naturel par où elle sort de terre.
▪  Se dit aussi d’une boucle qu’on forme à l’extrémité d’une corde, d’une tige de métal.
3.  Marque de domaine : typographie. (pluriel Œils). Dans la composition au plomb, partie de la lettre qui est en relief et qui laisse son empreinte au tirage. L’œil a diverses dimensions dans les caractères d’un même corps. Corps 24 gros œil, corps 24 petit œil. Par extension. L’œil d’une lettre manuscrite.
4.  Marque de domaine : botanique. Marque de domaine : horticulture. Petite excroissance qui paraît sur une tige ou une branche, et qui annonce une feuille, un rameau ou un fruit ; bourgeon. Les yeux de la vigne, des arbres fruitiers. Œil à fleurs. Œil à bois. Tailler à deux yeux, à trois yeux, en laissant sur le rameau coupé deux, trois de ces bourgeons. Se dit aussi d’une petite dépression arrondie formée par les restes du calice, que l’on voit au sommet de certains fruits, à l’opposé de la queue (on dit aussi Nombril et Ombilic). L’œil de la pomme, de la poire. Désigne encore, sur le tubercule de la pomme de terre, un petit renfoncement d’où sortira un germe.
5.  Marque de domaine : météorologie. L’œil d’un cyclone, la zone de calme située en son centre.
6.  Dans la langue courante. Les yeux du plumage du paon, les ornements circulaires que forment les divers coloris de ses plumes, et qu’on appelle aussi ocelles. L’œil d’un rideau de scène, petite ouverture pratiquée dans le rideau d’un théâtre pour observer la salle. Les yeux du bouillon, petits ronds de graisse qui apparaissent à la surface d’un bouillon gras. Yeux se dit aussi des petits trous qui se forment dans la mie de pain ou dans la pâte de certains fromages.
▪  Entre dans la dénomination familière de pierres, de plantes comme l’œil de soleil, la matricaire, l’œil de cheval, l’aunée, les yeux de chat, la chicorée sauvage, et dans la formation de noms composés dont les plus courants figurent ci-dessous.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.