En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

éveiller

ÉVEILLER

conjugaison verbe transitif
xie siècle. Issu du latin evigilare, « s’éveiller, veiller », dérivé de vigil, « éveillé, vigilant ».
1. Tirer du sommeil. On est venu m’éveiller ce matin à cinq heures. Quand il dort, le canon ne l’éveillerait pas. Pron. Elle s’est éveillée en sursaut. S’éveiller au moindre bruit. (Aujourd’hui, on dit plus souvent Réveiller.)
▪ Par extension. Tirer d’un état d’indifférence, d’engourdissement. Vous avez l’air endormi : allons, éveillez-vous ! Prov. N’éveillez pas le chat qui dort, voir Chat.
2.  Fig. Faire naître. Éveiller la jalousie, l’inquiétude de quelqu’un. Son embarras éveilla mes soupçons. Éveiller l’attention du public. Éveiller chez un enfant le sens du devoir. Pron. L’ambition s’éveilla de bonne heure en lui.
3. Faire apparaître ce qui est latent ; amener une personne à s’intéresser aux choses, à les comprendre. Éveiller l’intelligence. Éveiller un adolescent à la poésie. Pron. S’éveiller à, devenir sensible à. S’éveiller à l’amour, à l’art.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.