En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

presser

PRESSER

conjugaison verbe transitif et intransitif
xiie siècle. Issu du latin pressare, « presser, serrer », lui-même dérivé de premere, « presser, comprimer ».
I.
I. Verbe transitif.
1.  Peser, exercer une pression sur ; appuyer une chose contre. Presser les flancs de sa monture. Presser la détente d’une arme à feu. Elle lui pressa la main. Presser son front contre la vitre. Rabattez les bords de la pâte et pressez-les l’un sur l’autre.
▪  Par extension. Pousser ; serrer de près. Il était pressé par la foule. On pressa tant les ennemis qu’ils furent contraints à la retraite. Presser les rangs (vieilli), les resserrer. Pron. L’enfant se pressait contre sa mère. Nous nous presserons un peu pour vous faire place. Spécialement. Former une foule compacte, se trouver en nombre. Un public enthousiaste se pressait pour le voir. Les visiteurs se pressaient à la porte. Dans un essaim, les abeilles se pressent par milliers. Fig. Une clientèle étrangère se presse à la table de ce grand cuisinier. Les souvenirs se pressent à sa mémoire. Les paroles se pressaient à ses lèvres.
2.  Serrer avec force ; comprimer. Presser quelqu’un dans ses bras, entre ses bras. Presser un enfant sur son sein, contre son cœur. Presser une éponge imbibée d’eau. Presser dans un étau. Fig. La douleur le presse. Avoir le cœur pressé, serré, oppressé.
▪  Expr. fig. Si on lui pressait le nez, il en sortirait du lait (pop.), voir Lait. Presser quelqu’un comme un citron (fam.), voir Citron. Prov. Quand on a pressé l’orange, on jette l’écorce, après avoir tiré de quelqu’un tous les services qu’il pouvait rendre, on le rejette.
▪  Spécialement. Soumettre à l’action d’un pressoir, d’une presse. Presser du raisin, des olives. Lors de la fabrication de certains fromages, on presse le caillé pour en accélérer l’égouttage. Presser de la paille pour la mettre en bottes. Presser une étoffe pour la lustrer. On pressait naguère les disques microsillons, on les fabriquait à partir de matrices.
3.  Fig. Harceler ; contraindre, pousser avec insistance à faire, à accepter quelque chose. Son créancier le pressait vivement. Pressé de toutes parts, il ne savait que décider. Pressée par les syndicats, la direction de l’entreprise a accordé une augmentation de salaire. Presser quelqu’un de questions. Son conseiller le pressait d’agir. Pressée par la faim, la bête s’est rapprochée du village. Pressé par la nécessité, pressé par les circonstances.
▪  Loc. vieillies. Presser une femme, la poursuivre de ses assiduités. Être pressé d’argent, en manquer, en avoir besoin.
4.  Hâter, précipiter un évènement, une action, un mouvement, etc. ; obliger quelqu’un à faire diligence. Presser son départ. Il faut presser cette affaire. Presser l’allure, presser le pas. Vous avez beau me presser, je ne saurais aller plus vite. Il n’y a rien qui nous presse. Pron. Si vous ne vous pressez pas, vous arriverez en retard. Marcher sans se presser. Se presser de rentrer chez soi. Elliptiquement et fam. Pressons ! se dit pour inciter quelqu’un à se dépêcher.
▪  musique. Presser le rythme, la mesure, accélérer la rapidité d’exécution ; fig., se dépêcher ou hâter l’avancement d’une affaire.
II.
II. Verbe intransitif.
1.  Exercer une pression. Presser sur une touche, sur un bouton. Presser sur un tube de dentifrice.
2.  Être urgent, ne souffrir aucun délai ; obliger à ne pas différer. L’affaire presse. Le temps presse. Rien ne presse.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.