En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

noir, noire

NOIR, NOIRE

adjectif et nom
xie siècle, neir. Issu du latin niger, « noir ».
I.
I. Adjectif.
1.  Qui est de la couleur d’un objet absorbant la totalité des rayons lumineux du spectre solaire ; qui est de la couleur du charbon, du jais, de l’ébène. Du marbre noir. Un pelage noir. Avoir les cheveux, les yeux noirs. Une tenture noire. Un costume noir. Crayon noir. De l’encre d’un bleu noir ou, elliptiquement, bleu-noir. Tableau noir, panneau apposé sur le mur d’une salle de classe, et sur lequel on écrit à la craie. Le pavillon noir des pirates, le drapeau noir des anarchistes. Expr. Noir comme du charbon, comme de la suie. Noir comme de l’encre, plus noir que l’encre, d’un noir intense. Noir comme l’ébène. Noir comme l’aile d’un corbeau ou, elliptiquement, aile de corbeau, noir avec des reflets bleu foncé. Noir comme jais ou, elliptiquement, jais, d’un noir soutenu et luisant. Fig. et fam. Être noir de colère ou, par métonymie, dans une colère noire, être en proie à une violente colère, être en fureur. La salle était noire de monde, les visiteurs, les spectateurs s’y pressaient. Pop. Être noir, être complètement ivre.
▪  Spécialement. médecine ancienne. Bile noire, ou Atrabile, voir Bile. – gravure. Manière noire, voir Manière. – vènerie. Les bêtes noires, les sangliers. Expr. fig. et fam. Être la bête noire de quelqu’un, être pour lui un objet d’aversion et de haine. – cuisine. Viandes noires, viande de lièvre, de chevreuil, de sanglier, etc., par opposition aux viandes rouges ou blanches.
▪  beaux-arts. Vierges noires, se dit de certaines statues anciennes de la Vierge, généralement sculptées dans le bois et qui sont de couleur très sombre. La Vierge noire du Puy, de Czestochowa.
▪  Par opposition à d’autres choses comparables ou de même nature de couleur claire ou blanche. Blé noir, sarrasin. Du pain noir, fait de farine de seigle, de sarrasin et de froment. Du boudin noir. Du poivre noir. Beurre noir, voir Beurre. Raisin noir. Chocolat noir. Café noir. Des lunettes noires, aux verres fumés. Une perle noire. Boules noires (anciennement), par opposition à Boules blanches, voir Boule. Loc. fig. L’or noir, le pétrole. Dans certaines dénominations géographiques. La mer Noire. La Forêt-Noire. La montagne Noire.
▪  Loc. Les moines noirs, les Bénédictins (par opposition aux Cisterciens, appelés Moines blancs). Blouson noir (vieilli), voir Blouson. histoire. Les Centuries noires, en Russie, groupes terroristes antisémites, sous le règne de Nicolas II. Les Chemises noires, les groupements fascistes italiens.
▪  Adverbialement. Dire tantôt blanc, tantôt noir, changer sans cesse d’avis ; tergiverser. Il dit blanc un jour, noir le lendemain. Si vous lui dites blanc, il répondra noir, il se plaît à contredire.
2.  Se dit d’une personne ou d’une population caractérisée notamment par une pigmentation sombre de la peau, par opposition à Blanc et à Jaune (s’est substitué dans l’usage au mot Nègre). Un homme noir. Une femme noire. Par métonymie. Une personne de race noire. Les quartiers noirs des grandes villes américaines. L’Afrique noire, l’Afrique subsaharienne. Le continent noir, l’Afrique.
3.  Qui n’est pas propre, dont la couleur est ternie, salie. Avoir les mains noires, les ongles noirs. Des vêtements noirs de boue. Une muraille noire de suie. Loc. pop. Les gueules noires, les mineurs.
▪  Spécialement. Marée noire, se dit d’une nappe de pétrole répandue au large, qui vient souiller les côtes.
▪  Expr. fig. Être noir de coups, avoir la peau couverte d’ecchymoses, de meurtrissures.
4.  Qui est sombre, obscur, privé de lumière, plongé dans les ténèbres. Des rues étroites et noires. Un noir cachot. Nuit noire, nuit complète, sans lune. Le ciel est noir, orageux, couvert de nuages. Nuages noirs, qui apparaissent dans un ciel clair et annoncent l’orage. Un froid noir, un froid qui s’accompagne d’un ciel couvert. Litt. L’onde noire, le Styx. Subst. Avoir peur du noir, de l’obscurité. Adverbialement. Il fait noir comme dans un four (fam.).
▪  Loc. fig. Cabinet noir, service où l’on procédait, par ordre du gouvernement, à la surveillance de certaines correspondances. Caisse noire, fonds qui n’apparaissent pas dans la comptabilité officielle. Bande noire, voir Bande II. Marché noir, marché clandestin où l’on peut se procurer au prix fort des produits non disponibles ou officiellement contingentés. Liste noire, liste des personnes à surveiller, à mettre à l’écart, etc. Subst. Fam. Travail au noir, non déclaré.
▪  Spécialement. photographie. Chambre noire, voir Chambre. – aéronautique. Boîte noire, voir Boîte. – physique. Corps noir, objet idéal, en équilibre thermodynamique, dont le rayonnement est exclusivement fonction de la température. Lumière noire, rayonnement ultraviolet qui excite la fluorescence de certains corps. – astronomie. Trou noir, objet idéal extrêmement dense, qui exerce une attraction si forte qu’il n’émet aucun rayonnement, et qui correspondrait au stade final de l’évolution d’une étoile.
▪  Fig. Qui marque ou inspire une sombre tristesse ; qui apporte ou annonce le malheur, la désolation. De noirs soucis. Un noir pressentiment. Avoir des idées noires. Une misère noire. Les années noires. Jeter un regard noir à quelqu’un. Un œil noir. Humour noir, qui tire un certain comique de réalités cruelles, de situations dramatiques. Roman, film noir, qui s’attache à dépeindre les aspects les plus sombres et les plus cruels de la condition humaine, des réalités sociales. Loc. fam. Série noire, succession rapide d’évènements fâcheux, funestes ; se dit aussi, par allusion à une célèbre collection de romans policiers, d’un genre littéraire et artistique. Film de série noire.
▪  histoire. La peste noire, l’épidémie qui ravagea une grande partie de l’Europe vers le milieu du xive siècle. Le Jeudi noir, le 24 octobre 1929, qui marqua, à la Bourse de New York, le début de la grande dépression. Septembre noir, nom d’une organisation terroriste, par référence aux affrontements de septembre 1970 qui virent l’écrasement des milices palestiniennes par l’armée jordanienne.
5.  Fig. Qui est inspiré par la malveillance, la méchanceté ; qui est empreint de noirceur. Nourrir de noirs desseins. Vit-on jamais action plus noire ? Avoir l’âme noire.
▪  Spécialement. Magie noire, qui suppose l’intervention des esprits démoniaques et que l’on pratique dans l’intention de nuire (par opposition à Magie blanche). Messe noire, messe sacrilège en l’honneur de Satan. Subst. alchimie. Œuvre au noir, première étape du grand art, au cours de laquelle s’opère la dissociation de la matière.
  Titre célèbre : L’Œuvre au noir, de Marguerite Yourcenar (1968).
II.
II. Nom masculin.
1.  La couleur qui ne réfléchit aucun rayon lumineux ; matière colorante, fard ou peinture de cette couleur. Un noir mat, brillant, luisant. Noir de Prusse, noir d’Espagne. Noir animal, produit de la calcination des os. Noir d’ivoire, voir Ivoire. Noir de fumée, voir Fumée. Teindre un vêtement en noir. Un film en noir et blanc. Le noir est en Occident la couleur du deuil. Avec un sens collectif. S’habiller en noir ou, vieilli, de noir, de vêtements de cette couleur. Elle est en noir, tout de noir vêtue. Une église tendue de noir.
▪  Expr. fig. Pot au noir, voir Pot I. Voir tout en noir, faire preuve d’un pessimisme exagéré, prévoir des évènements tristes et funestes. Broyer du noir (fam.), s’abandonner à de sombres pensées. Aller, passer, changer du blanc au noir, passer d’un extrême à l’autre. Loc. adv. Noir sur blanc, en toutes lettres, avec netteté, sans ambiguïté. Mettre noir sur blanc, mettre par écrit, indiquer clairement par un document. Il a mis ses idées noir sur blanc. Cette clause est stipulée noir sur blanc.
▪  beaux-arts. Les noirs, les ombres d’un tableau ou d’une estampe. Expr. Pousser, tirer au noir, se dit d’un tableau dans lequel les ombres et les demi-teintes noircissent par l’effet du temps. – imprimerie. Noir au blanc, impression aux couleurs inversées, dans laquelle les lettres apparaissent en blanc sur fond noir.
2.  jeux. Aux échecs, aux dames, etc., se dit des pièces ou pions opposés aux blancs. Les noirs jouent et gagnent.
III.
III. Nom.
1.  Personne appartenant à une population dont l’un des caractères physiques est la couleur sombre de la peau. Un Noir, une Noire. L’esclavage, la traite, l’émancipation des Noirs.
2.  N. m. pl. histoire. Les Noirs, s’est dit des députés qui, en 1789, siégeaient à l’aile droite de l’Assemblée constituante et étaient partisans d’un retour à l’absolutisme.
3.  N. f. musique. Note représentée par un rond noir, et dont la durée équivaut au double d’une croche et à la moitié d’une blanche.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.