En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

conte

CONTE

nom masculin
xiie siècle. Déverbal de conter (voir Compte).
1. Court récit d’aventures imaginaires, de caractère souvent merveilleux. Un conte en vers, en prose. Les Mille et Une Nuits sont un recueil de contes arabes. Les contes du Moyen Âge. Les contes licencieux de Boccace et de La Fontaine. Un conte philosophique, fantastique, cruel, réaliste, humoristique, satirique. Un conte bleu, voir Bleu. Un conte de fées. Les contes de fées enchantent l’imagination des enfants. Fig. Elle croyait vivre un conte de fées, une aventure merveilleuse, un rêve impossible.
 Titres célèbres : Contes de ma mère l’Oye, de Perrault (1697) ; Contes drolatiques, de Balzac (1832-1837) ; Contes cruels, de Villiers de l’Isle-Adam (1883) ; Contes du chat perché, de Marcel Aymé (1934-1958).
2.  Péj. Récit que son auteur donne pour vrai, mais qu’on se refuse à croire. C’est là pure invention, votre histoire n’est qu’un conte ! Défiez-vous de lui : c’est un faiseur de contes. Un conte en l’air, un conte de bonne femme, un conte à dormir debout, un tissu de balivernes et de mensonges.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.