En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française
9e édition (actuelle)
Dictionnaire de l’Académie française, 9e édition (actuelle)

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

abreuver
ABREUVER conjugaison verbe transitif
xiie siècle, abevrer. Du latin populaire *abbiberare, « faire ou mener boire », dérivé de bibere, « boire », en latin classique.
1. Faire boire les chevaux, le bétail, en mettant l’eau à leur portée. Abreuver les troupeaux. Pron. Boire. L’heure où les animaux viennent s’abreuver à la source. Par analogie et iron. Abreuver ses convives.
2. Imbiber en profondeur, saturer. La pluie a abreuvé la terre. Fig. et litt. La terre s’abreuve du sang des hommes. technique. Abreuver une paroi, la mouiller pour faciliter l’adhérence de l’enduit que l’on va y appliquer. Abreuver un panneau de bois, y appliquer de l’enduit pour en boucher les pores. Abreuver des tonneaux, des cuves, les remplir d’eau pour en faire gonfler le bois et assurer leur étanchéité. Abreuver les cuirs, les couvrir d’eau et de tan dans les fosses où ils doivent séjourner.
3.  Fig. Accabler de. Abreuver quelqu’un de coups, d’humiliations, d’injures.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.