En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

pleuvoir

7e édition

PLEUVOIR.

v. n. (Il pleut. Il pleuvait. Il plut. Il a plu. Il pleuvra. Il pleuvrait. Qu’il pleuve. Qu’il plût.)
■  Il se dit De l’eau qui tombe du ciel, et dans ce sens il est toujours impersonnel. Il pleut à verse. Il pleut à seaux. Il pleut bien fort. Il ne pleut guère. Il commençait à pleuvoir. Il y a longtemps qu’il n’a plu. Il ne fait que pleuvoir depuis quelque temps. Il pleuvra bientôt.
Fam., Il y pleut comme dans la rue, se dit en parlant D’une maison où la pluie perce les planchers.
Pop., Je n’en ai non plus qu’il en pleut, se dit Pour donner à entendre qu’on n’a pas la moindre partie de la chose dont il s’agit.
Prov., fig. et pop., Il a bien plu sur sa friperie, se dit D’un homme qui est déchu d’une vigoureuse santé, ou d’une fortune éclatante.
Pop., Comme s’il en pleuvait, Beaucoup, en grande quantité. Donnez-nous du vin comme s’il en pleuvait. Il dépense de l’argent comme s’il en pleuvait.
Prov. et fig., C’est un écoute s’il pleut, se dit D’un homme faible, qui se laisse arrêter par les moindres obstacles. Il se dit aussi D’une promesse illusoire, d’une mauvaise défaite, d’une espérance très incertaine.
Pleuvoir, se dit aussi De plusieurs choses qui tombent ou semblent tomber du ciel comme la pluie ; dans ce sens et dans le suivant il est quelquefois personnel. Le bruit courait qu’il avait plu du sang en tel endroit, qu’il y avait plu des pierres. Dieu fit pleuvoir le feu et le soufre sur Sodome et sur Gomorrhe.
Prov. et par exagérat., Quand il pleuvrait des hallebardes, la pointe en bas, ou simplement, Quand il pleuvrait des hallebardes, Quelque mauvais temps qu’il puisse faire.
Pleuvoir, se dit, figurément, De plusieurs choses qui tombent d’en haut en grande quantité. Il pleut des bombes, des obus, des boulets de canon, des balles de fusil en cet endroit. Les coups de fusil y pleuvent. On fit pleuvoir sur lui une grêle de coups, une grêle de pierres, une grêle de dards, de flèches, de traits.
Fig., Il pleut des brochures, de mauvais vers, etc., Il s’en publie chaque jour une grande quantité. Il pleut des chansons, des épigrammes, etc., contre un tel, Il court beaucoup de chansons, d’épigrammes, etc., contre lui. Les sarcasmes pleuvent sur lui de tous côtés, Il est l’objet de mille sarcasmes.
Fig. et fam., Il pleut des mauvais plaisants, des ennuyeux, des importuns, etc., Quelque part qu’on aille, on rencontre beaucoup de mauvais plaisants, d’ennuyeux, d’importuns, etc.
Fig., Les biens, les dignités, les honneurs pleuvent chez lui, pleuvent sur lui, Il lui arrive de grands avantages coup sur coup ; on lui prodigue les dignités, les honneurs.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.