poêle

III. POÊLE

Prononciation : ( se prononce oi) nom masculin
Étymologie : xive siècle. Issu du latin pe(n)silis, « qui pend, suspendu », lui-même dérivé de pendere, « pendre, suspendre », dans l’expression pensilia (balnea), « (bains chauffés) par-dessous, (étuves) suspendues ».
↪ voir aussi : I. Poêle (n. m.)II. Poêle (n. f.)
■  Appareil de chauffage en fonte, en fer, en faïence, etc. comportant un foyer clos dans lequel on brûle un combustible, et qui dégage de la chaleur grâce au rayonnement de ses parois. Un poêle à bois, à charbon. Par analogie. Un poêle à mazout, pourvu d’un réservoir.
▪  Le tuyau, la gueule d’un poêle. La clef d’un poêle, qui sert à en régler le tirage. Bourrer, allumer un poêle. Un poêle à combustion vive, à combustion lente. Poêle suédois, grand poêle de faïence qui occupe toute la hauteur de la pièce où il est installé, largement répandu dans l’Europe centrale et l’Europe du Nord. Par métonymie. S’est dit d’une pièce commune chauffée par ce moyen. C’est dans un poêle d’Allemagne que Descartes conçut les fondements de sa méthode.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.