poêle

II. POÊLE

Prononciation : ( se prononce oi) nom féminin
Étymologie : xiie siècle, paielle, puis paelle ; xviie siècle, poêle. Issu du latin patella, « patelle, petit plat servant aux sacrifices », lui-même dérivé de patina, « plat creux ».
↪ voir aussi : I. Poêle (n. m.)III. Poêle (n. m.)
■  Ustensile de cuisine rond ou ovale, peu profond à bords évasés, muni d’une longue queue, dont on se sert pour cuire certains aliments. Une poêle de fonte. Une poêle revêtue de téflon. Une poêle à crêpes, dont les bords sont peu élevés. Une poêle à marrons, dont le fond percé de trous permet de faire griller les marrons et les châtaignes sur des braises. Des légumes revenus, sautés à la poêle.
▪  Expr. fig. et fam. Tenir la queue de la poêle, être chargé du soin principal d’une affaire, en avoir la direction. Vieilli. Tomber de la poêle dans le feu, quitter un état fâcheux pour tomber dans un état pire encore, aller de mal en pis (on dit plus souvent Tomber de Charybde en Scylla).
▪  Par analogie. Marque de domaine : technique. Nom donné à divers récipients servant à faire fondre des matériaux comme la cire, l’étain, le plomb, etc. Anciennement. Dans les salines, récipient empli de saumure que l’on chauffait à feu continu pour provoquer l’évaporation de l’eau et la cristallisation du sel.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.