En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

humain, -aine

HUMAIN, HUMAINE

adjectif
xiie siècle. Emprunté du latin humanus, « propre à l’homme ; bienveillant ; civilisé, cultivé ».
1. Qui est de la nature de l’homme en tant qu’espèce, qui en présente les caractères spécifiques. L’être humain. Le corps humain. Découvrir des restes humains, un crâne humain. Expr. N’avoir pas ou n’avoir plus forme, figure, apparence humaine, être difforme ou défiguré au point d’être méconnaissable.
▪ Par métonymie. Qui est composé d’hommes. L’espèce humaine. Le genre humain. Les sociétés humaines. Des groupements humains. Expr. L’ami du genre humain, voir Ami.
▪ Subst. Les humains, l’ensemble des hommes.
2. Qui est propre à l’homme, qui caractérise sa nature, qui concerne sa place dans l’ordre du monde. L’esprit humain. La raison humaine, l’entendement humain. À l’échelle humaine, dans les limites des capacités de l’homme. La condition humaine ou l’humaine condition. Respect humain, souci que l’on a du jugement et des discours des hommes. Il a fait cela par respect humain. Les faiblesses humaines. Les passions humaines. Cela est au-dessus des forces humaines. Une beauté, une vertu plus qu’humaine. Les choses humaines, les affaires du monde, les évènements et accidents de la vie, qu’on oppose parfois aux réalités éternelles. Le cours, l’inconstance des choses humaines. La justice humaine, les lois humaines, par opposition à la justice divine et aux lois non écrites, imprescriptibles. Les voies humaines, les moyens dont l’homme dispose. Tenter toutes les voies humaines. Vieilli. Prudence humaine, inspirée par l’intérêt personnel plutôt que par le sentiment du devoir. Les lettres humaines, la grammaire, la rhétorique, la connaissance du passé de l’humanité, par opposition aux lettres divines ou lettres sacrées.
▪ Expr. empruntée à Térence. Je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger.
▪ Expr. proverbiale. L’erreur est humaine. Fam. C’est humain, cela découle de la faiblesse naturelle de l’homme.
▪ Subst. L’humain, ce qui appartient ou revient à l’homme.
▪ Par extension. Qui est conçu à la mesure de l’homme, fait pour l’homme. Une architecture de dimension humaine.
3. Qui est sensible à la pitié, secourable, bienfaisant. Se montrer humain envers les vaincus. Je ne connais pas de cœur plus humain.
▪ Par métonymie. Une attitude humaine. Oublier tout sentiment humain. N’avoir rien d’humain, être impitoyable, inflexible. Subst. Avoir le sens de l’humain.
4. Qui a l’homme pour objet. Anatomie, physiologie, biologie humaine. Géographie humaine, qui concerne les populations et leurs activités, par opposition à Géographie physique. Les sciences humaines, celles qui étudient l’homme dans son activité et son comportement, par opposition aux sciences de la nature. Faculté des lettres et sciences humaines. L’histoire, la psychologie, la sociologie et l’anthropologie font partie des sciences humaines.
 Titres célèbres : La Comédie humaine, d’Honoré de Balzac (écrite de 1830 à 1850) ; Humain, trop humain, de Friedrich Nietzsche (1878) ; La Bête humaine, d’Émile Zola (1890) ; La Voix humaine, de Jean Cocteau (1930) ; La Condition humaine, d’André Malraux (1933).
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.