En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

extraordinaire

EXTRAORDINAIRE

adjectif et nom masculin
xiiie siècle. Emprunté du latin extraordinarius, « supplémentaire », d’après la locution extra ordinem, « qui sort de l’ordre ».
I.
I. Adjectif.
1. Qui est hors de l’usage ordinaire, qui constitue une exception au cours habituel des choses. Tenir une séance, une session extraordinaire. Donner une audience extraordinaire. Des mesures extraordinaires. Des moyens extraordinaires. Tribunal extraordinaire. Le pourvoi en cassation est une voie de recours extraordinaire. droit international. Ambassadeur extraordinaire, qu’un chef d’État envoie à l’étranger pour le représenter dans une circonstance particulière ou de manière permanente. Envoyé extraordinaire, titre honorifique ajouté sur les lettres de créance à celui d’ambassadeur ou de ministre plénipotentiaire. – administration. Conseiller d’État en service extraordinaire, personnalité temporairement admise, par un décret pris en Conseil des ministres, dans le corps des conseillers d’État. – finances publiques. Dépenses extraordinaires, dépenses exceptionnelles, qui n’étaient pas prévues au budget. Budget extraordinaire, partie du budget consacrée à des dépenses imprévisibles liées à des circonstances particulières. – droit ancien. Question extraordinaire, torture la plus cruelle infligée à un accusé durant la question préparatoire. Il fut mis à la question ordinaire et extraordinaire. Procédure extraordinaire, procédure criminelle, par opposition à la procédure civile. Subst. Juger à l’extraordinaire, au criminel.
2. Qui étonne, surprend par sa singularité ; rare, étrange. Une histoire extraordinaire. Un évènement extraordinaire. Impers. Il est extraordinaire que je n’en aie rien su.
 Titre célèbre : Histoires extraordinaires, d’Edgar Poe, traduites par Baudelaire et publiées en 1856.
3.  Péj. Qui choque par sa bizarrerie, son extravagance. Voilà un personnage bien extraordinaire. Des manières extraordinaires. Un accoutrement extraordinaire.
4. Qui surpasse l’ordre commun, qui est très supérieur aux êtres ou aux choses comparables ; prodigieux, remarquable. Un musicien extraordinaire. Être doué d’une force, d’une mémoire extraordinaire. Une femme d’une beauté extraordinaire. Son exploit est extraordinaire. Il a rencontré un extraordinaire succès. Expr. fam. N’avoir rien d’extraordinaire, être médiocre ou banal. Ce livre, ce film n’a rien d’extraordinaire.
▪ Par emphase. Votre gâteau est extraordinaire.
5.  Loc. adv. Par extraordinaire, par exception ou par une circonstance tout à fait inhabituelle, par hasard, par chance. Par extraordinaire, j’étais sorti ce soir-là. C’est un menteur fieffé, mais, cette fois, par extraordinaire, il a dit la vérité.
II.
II. Nom masculin.
1. Ce qui s’écarte de l’usage, de la règle, de l’ordre commun. Il a le goût de l’extraordinaire.
2.  Vieilli. Ce qui est en dehors de la dépense ordinaire. Spécialement. L’extraordinaire des guerres ou de la guerre, fonds que l’on constituait autrefois pour faire face aux dépenses imprévues de la guerre. Trésorier de l’extraordinaire.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.