étouffer

ÉTOUFFER

conjugaison verbe transitif, intransitif et pronominal
Étymologie : xiiie siècle, estofer. Altération de l’ancien français estoper, « obstruer », sous l’influence d’estofer, « rembourrer » (voir Étoffer).

I.

I. Verbe transitif.
1. Faire périr en gênant ou en arrêtant la respiration. Le boa enserre sa proie et l’étouffe. Étouffer un oiseau. Par affaiblissement. Empêcher quelqu’un de respirer librement. La chaleur nous étouffe. L’air confiné de cette pièce m’étouffe. Étreindre, serrer quelqu’un contre soi à l’étouffer. L’émotion, l’angoisse l’étouffait.
▪ Par analogie. Empêcher de croître, de se développer. Les mauvaises herbes ont étouffé les fraisiers. Ce gros chêne étouffe les arbustes qui l’entourent. Étouffer le feu sous la cendre, l’éteindre en le recouvrant de cendres. Étouffer un début d’incendie avec des couvertures. Marque de domaine : marine. Étouffer une voile, étouffer la toile, serrer une voile avec les mains ou les bras, ou la maintenir serrée avec une garcette contre une vergue ou un mât pour la soustraire à l’action du vent.
▪ Expr. fam. Que la peste, que le diable l’étouffe ! formule de malédiction (vieilli). La politesse ne l’étouffe pas ou ce n’est pas la politesse qui l’étouffe, il est totalement dépourvu de politesse. Ce ne sont pas les scrupules qui l’étouffent.
2. Assourdir, amortir un son. La neige étouffe les bruits. De lourds rideaux étouffaient les clameurs qui montaient de la rue. Il y a sur les pianos une pédale qui sert à étouffer les sons. Dans ce morceau de musique, les trompettes étouffent les violons. Étouffer un soupir, un gémissement, ses sanglots, faire effort pour les contenir, les réprimer.
3.  Fig. Réprimer, empêcher de se développer. Étouffer un sentiment. Il a du mal à étouffer sa colère. Étouffer les remords de sa conscience. La paresse étouffe en lui les meilleures qualités. Étouffer les talents. Étouffer une conspiration. Expr. Étouffer dans l’œuf une révolte, une sédition, etc., les réprimer avant même qu’elles n’éclatent.
▪ Spécialement. Étouffer une affaire, une querelle, faire obstacle à leur divulgation ; faire en sorte qu’elles n’aient pas de suite (voir Étrangler). Le scandale a été étouffé.

II.

II. Verbe intransitif.
Périr par asphyxie. Le malade est près d’étouffer. Par affaiblissement. Avoir du mal à respirer, se sentir mal à l’aise. Étouffer de chaleur. On étouffe dans cette pièce. Il étouffe de rage. Fig. Le peuple étouffe sous la tyrannie. Il étouffait dans cette existence médiocre.

III.

III. Verbe pronominal.
Perdre la respiration. S’étouffer en mangeant. S’étouffer de rire.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.