En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

effet

EFFET

nom masculin
xiiie siècle, au sens d’« accomplissement » et « conséquence d’un acte » ; xive siècle, comme terme de finance ; xviie siècle, « impression produite sur quelqu’un ». Emprunté du latin effectus, « réalisation, accomplissement ; résultat », de efficere, « achever ».
I.
I. Acte ou fait considéré dans sa réalité.
1. Mise en œuvre, mise en pratique, réalisation, accomplissement. Le programme annoncé n’a pas été suivi d’effet. L’effet a suivi sa pensée. Mettre sa volonté à effet, en effet, la mettre à exécution, faire ce qu’on a décidé.
2. Le fait ou l’acte, par opposition à la parole ou à la pensée. Préférer les effets aux discours. Expr. vieillie. Homme d’effet, homme qui fait ce qu’il annonce, ce qu’il promet.
3.  finances. Effet de commerce, titre négociable ouvrant droit au paiement d’une somme d’argent à une date fixée. Effets publics, valeurs ou titres émis par l’État, les départements, les communes ou les établissements publics.
4.  droit. Prendre effet, en parlant de textes législatifs ou règlementaires, devenir applicables ou exécutoires. Prise d’effet d’une loi, d’un règlement, son entrée en vigueur. Effets civils, droits et avantages qu’assure la loi civile, comme le droit de tester, etc. Spécialement. Effets mobiliers ou effets, biens, objets meubles. Les effets d’une succession.
▪ Par extension. Vêtements, linge personnel. Ranger ses effets dans une armoire, une commode.
5.  équitation. Effet de rênes, action de la main qui permet au cavalier de conduire son cheval. On distingue cinq effets de rênes principaux.
6.  mécanique. Machine à vapeur à simple effet, à double effet, où la vapeur n’est admise que d’un côté du piston ou, alternativement, de chacun des deux côtés. Effet utile, rapport entre le travail utile fourni par une machine et l’énergie dépensée pour la faire fonctionner (on dit plutôt Rendement).
7.  Loc. adv. En effet, en fait, vraiment, réellement. Cette œuvre est réputée difficile, et elle l’est en effet. Par affaiblissement. Sert à confirmer ou à souligner ce qui est dit. Dans cette affaire, il n’y a, en effet, qu’une solution possible. Au début d’une phrase ou d’une proposition, en effet introduit une preuve, un argument, une explication. Ses succès sont mérités : en effet, il travaille beaucoup.
8.  Loc. prép. Sous l’effet de, sous l’action de. Les métaux se dilatent sous l’effet de la chaleur.
II.
II. Conséquence d’un acte, d’un phénomène.
L’effet bénéfique d’un traitement médical. Les effets secondaires d’un médicament. Les effets de la tempête. La chaleur a pour effet d’accélérer la fermentation des matières organiques. Les effets d’une doctrine, d’une théorie. L’effet de la passion, de l’amitié. Son comportement a eu sur l’auditoire un effet déplorable. L’effet du hasard. Ce n’est pas un effet du hasard si… Produire son effet, produire le résultat recherché. Ses interventions ont produit un effet décisif.
▪ Expr. proverbiale. Petites causes, grands effets, des évènements insignifiants peuvent avoir de grandes conséquences.
▪ Spécialement. physique. Manifestation sensible d’un phénomène secondaire. Effet de serre, échauffement de l’atmosphère terrestre lié à la présence de gaz carbonique et de vapeur d’eau qui retiennent la chaleur émise par la Terre. Effet Joule, échauffement que produit le passage d’un courant électrique dans une résistance. Effet d’optique, déformation apparente d’un objet dans certaines conditions d’observation. – philosophie. Tout phénomène conçu comme conséquence d’une cause qui le produit. Il n’est pas d’effet sans cause. Il ne peut y avoir rien de plus dans l’effet que dans la cause. Déduire l’effet de la cause. Discerner une relation de cause à effet. L’enchaînement des causes et des effets. – droit. Effet d’une loi, d’un jugement, conséquences juridiques qu’entraîne l’application de cette loi, de ce jugement. Effet suspensif, ajournement temporaire de l’exécution d’une décision de justice. Effet rétroactif, extension à une période antérieure à la date de leur adoption, de l’exécution d’un jugement, d’une décision législative ou règlementaire. Selon un principe traditionnel du droit, les lois ne sauraient avoir un effet rétroactif. – jeux. Mouvement de rotation imprimé à une balle, un ballon, une boule, pour en modifier la trajectoire ou le rebond. Le joueur de billard donne de l’effet en frappant la boule sur sa partie externe.
▪ Loc. adv. À cet effet, pour cet effet, à cette fin, pour cet usage. Traverser un ruisseau en franchissant la passerelle disposée à cet effet.
III.
III. Impression produite sur les sens, le cœur, l’esprit, et qui retient ou captive l’attention.
1. Cette impression elle-même. Créer un effet de surprise. Le bonhomme nous a fait l’effet d’un paresseux. Faire bon effet, mauvais effet. Expr. Faire de l’effet, faire bel effet, avoir belle apparence et causer une heureuse impression. Un uniforme, une toilette du plus bel effet. Fam. Faire un effet bœuf, un effet monstre, un drôle d’effet, produire une sensation forte ou bizarre. Iron. En parlant d’une personne. Il a fait son petit effet.
2.  Par métonymie. Le geste, l’attitude, l’inflexion de voix par lesquels on cherche à capter l’attention. Faire des effets de mains en parlant. Faire des effets de prunelle, des effets de jambes. Ménager ses effets. Les effets oratoires d’un avocat (on dit aussi Effets de manches). Le ténor a chanté son rôle avec de grands effets de voix. Un comédien qui soigne, qui rate ses effets. Elliptiquement. L’orateur conclut son discours par un effet de tribune qui déclencha l’enthousiasme de la foule. Expr. Couper ses effets à quelqu’un, l’empêcher, le plus souvent par un simple geste, de plaire, de séduire, de se mettre en valeur.
3.  littérature. beaux-arts. Impression esthétique produite par un œuvre littéraire ou artistique. Demander à l’art des effets nouveaux. Effet littéraire, procédé d’écriture par lequel l’auteur cherche à provoquer ou à soutenir l’intérêt du lecteur. Être sensible à l’effet de vie et de mouvement d’un roman de cape et d’épée. Un effet dramatique, un effet comique. Un effet de terreur. Spécialement. Scène à effet, scène qui impressionne fortement le public, le lecteur. Par extension. Un mot à effet, destiné à frapper l’attention, à étonner. Ne viser qu’à l’effet (péj.), chercher à frapper, à surprendre l’attention par l’emploi de procédés, d’artifices. Une comédie qui ne vise qu’à l’effet et au pittoresque. Sacrifier la vérité à l’effet. – peinture. Effet de lumière. Effet de jour, de nuit. Effet de perspective. – cinéma. télévision. Effets spéciaux, procédés destinés à produire des illusions visuelles ou sonores.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.