chant

I. CHANT

nom masculin
Étymologie : xiie siècle. Du latin cantus, « chant d’un humain, d’un oiseau, son d’un instrument, poème ».
↪ voir aussi : II. Chant (n. m.)
1. Suite musicale de sons émis par la voix. Un chant mélodieux, martial, militaire. Des chants de triomphe, d’allégresse. Chant grégorien, voir Grégorien. Plain-chant, voir ce mot. École, leçon, professeur de chant. L’art du chant.
2. Partie mélodique d’une musique instrumentale. L’harmonie ne doit point étouffer le chant. Ce morceau, cette ouverture manque de chant, de mélodie.
3.  Par analogie. Ramage ou cri plus ou moins mélodieux des oiseaux ou de certains animaux. Le chant du rossignol. Le chant des cigales. Le chant du coq m’a réveillé. Au chant du coq, à l’aurore. Fig. et litt. Le chant du cygne, par allusion au chant mélodieux que les poètes attribuaient au cygne mourant, la dernière grande œuvre d’un artiste de renom. Chant des sirènes, langage séduisant et trompeur.
4.  Marque de domaine : littérature. Pièce de poésie qui peut être chantée. Un chant funèbre, guerrier, pastoral. Chant royal, ancienne pièce de poésie française, composée de cinq strophes de onze vers chacune, le onzième vers de la première strophe étant répété à la fin de toutes les autres.
▪ Par extension. Toute composition poétique. Surtout au pluriel. Les chants du poète. Musset a écrit que « les plus désespérés sont les chants les plus beaux ». Spécialement. Chacune des divisions d’un poème épique ou didactique. Le premier, le second chant de l’« Iliade ». « Art poétique » de Boileau, chant quatre.
 Titre célèbre : Les Chants de Maldoror, du comte de Lautréamont, pseudonyme d’Isidore Ducasse (1869).
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.