En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

carte

CARTE

nom féminin
xive siècle, comme terme de jeu ; xve siècle, au sens propre de « feuille de papier épaisse ». Emprunté du latin charta, « feuille de papier » (voir Charte).
I.
I. Matière obtenue par assemblage de plusieurs feuilles de papier collées l’une sur l’autre.
De la carte fine, épaisse. Acheter de la carte.
II.
II. Petit rectangle constitué de cette matière.
A.  Ce qui sert de support aux figures d’un jeu. Les cartes du jeu des sept familles. Le plus souvent. Carte à jouer ou, elliptiquement, carte, petit carton rectangulaire fin illustré sur un côté par une figure et une couleur. Un jeu complet de cinquante-deux cartes comprend, dans chacune des quatre couleurs (pique, cœur, carreau, trèfle), des cartes marquées de un à dix et trois figures : le roi, la reine (ou dame) et le valet. Les hautes cartes, celles qui ont le plus de valeur. Basses cartes, dont la valeur va du deux au six inclus. Un jeu de trente-deux cartes. Des cartes biseautées, marquées, qui permettent de tricher. Battre, brouiller les cartes, voir Battre et Brouiller. Distribuer, donner les cartes, fournir à chaque joueur les cartes qui lui sont nécessaires pour jouer. Couper les cartes, couper une carte, voir Couper. Se défausser d’une carte, voir Défausser II. Retourner une carte, en montrer la face, la figure. De bonnes, de mauvaises cartes et, fig., avoir de bonnes, de belles cartes dans son jeu, avoir tout ce qu’il faut pour réussir brillamment. Carte maîtresse, qui assure la levée et, fig., ressource qui assure immanquablement le succès dans une entreprise. Abattre, jouer une carte et, fig., jouer la carte de l’apaisement, opter pour l’apaisement. Jouer ses cartes ou, fig., toutes ses cartes, utiliser toutes les ressources dont on dispose. Jouer sa dernière carte, l’abattre et, fig., faire une suprême tentative. Le dessous des cartes, face qu’on dissimule aux autres joueurs et, fig., connaître le dessous des cartes, les ressorts secrets d’une affaire, d’une intrigue. Cacher ses cartes, les dissimuler aux autres joueurs et, fig., tenir secrètes ses intentions. Abattre ses cartes, les montrer pour prouver qu’on a gagné et, fig., révéler ses intentions réelles. Fig. Jouer cartes sur table, ne rien dissimuler des tenants et aboutissants d’une affaire. Il a plus d’une carte dans son jeu, il a de nombreux moyens de se tirer d’affaire. Par métonymie. Le fait de jouer aux cartes, les profits ou pertes que cela entraîne. Les cartes l’ont ruiné.
▪ Spécialement. Tirer les cartes, chercher à prédire l’avenir en interprétant les combinaisons fortuites des cartes. Une tireuse de cartes. Tour de cartes, tour d’adresse exécuté avec des cartes à jouer. Un prestidigitateur habile à escamoter les cartes. Carte forcée, qu’on réussit à faire prendre par une personne qui croit la choisir librement et, fig., décision qu’on prend sous la contrainte. Château de cartes, échafaudage fragile que les enfants s’amusent à édifier avec des cartes et, fig., construction, institution, système fragile. Cette dictature s’est écroulée comme un château de cartes.
B.  Ce qui sert de support pour présenter de petits objets ou pour fournir des informations.
1. Carton où est maintenu, cousu ou collé un ensemble d’objets de même espèce. Une carte d’agrafes, d’aiguilles, de boutons-pression. Une carte d’échantillons d’étoffe.
2. Liste des mets, des vins, proposés au choix du client, avec leur prix. Demander la carte au restaurant. La carte des vins. La carte et le menu. Par analogie. Loc. À la carte, que l’on peut aménager avec une certaine liberté, organiser plus ou moins à son gré. Repas à la carte, par opposition à Repas à prix fixe. Travail à la carte.
3. Carton, ou papier fort, de petit format, délivré à une personne pour attester sa qualité, ses droits. Carte nationale d’identité. Carte d’électeur. Carte professionnelle. Carte de presse. Carte d’abonné, d’adhérent. Déchirer sa carte du parti, démissionner d’un parti pour manifester sa désapprobation. Carte de circulation, de réduction. Carte de séjour, de travail, titre permettant aux étrangers de résider et de travailler dans un pays. Carte grise, récépissé de la déclaration de mise en circulation d’une automobile. Carte d’alimentation, que l’on distribue en cas de rationnement. Carte d’invitation. Spécialement. Vieilli. Une fille en carte, une prostituée.
▪ Par extension. Mince plaquette de matière plastique. Carte magnétique, carte où les informations sont enregistrées sur des pistes magnétiques. La porte du garage s’ouvre à l’aide d’une carte magnétique. Cartes de paiement. Carte bancaire, document permettant à son titulaire d’effectuer des achats ou des retraits en espèces. Carte bancaire à piste magnétique, à microprocesseur. Carte bancaire à débit immédiat, à débit différé. Carte de crédit, document permettant de faire des achats que la banque ou la société émettrice débite en compte à terme. Carte de téléphone, voir Télécarte.
4. Rectangle de papier fort sur lequel on a fait imprimer ou graver son nom et parfois son adresse. Une carte de visite ou, elliptiquement, une carte. Corner et déposer sa carte de visite, chez une personne qu’on ne trouve pas chez elle. Voici ma carte. Spécialement. Anciennement. Remettre sa carte à quelqu’un, le provoquer en duel.
5.  Spécialement. Carte postale illustrée, dont un côté porte une image et l’autre les parties réservées à l’adresse et à la correspondance. Une collection de cartes postales. Cartes de vœux, qu’on envoie à ses relations au moment de Noël, du jour de l’an, ou à l’occasion d’un anniversaire, d’une fête.
6.  Carte blanche, sur laquelle rien n’est écrit ni dessiné. Fig. Donner, laisser carte blanche à quelqu’un, lui laisser une entière initiative dans une affaire. Le gouvernement a donné carte blanche à son représentant. Faites pour le mieux, vous avez carte blanche.
7.  mécanographie. Carte perforée, rectangle sur lequel des informations sont inscrites sous forme de perforations codées.
III.
III. Surface plane sur laquelle est représentée la figure de la Terre, du ciel ; par métonymie, cette représentation.
1. Ce qui représente le globe terrestre ou une de ses parties. Dresser, rectifier, consulter une carte. Calquer, décalquer une carte. Une carte muette, sur laquelle aucun nom n’est porté. Carte murale. Une carte à grande échelle. Une carte au millionième, au vingt-millième. Carte d’État-major. La carte de la France, des environs de Paris. Carte routière, touristique. Carte des régions et des départements. Une carte politique de l’Europe.
▪ Spécialement. Carte géologique. Carte hydrographique. Carte en relief, modelée en plâtre ou en plastique et reproduisant aussi les altitudes. Carte marine, à l’usage des navigateurs, qui indique les rivages, les récifs, les bancs, les hauts-fonds, ainsi que les phares, balises et amers. Faire le point et le reporter sur la carte.
▪ Expr. fig. Refaire la carte du monde, modifier, bouleverser les frontières des États. Rayer de la carte, détruire de fond en comble, anéantir. Après le séisme, cette ville a été rayée de la carte.
2.  Carte astronomique ou carte céleste, représentation graphique des constellations dans la situation qu’elles ont les unes par rapport aux autres. Une carte photographique du ciel. Une carte de la Lune.
3.  histoire littéraire. La carte du Tendre, imaginée par Mlle de Scudéry pour représenter allégoriquement les différentes approches de l’amour.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.