En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

courir

1re édition

COURIR

ou

COURRE.

v. n.
■  Aller de vistesse, & avec impetuosité. Courir legerement. courir de toute sa force. ce cheval court viste comme un cerf. cet homme court comme un Basque. courir, courre la poste. il est parti, courez aprés. courir à toute bride, à bride abbatuë, à toutes jambes.
Courir, signifie aussi quelquefois, Aller plus viste que le pas. Vous allez trop viste, vous ne marchez pas, vous courez. courir au feu. courir au Medecin. courir au remede.
On dit prov. Quand un homme va en quelque lieu avec ardeur, avec joye, qu’Il n’y va pas, qu’il y court, qu’il y court comme aux nopces.
On dit, Courir aux armes, pour dire, Prendre les armes en haste pour quelque alarme, ou pour quelque occasion pressante.
Il se dit fig. De toute action precipitée, de tout ce qu’on fait trop viste. Il faut aller bride en main, on ne fait pas les affaires en courant.
Ainsi l’on dit, d’Un homme qui lit, qui recite ou prononce, ou qui escrit trop viste, qu’Il court. lisez tout doucement, ne courez pas. il escrit cela en courant. il dit son Breviaire en courant.
On dit prov. Ce n’est pas le tout que de courir, il faut partir de bonne heure, pour dire, que Ce n’est pas assez de se haster, mais que quand on veut faire une entreprise, il faut prendre ses mesures de loin.
On dit fig. qu’Un homme court à l’Evesché, court au baston de Mareschal de France. court au chapeau de Cardinal, &c. pour dire, qu’Il est dans le chemin de parvenir à l’Evesché, &c.
On dit, Courir à sa perte. courir à sa ruine, à son malheur.
On dit prov. Courir aprés son esteuf.
On dit, Courir aprés les honneurs, les richesses, &c. pour dire, Les rechercher avec ardeur.
Il est quelquefois actif, & signifie alors, Poursuivre à la course avec dessein d’attraper. Courir quelqu’un pour le prendre. le courir l’espée dans les reins. le Prevost courut les voleurs. on l’a couru comme un chien fou. courir un Benefice. courir une Charge. courre ou courir le cerf, le liévre, le daim. il a droit de courre le cerf sur ses terres. ce liévre a esté souvent couru.
On dit en termes de chasse, Laisser courre, pour dire, Decoupler les chiens aprés la beste.
On fait mesme un substantif des deux infinitifs. Laisser courre, qui signifie, Le lieu où l’on decouple les chiens. Quand ils furent au laisser courre.
On dit, Courre un cheval, pour dire, Le faire courre à toute bride, estant monté dessus. Voulez-vous courre vostre cheval contre le mien.
On dit figur. Courir fortune. courir risque. il court fortune d’estre chassé. de perdre son bien. il court fortune de la vie. j’ay couru de grands hazards. j’ay couru hazard de, &c. vous courez risque. ce mal peut bien m’arriver, j’en courray le risque. nous courons mesme fortune.
On dit, qu’Un homme court une belle fortune, Quand il est en passe de parvenir à quelque chose de grand.
Courir, signifie aussi, Aller ravager, piller les pays voisins & ennemis. En ce sens il est neutre. La garnison d’une telle place court jusques aux portes de &c. les ennemis ne courent plus de ce costé-là. les galeres de Malte courent tout du long de l’esté.
On dit, Courir le bon bord, pour dire, Pirater.
Quelquefois il se met activement. Ils courent tout le Plat-pays, toute la Province, &c. les pirates courent la mer. courir les ruës.
On dit, Courir le pays, courir le monde, pour dire, Voyager. Il a bien couru le pays, couru le monde. il a couru toute la France.
On dit absolument. Il a bien couru, pour dire, Il a bien voyagé.
On dit, Courir le bal, C’est aller d’un bal à un autre, aller en plusieurs assemblées où on danse.
On dit, Courir les ruelles, pour dire, Aller de visite en visite chez les Dames.
On dit, Courre sus, courir sus, pour dire, Se jetter sur quelqu’un pour le maltraitter, luy faire insulte, le tuer, par ordre de justice, ou mesme dans une sedition. Tout le monde luy court sus. les paysans se sont soulevez & ont couru sus aux troupes. il y a un Arrest qui enjoint aux Communes de courir sus aux gens de guerre qui s’esloigneront de leur route.
On dit, Courre ou courir sur le marché de quelqu’un, pour dire, Encherir sur un autre, tascher, pretendre d’emporter ce qu’un autre marchande. Je voulois acheter cela, pourquoy venez-vous courir sur mon marché.
On dit aussi fig. Courir sur le marché. courir sur les brisées de quelqu’un, pour dire, Vouloir emporter sur un autre une chose à quoy il a pretendu le premier.
On dit aussi, Courir, soit dans un veritable combat, soit dans quelque tournoy, jouste, ou autre exercice semblable. Ils baisserent la lance, & coururent l’un contre l’autre.
Courir en lice dans la carriere. courir la bague. courir la quintaine. courre le faquin. courir les testes. courir les taureaux. Ceux qui couroient dans les jeux olympiques. Il courut avec luy dans cette carriere.
On dit, que C’est à quelqu’un à courre, qu’on luy a donné à courre, Quand son adversaire par adresse ou autrement, a pris quelque avantage sur luy qui le met en peine, & l’oblige de chercher les moyens d’en tirer raison, dans quelque querelle, procés, ou contestation. Il a receu un soufflet, un dementi, c’est à luy à courre. j’ay obtenu un Arrest qui luy donnera bien à courre. je luy ay donné à courre.
On dit, que L’on fait courre quelqu’un, pour dire, qu’On le fait fuïr, & qu’il n’oseroit tenir en place devant son ennemi. C’est un poltron, je l’ay tant fait courre. je luy ay fait courre les quatre coins & le milieu de la Province.
Il signifie encore, Aller çà & là, & errer sans s’arrester long-temps en un endroit. Il ne fait que courir. il court depuis le matin jusqu’au soir, on ne le trouve jamais chez luy. je l’ay bien fait courre aujourd’huy.
On dit parmi le peuple bassement, Courir la pretantaine.
On dit, d’Un homme qui est troublé d’esprit, ou p. 269qui est tout-à-fait extravagant, qu’Il est fou à courir les ruës, à courre les champs.
On dit aussi, Des femmes desbauchées, qu’Elles courent les remparts.
On dit, Courre, courir le guilledou, pour dire, Aller en desbauche. Il est allé courir le guilledou. courir les tables, En parlant des Parasites.
Courir, sign. aussi, Couler. Il se dit des ruisseaux & rivieres, & des choses liquides, comme le sang, le vin, l’huile, &c. Le ruisseau qui court dans ces prez. la riviere court plus viste que, &c. l’eau qui court. la mer qui court contre les terres. le sang agité court dans les veines. j’ay senti une humeur qui me couroit le long de l’espaule entre cuir & chair.
Il se dit encore du temps. Le temps court insensiblement. le terme qui court. l’année qui court. il court sa vingtiesme année.
On le dit aussi, De certain terme au bout duquel se doit payer ou effectuer quelque chose. On luy a donné trois mois de temps qui courent. je n’ay que quinze jours, vous m’amusez par vos artifices. cependant le temps court.
On le dit principalement des interests de l’argent presté. La rente court de tel jour, depuis tel jour, court tousjours. les arrerages courent.
Courir, signifie aussi, Estre en vogue. C’est la couleur qui court. la mode qui court. la monnoye qui court. cette chanson couroit par la ville. il court un mauvais bruit. au temps qui court.
L’advis qui court. C’est à dire qui a le plus de voix dans une deliberation qui n’est pas achevée.
On dit encore, Faire courir des bruits. il court un mauvais bruit.
On dit aussi, qu’Il court bien des maladies. il court beaucoup de fiévres malignes, de petite verole, de rhumatismes, &c.
On dit, Faire courir un livre, une lettre, un manifeste, pour dire, Le faire voir à plusieurs personnes.
On dit aussi à table, Faire courir une santé, qu’une santé court ; faites courir cette santé.
On dit aussi, Faire courir la voix, pour dire, Demander les avis à ceux qui composent une assemblée.
On dit, Faire courir le billet, pour dire, Envoyer un billet pour advertir, ou assembler ceux qui ont interest à quelque affaire. Son billet court chez les Notaires, pour dire, Il cherche de l’argent à emprunter.
On dit, d’Un homme recherché par les Dames, que Les Dames le courent.
Couru, üe. part. pass. Qui est poursuivy à la course. Un cerf, un liévre, un daim couru. un Marchand couru par les voleurs.
On dit, Un pays couru par les ennemis.
On dit fig. Couru, pour dire, Recherché, suivi. Ce livre est rare & curieux, il est fort couru. ce Predicateur est fort couru. il n’y a pas à moitié de telle marchandise, elle est courüe aussi-tost qu’elle est arrivée. on ne voit plus de cette sorte de pierreries, elle est fort couruë.
Courant, ante. adj. v. Qui court. De l’eau courante, c’est à dire, Eau vive, qui coule tousjours. Un ruisseau courant. l’interest courant. le terme courant. l’année courante. la monnoye courante. le prix courant. le mois courant. Il est plus elegant de dire simplement, le courant, sans dire le mois, mais il ne se met qu’au genitif. Le quatre, le cinquiesme du courant.
On appelle, Nœud courant, Un nœud qui se touche aisément.
On appelle, Toise courante, La mesure en longueur de quelque chose que ce soit, sans avoir esgard à la hauteur. Cette muraille a tant de toise, à toise courante.
Il est quelquefois subst. Le courant de l’eau, C’est le fil de l’eau.
Un courant d’eau, C’est un canal, ou un ruisseau qui court. Il y a un courant d’eau qui fait moudre des moulins.
Les gens de marine appellent Courants, Certains endroits de la mer où l’eau court plus rapidement. Le courant emporta son vaisseau de ce costé-là. il y a de dangereux courants sur cette coste.
On dit fig. Le courant du marché. le courant des affaires. le courant du monde. je ne vendray pas ma marchandise que je n’aye veu le courant du marché. c’est le courant, c’est le train ordinaire du monde, des affaires. se gouverner selon le courant du monde. se laisser aller au courant du monde.
Il signifie aussi en matiere de rentes, Le terme qui court. Je vous quitteray toutes les années passées de la rente que vous me devez, pourveu que vous me payez le courant.
Courante. s. f. Est une espece de danse. Courante simple. courante figurée. danser une courante. mener une courante.
Il signifie aussi, Le chant sur lequel on mesure les pas d’une courante. Faire une courante. composer une courante. joüer une courante sur le violon, sur le lut. donnez-nous une courante.
Il sign. aussi fig. Un devoyement de ventre. Il a la courante. Il est fort bas.
Tout-Courant. adv. Sans hesiter, sans peine, facilement. Il lit tout courant. il recita cela tout courant. il joüe mieux que luy, il le gagne tout courant. ce livre se vend un tel prix tout courant.
Couramment. adv. Tout courant. Cela est escrit couramment. il lit couramment.
Coureur. s. m. Qui court. C’estoit le meilleur coureur qu’on eust jamais veu dans la lice. jamais bon coureur ne fut pris. Il ne se met guere sans adjectif.
Il sign. aussi, Celuy qui va & vient, qui est souvent par la ville, ou en voyage. C’est un grand coureur, un coureur perpetuel, on ne le trouve jamais à la maison. il n’a fait toute sa vie que voyager, c’est un coureur.
On appelle, Coureur de bague, Celuy qui court la bague.
Coureur de vin. Officier de la Maison du Roy, qui a soin de porter du vin par tout où le Roy va.
Coureurs, Sont à la guerre des Cavaliers detachez du gros en grand ou petit nombre, soit pour descouvrir, soit pour aller à la petite guerre. Un parti de coureurs. les coureurs de leur armée, de la garnison de &c. ce n’est pas leur armée, leur avant-garde, ce n’est que des coureurs, que quelques coureurs.
■ Il sign. aussi, Un cheval de selle, & qui pour l’ordinaire est hongre, & de taille legere & deschargée. Beau coureur. grand coureur. ce coureur est viste, est rude. il estoit monté sur un coureur. il avoit tant de coureurs en son escurie.
Coureuse. s. f. Qui court bien. En ce sens il est peu en usage.
Il sign. encore, Qui va, & qui vient, & qui n’arreste guere en un lieu. Vous estes une coureuse, une grande coureuse, vous n’estes jamais à la maison.
Il signifie plus ordinairement, une femme prostituée. C’est une coureuse, une infame. il n’aime que des coureuses. une coureuse de remparts.
Avant-coureur. s. m. Qui va devant quelqu’un, & annonce ou prepare sa venuë. En ce sens il n’est guere en usage. Les Prophetes furent les avant-coureurs de nostre Seigneur Jesus-Christ.
p. 270On le dit aussi fig. de tout ce qui signifie ou presage quelque chose qui suit bien-tost aprés. Tous ces mescontentements, tous ces murmures des peuples furent les avant-coureurs de la guerre civile. les tremblements de terre, la peste, la famine, les frequentes eclipses, & tous les autres signes qui doivent estre les avant-coureurs du jugement dernier. ces petits frissons, ces lassitudes sont des avant-coureurs de la fiévre.
Courrier. s. m. Qui court la poste pour porter les depesches. C’est le meilleur Courrier, & qui fait le plus de diligence. Courrier ordinaire. Courrier extraordinaire. recevoir, envoyer, depescher, expedier, faire partir un Courrier. il est arrivé un Courrier du cabinet. Courrier d’un tel Prince. le Courrier de Lyon. le Courrier de Flandres. le Courrier de Rome &c.
Il se prend quelquefois pour Tout homme qui court la poste, quoy qu’il ne porte aucunes depesches. Vous n’estes guere bon Courrier. j’ay rencontré quatre Courriers. toute la route estoit pleine de Courriers.
Courriere. s. f. Il ne se dit guere qu’en Poësie. La lune est appellée l’inegale courriere des mois.
Avant-courriere. s. f. Il n’est en usage qu’en parlant de l’aurore. L’avant-courriere du soleil.
Courretier. s. m. Il se prononce presque comme s’il n’y avoit point d’E. On disoit autrefois Couratier, Qui est moyenneur, qui s’entremet de ventes & achats de certaines marchandises, principalement de vin, ou de chevaux, ou de faire prester de l’argent sur la place. Maistre Courretier. Courretier Juré. Courretier de change. Courretier de vin. Courretier de chevaux. je n’ay que faire de Courretiers. je ne veux point passer par les mains des Courretiers.
On appelle par raillerie, Courretier, ou courretiere de mariage, Ceux qui se meslent de faire des mariages.
On appelle aussi, Courretier, ou Courretiere d’amour, Ceux qui s’entremettent d’amour deshonneste. Il est bas.
Courretage, ou Courtage. s. m. L’entremise, la negociation d’un Courretier. Faire le courtage de vins. se mesler du courtage.
Il sign. aussi, Le salaire ou droit que le Courretier prend pour sa peine. Il a eu tant pour son courtage. cela me couste tant, & tant de courtage. le droit de courtage.
Cours. s. m. Flux, mouvement de quelque chose liquide. Il se dit particulierement de l’eau des rivieres & des ruisseaux. Cours rapide. cours lent. cours impetueux. arrester, empescher, retarder, destourner, couper, rompre le cours. s’opposer au cours. il faut que les eaux ayent leur cours. la riviere a pris son cours par là. elle fait son cours. le cours de cette riviere est long de plus de huit cens lieües. son cours est insensible. donner cours à l’eau.
On le dit aussi des mauvaises humeurs dans le corps des animaux. Il faut que cette humeur ait son cours. il luy faut donner cours.
On appelle, Cours de ventre, Le flux de ventre.
Cours, Se dit encore du mouvement du soleil & des astres. Le cours du soleil, de la lune. le cours des astres est reglé. l’Astronomie traitte du cours des astres. son cours est d’Orient en Occident.
On le dit du temps, des années, de la vie. Pendant le cours de dix ou douze ans. finir, achever le cours de sa vie. la mort en coupa, en interrompit le cours. le cours de ses années. le cours de son regne. suivant le cours de nature.
On appelle en termes de marine, Les longs voyages sur mer, & en pays fort esloignez, Voyages de longs cours.
Cours, Se dit aussi fig. Des affaires. Nous verrons quel cours prendra cette affaire. arrester, retarder le cours d’une affaire, d’un procés.
Il signifie aussi, Progrés. Le cours de ses victoires. le cours de son bonheur, de ses malheurs. le cours du mal. le mal a pris son cours. il faut que le mal ait son cours. arrester le cours d’une dangereuse doctrine. couper cours à la faction, aux erreurs que se glissent.
Cours, signifie aussi, Quelque lieu agreable, destiné ou choisi pour s’y promener en carrosse. Il y avoit plus de cinq cens carrosses au cours. le cours est beau de ce costé-là. le cours est en un tel endroit. il va souvent au cours. estes-vous aujourd’huy homme de cours ?
Il signifie encore, L’estude que l’on fait de suite en toutes les parties d’une science. Il a fait son cours en Philosophie. en Theologie, en Medecine, en Chymie, en Mathematique dans un tel College, sous un tel Maistre. à la fin de son cours il s’est fait passer Maistre és Arts. un tel Regent fera cette année un cours, le cours de Philosophie.
Il se prend quelquefois pour les escrits dans lesquels est contenuë cette science. J’ay fait descrire, j’ay fait relier mon cours. un tel Regent a fait imprimer son cours de Philosophie.
Cours, Se dit encore des choses qui sont en vogue. Cette chanson, ce bruit eut cours pendant quelque temps. les dentelles, les passements ont cours, n’ont plus de cours.
On le dit aussi de la monnoye. Cette monnoye a cours, n’a plus cours, plus de cours.
On dit, Le cours du marché, pour dire, Le prix auquel se vendent les choses dans le marché. Je ne vendray ni n’acheteray rien que je n’aye veu le cours du marché.
On le dit aussi fig. pour dire, L’estat & la disposition d’une affaire, & des personnes qui la traittent. Ne vous engagez point si viste en ce parti, en telle affaire, voyez auparavant le cours du marché.
Course. s. f. v. Action, mouvement de celuy qui court. Course legere. longue course. course penible. il est leger à la course. viste à la course. prendre les liévres, les chevreuils à la course. les courses des jeux olympiques &c. la course des chevaux, des chariots &c. il a gagné le prix à la course, le prix de la course. il a fourni sa course, fourni sa course toute d’une mesme force, d’une mesme vistesse. course de tournois. en trois courses il rompit trois lances. il a fait une belle course. course de bague. course des testes &c. à toutes les courses il a emporté le prix. il l’a gagné de deux, de trois courses. il saute bien sans prendre sa course.
On dit aussi poëtiquement, La course du soleil & de la lune.
Course. Acte d’hostilité que l’on fait en courant les mers, ou entrant dans le pays ennemi. Les ennemis font des courses jusques en tel lieu. les galeres de tel endroit font des courses sur une telle mer, sur les costes de &c.
On dit, qu’Un Capitaine, qu’un vaisseau, ou galere est en course, est allé en course, pour dire, qu’Il est sur mer, pour courir sur les ennemis.
Course, Se prend figur. pour Le cours de quelque employ, ou de quelque travail. Aprés avoir passe par divers emplois, il acheva sa course. sa course fut longue & penible. il a esté couronné au bout de sa course. il a heureusement fourni sa course, terminé sa course.
On le dit aussi de la durée de la vie. Il a fini sa course.
Course, Se dit aussi de la peine, & des voyages qu’on fait pour quelqu’un. J’ay fait mille courses pour cette affaire. il a travaillé pour moy, mais il s’est bien p. 271fait payer de ses courses. ce Courrier a esté bien satisfait de sa course.
Coursier. s. m. Grand cheval de taille noble, propre pour les batailles & les tournois. Coursier de Naples. grand coursier. monté sur un coursier.
Coursier. s. m. On disoit autrefois Coursie. C’est le passage de la proüe à la poupe dans une galere, entre les bancs des forçats. Se promener sur le coursier. le poste du Comite est sur le coursier.
Coursier. Est aussi le gros canon qui est sous le Coursier, & dont la bouche sort par la proüe.
Corsaire. s. m. Pirate, escumeur de mer, qui va en course avec commission d’un Estat, ou d’un Prince souverain. Cruel, impitoyable corsaire. les corsaires d’Alger. il fut pris par les corsaires. il tomba entre les mains des corsaires.
On appelle aussi, Le vaisseau monté par un corsaire, Un vaisseau corsaire. En ce sens il est adjectif.
On dit fig. qu’Un homme est un vray corsaire, pour dire, qu’Il est dur, impitoyable, inique.
Accourir. v. n. Courir, venir promptement de quelque lieu en un autre, où quelque chose nous attire, ou nous appelle. Accourir en diligence, en grande haste. accourir au besoin. accourir en foule. il est accouru au bruit, accouru pour &c. la bataille se donnoit en un tel endroit, toute la noblesse y accourut. ils accoururent tous à son aide. ils y accoururent de tous costez.
Accouru, üe. part. Il a la mesme signification que son verbe.
Concourir. v. n. Se joindre à quelque cause, à quelque agent pour la production d’un effet. Il se dit aussi des causes surnaturelles. La grace concourt avec le libre arbitre. Dieu concourt avec les creatures. Dieu concourt avec les causes secondes. Il se dit aussi des causes Phisiques. Les astres concourent avec les causes sublunaires.
On le dit aussi des causes morales. Vous ne sçauriez venir à bout de cela, si un tel ne concourt avec vous. tous les Princes d’Allemagne concourent à cette election. il n’y a concouru directement ni indirectement.
On le dit aussi des occasions & des choses qui semblent se joindre pour tendre à quelque fin. Toutes choses ont concouru à sa fortune, à sa perte. il semble que le ciel & la terre ayent voulu concourir pour &c. concourir à &c.
Concourir, signifie aussi, Estre en quelque égalité de droit ou de merite pour disputer quelque chose. Ces deux pieces d’eloquence concourent pour le prix.
On dit, que Deux provisions d’un mesme Benefice concourent, Quand elles sont de mesme date.
Concours. s. m. v. Action par laquelle on concourt. Le concours de Dieu avec les creatures. Dieu leur preste son concours. le concours du soleil, des astres, avec les causes inferieures.
Il signifie aussi, Affluence des hommes en quelque endroit. Grand concours de peuple. grand concours de personnes.
On dit, Mettre au concours un Benefice, une chaire de Droit &c. pour dire, Les mettre en dispute entre plusieurs pretendants, pour les donner à celuy qui aura le plus de capacité.
Concurrent, ente. adj. Competiteur, rival, qui poursuit une mesme chose, & en mesme temps qu’un autre. Luy & moy aspirons à mesme charge, à mesme mariage, à la faveur du mesme Prince, nous sommes concurrents. il a esloigné, escarté tous ses concurrents. il ne peut souffrir de concurrents.
Concurrence. s. f. v. Opposition de deux concurrents. Ils briguoient tous deux mesme charge, & leur concurrence fit &c. entrer en concurrence.
Il se dit aussi de plusieurs sommes, qui jointes ensemble en font une entiere. Il sera obligé de luy fournir ou en deniers, ou en terres, ou en meubles jusques à la concurrence de ce qui luy est deu pour sa dot, pour son partage.
On dit en termes de Pratique, que Plusieurs creanciers viennent en concurrence, Quand ils ont mesme droit, mesmes hypotheques pour leur payement.
Concurremment. adverbe. Par concurrence de deux competiteurs. Ils briguoient concurremment cette charge.
Il signifie aussi, Conjointement, ensemble. Il faut que vous agissiez concurremment avec cet homme-là.
On dit aussi en termes de pratique, Ces creanciers viennent en ordre concurremment, pour dire, qu’Ils sont en mesme rang.
Decours. s. m. l’E est feminin, & se prononce foiblement, Decroissement de la lune. La lune estoit en son plein avanthier, elle est à cette heure en decours. au decours de la lune il faut se purger, il faut semer certaines herbes.
Il se dit aussi du declin des maladies. La maladie, le mal estoit en son decours.
Discourir. v. n. Parler de quelque chose. Discourir sur un sujet. discourir d’une affaire. il ne fait que discourir, pour dire, Il parle en l’air.
Quelquefois il signifie, Raisonner. Discourir en soy-mesme.
Discoureur. s. m.
Discoureuse. s. f. Grand parleur, grande parleuse.
Il se prend ordinairement pour Un homme qui dit des choses en l’air, ou qui promet des choses qu’il ne tiendra pas. Ce n’est qu’un discoureur. ce n’est qu’une discoureuse.
Discours. s. m. Propos, assemblage de paroles pour expliquer ce que l’on pense. Discours familier, éloquent, soustenu, fleuri, concis, vehement &c. discours impertinent, extravagant. long discours. il faut retrancher les discours superflus. il fait d’estranges discours. il luy a tenu un tel discours. j’ay compris par vostre discours. vous faites des discours en l’air. interrompre le discours. reprendre le fil du discours.
On dit, C’est un autre discours, pour dire, Il ne s’agit pas de cela.
Il signifie aussi, Entretien. Par maniere de discours. en discours familier.
Il se prend pour ce que l’on recite, ou que l’on escrit sur differents sujets. Il a fait un beau discours sur ce sujet, un discours relevé, premedité.
Encourir. v. n. Attirer sur soy, meriter, tomber en &c. Ne se dit que des maux ou des peines qui viennent des puissances superieures. Encourir les peines portées par la loy. encourir les censures Ecclesiastiques. il a encouru excommunication. vous encourrez l’indignation, la haine de Dieu, du Roy. sous peine d’encourir. encourir le deshonneur. encourir l’infamie. encourir le reproche.
Encouru, üe. part. Il a la signif. de son verbe.
Incursion. s. f. v. Course de gens de guerre en pays ennemi. Grande incursion. incursions continuelles. les incursions des Barbares dans un tel pays. faire incursion, des incursions.
Occurrent, ente. adj. Le verbe n’est point en usage. Il se dit des choses qui surviennent ; qui se rencontrent. Il faut se gouverner selon les cas occurrents. les affaires occurrentes. Il a peu d’usage au masculin, & au singulier.
Occurrence. s. f. v. Rencontre, evenement fortuit, occasion. Favorable occurrence. dans cette fascheuse occurrence. je m’en souviendray dans les occurrences. il a disposé cela pour s’en servir selon les occurrences.
p. 272 Parcourir. v. a. Courir çà & là pour chercher quelque chose. Il a parcouru toute la Province. il a parcouru toute la ville pour trouver &c.
Il signifie aussi, Passer legerement la veüe sur quelque chose. Et ne se dit que des livres, des pieces d’escriture, des Peintures &c. Parcourir viste. parcourir promptement. j’ay parcouru tous ces livres là en tant de temps. je parcourray vostre poëme. il parcourut en moins de rien toutes les cartes, tous les titres, les tableaux &c.
On dit aussi, Il parcourut des yeux toute l’assemblée.
Parcouru, ue. part.
Précurseur. s. m. Qui vient devant quelqu’un pour annoncer sa venuë. Se dit principalement de saint Jean Baptiste. On l’appelle, Le Précurseur de Jesus-Christ.
Recourir. v. n. Courir derechef. J’ay couru & recouru.
Il signifie plus ordinairement, S’adresser à quelqu’un ou en quelque endroit, pour en avoir quelque chose dont on a besoin. Il faut recourir à Dieu dans l’affliction. il recourut à l’authorité souveraine. recourir à la clemence, à la bonté, à la misericorde. recourir aux remedes. recourir au Medecin, au Confesseur. il faut recourir à la force, à l’artifice. si vous perdez cette piece, il faut recourir au Greffe. il ne s’en fioit point aux copies, il recouroit aux originaux.
Recours. s. m. v. Recherche d’assistance, de secours dans le besoin. Avoir recours à Dieu, aux suffrages des Saints, à la justice, à la clemence du Prince, recours au Medecin, recours aux eaux minerales. je n’ay recours qu’à vous. si vous l’abandonnez une fois, où sera son recours, à qui aura-t-il recours ? vous estes mon recours, mon dernier recours. c’est le recours des miserables. il faut avoir recours aux minutes, aux originaux.
Il signifie aussi, Le droit de reprise, l’action qu’on peut avoir pour desdommagement contre quelqu’un. Si je perds mon procés, j’auray mon recours contre un tel, sur un tel. il a esté condamné, sauf son recours sur un tel, sur la succession &c. on luy a reservé son recours. un tel m’est garant, mais il n’a rien, c’est un pauvre recours, un meschant recours.
Recourre. v. a. Reprendre, retirer, sauver quelque chose d’entre les mains de ceux qui l’emmenoient par force. Il monta à cheval pour recourre le bestail. le Capitaine l’avoit repris, mais il fut recous par un tel. ils recoururent le butin. quand ils l’eurent recous. cette femme fut recourüe d’entre les mains du ravisseur. il fut recous d’entre les mains des Sergents. recourre une brebis de la gueule du loup.
Recous, ousse. Recouru, ue. part. Ils ont les mesmes significations que le verbe.
Recousse. s. f. v. Delivrance, reprise des personnes, du butin, & autres choses qu’on a enlevées, qu’on a emmenées par force. Aller à la recousse. courir à la recousse. les gendarmes emmenoient son bestail, ses bleds &c. il alla à la recousse. les Sergents les traisnoient en prison, tous ses amis coururent à la recousse. le loup emportoit une brebis, le Berger avec ses chiens fut à la recousse.
Secourir. v. a. Aider, assister, donner aide, prester assistance à qui en a besoin. Secourir puissamment, foiblement, promptement, au besoin, dans la necessité. secourir les pauvres, ses amis, ses alliez &c. secourir d’aumosnes. je me meurs, secourez-moy, venez me secourir. il va perir, il va succomber, si vous ne le secourez. il a esté bien secouru dans sa maladie, il n’a manqué de rien. secourir une place qui est pressée par les ennemis. secourir un Estat, un Prince, le secourir de vaisseaux, d’hommes, d’argent, de munitions. cette place ne se peut secourir que par mer. on l’a secourüe par un tel endroit, par un tel moyen.
Secouru, ue. part. Il a la signification de son verbe.
Secourable. adj. de tout genre. Qui se plaist, qui est enclin à secourir, à soulager. C’est un homme fort secourable, bien secourable. il est secourable à ses voisins, secourable à tout le monde. mon Dieu, soyez-moy secourable. une main secourable.
Il se dit aussi passivement, d’Une place qui peut estre secourüe, & en ce sens il se dit plus ordinairement par la negative. Cette place est si bien assiegée qu’elle n’est pas secourable, n’est secourable que par mer.
Secours. s. m. v. Aide, assistance dans le besoin. Grand secours. petit secours. secours considerable. foible secours. puissant secours. prompt secours. secours lent, tardif. secours necessaire. secours divin. secours humain. secours d’argent. secours d’hommes. secours de vivres. aller au secours. courir, accourir au secours. il est venu à mon secours. prester secours. donner secours. il n’a receu aucun secours. il a peri faute de secours. denier, refuser, demander, accorder, envoyer, obtenir secours, du secours. mendier du secours, le secours de quelqu’un. on luy a refusé tout secours. implorer le secours de quelqu’un. tirer, avoir secours de quelqu’un. je n’ay eu secours que de Dieu. on n’a pas grand secours de vous. appeller quelqu’un à son secours, au secours. invoquer Dieu & les Saints à son secours. invoquer le secours divin. envoyer querir du secours. crier au secours. il est privé, destitué, denué de secours, de tout secours. venez à mon secours, & simplement sans verbe. A mon secours, au secours, mourir sans secours.
Il se prend plus particulierement pour les troupes dont on assiste quelqu’un en guerre contre ses ennemis. Secours Estranger. secours de France, d’Espagne. envoyer du secours. secours par mer. secours par terre. le secours est entré dans la place. la ville se rendit faute de secours, à la veille du secours, à la veüe du secours. le secours arriva sur le point de la bataille.
On appelle aussi, Secours, Une Eglise bastie pour la descharge d’une Paroisse, soit à cause du grand nombre des paroissiens, de la distance des lieux, ou de la difficulté des chemins. Une telle Eglise n’est pas une Paroisse, ce n’est qu’un secours.
Succursale. adj. femin. Ne se dit que d’une Eglise qui est le secours d’une Paroisse. Eglise succursale.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.