En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

scier

I. SCIER

conjugaison verbe transitif (se conjugue comme Crier).
xiie siècle, seier ; xive siècle, scier. Issu du latin secare, « couper, découper ».
↪ voir aussi : II. Scier (v. intr.)
1. Fendre, couper un matériau, un objet avec une scie. Scier du bois, du verre, du marbre. Scier un tronc. Le prisonnier a scié les barreaux de la fenêtre de sa cellule. Au participe passé, adjectivement. Une arme à feu au canon scié.
▪ Par métonymie. Obtenir, fabriquer quelque chose au moyen d’une scie. Scier des planches.
▪ Expr. fig. et fam. Scier la branche sur laquelle on est assis, être l’instrument inconscient de sa propre perte. Avoir les jambes sciées, éprouver des difficultés à rester debout, se sentir faible. Pop. et vieilli. Scier le dos à quelqu’un ou, par métonymie, scier quelqu’un, l’importuner constamment.
▪ Par extension. Fam. Blesser par un mouvement de va-et-vient. La courroie de ce sac me scie l’épaule.
2.  Fig. et fam. Lasser, ennuyer quelqu’un par son caractère répétitif. Ses plaintes continuelles nous scient. Au participe présent, adjectivement. Un bruit sciant.
▪ S’emploie aussi au sens de Stupéfier, laisser pantois. Son aplomb me scie. Au participe présent, adjectivement. Sa réaction est sciante.
Liens externes
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.