En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

république

RÉPUBLIQUE

nom féminin
xvie siècle. Emprunté du latin res publica, « la chose publique », puis « État, administration de l’État ».
1.  Litt. Les affaires publiques, le bien commun ; par extension, désigne toute forme de gouvernement qui s’attache à l’intérêt public et la société qu’il régit. Il y va du salut de la république. La Bruyère a intitulé le chapitre x des « Caractères » : « Du souverain ou de la république ».
▪  Expr. fig., fam. et vieillie. C’est une petite république, se disait d’une famille, d’une communauté nombreuse, ou d’un lieu abritant un grand nombre d’habitants.
▪  Fig. Groupe d’individus ayant un intérêt commun et qui forme à lui seul une petite société. La république des Lettres, expression apparue au début du xve siècle dans le latin des humanistes et qui s’est répandue dans sa traduction française au xviiie siècle pour désigner ceux à qui importe la défense des lettres, entendue au sens large. La revue « Nouvelles de la république des Lettres » fut fondée par Pierre Bayle en 1684. La république des sciences.
▪  Par extension. Vieilli. Une république d’animaux, d’insectes, un groupe d’animaux, d’insectes vivant en colonie.
  Titres célèbres : La République, de Platon (389-369 avant Jésus-Christ) ; De la république, de Cicéron (51 avant Jésus-Christ).
2.  politique. Organisation politique où l’exercice de la souveraineté appartient à des représentants investis d’un pouvoir exécutif non héréditaire ; l’État ainsi gouverné. La république et la monarchie. Dans la Grèce antique, on a parfois appelé républiques les diverses cités régies par leur constitution propre. Dans les républiques italiennes médiévales, le pouvoir était de type oligarchique.
▪  Spécialement. Cette forme d’organisation politique où tout ou partie du corps social délègue la souveraineté par suffrage direct ou indirect. La démocratie, qui suppose que la souveraineté soit exercée par l’ensemble des citoyens, ne se confond pas avec la république. Le président de la République, titre porté aujourd’hui par le chef de l’État dans de nombreux pays où un tel régime est en place. Une république fédérale. La Tchétchénie est une république autonome de la Fédération de Russie. République islamique, qui se réclame du droit musulman. Loc. Une république bananière, s’est d’abord dit des États d’Amérique centrale d’apparence républicaine, mais où le pouvoir était de fait aux mains de firmes ou d’États étrangers ; par extension, désigne tout type de régime considéré comme corrompu ou dirigé par une ploutocratie. Expr. fam. Nous sommes en république ! marque le refus de se soumettre à un ordre, à une injonction.
▪  Déterminé par un nom propre, un adjectif, entre dans la dénomination officielle de différents États. Le monogramme de la République française, RF, a longtemps figuré sur les timbres français. La République d’Autriche, du Guatemala, de l’Inde. La République argentine, hellénique. La République islamique d’Iran. République démocratique, république populaire, république socialiste, titres pris par divers États se réclamant du marxisme-léninisme. La République populaire de Chine, la République démocratique du Congo.
▪  Absolument. Pour désigner le régime français. La République est une et indivisible. La proclamation de la République le 22 septembre 1792. L’an II de la République. Conseil de la République, voir Conseil. Les institutions de la République. Procureur de la République. La Cour de justice de la République. Les hussards noirs de la République, surnom donné, par allusion à un ouvrage de Charles Péguy, aux instituteurs des écoles publiques après le vote des lois de Jules Ferry de 1881-1882. L’école de la République. La laïcité, institutionalisée par les lois de 1905, est considérée comme un des piliers de la République. À la suite de la loi du 10 juillet 1940, le nom d’« État français » a remplacé celui de « République française » jusqu’à la fin de la guerre. Dans la dénomination de partis politiques, d’organes de presse. Union pour la nouvelle République ou, par abréviation, U.N.R. Rassemblement pour la République, voir Rassemblement. « La République du Centre », quotidien régional fondé en 1944. Dans certains noms de lieux. La place, la rue de la République. Désigne aussi, par métonymie, la représentation allégorique de ce régime sous les traits d’une femme, Marianne, souvent coiffée d’un bonnet phrygien. Un buste de la République. Une pièce à l’effigie de la République. « La République », tableau d’Honoré Daumier.
3.  histoire. Accompagné d’une indication de lieu ou de temps. Nom donné à de telles formes d’organisation politique instituées à différentes périodes de l’histoire et à l’État ainsi régi ; désigne aussi parfois la période pendant laquelle une telle organisation prit place. Dans l’Antiquité. La République romaine ou, simplement, la République, qui fut instaurée après la chute des rois en 509 avant Jésus-Christ et précéda l’Empire, dans laquelle le pouvoir était partagé entre le Sénat et le peuple. Sous la République, deux consuls exerçaient le pouvoir exécutif.
▪  À partir du Moyen Âge. Titre pris par des cités ou de petits États d’Italie, de Suisse, des Pays-Bas. La république de Venise, encore appelée la Sérénissime République ou la Sérénissime, reposait sur des principes aristocratiques. La république de Genève. La république des Provinces-Unies, nom officiel donné aux sept provinces du Nord des Pays-Bas, qui s’étaient constituées en fédération, de 1588 à 1795.
▪  En France, après la Révolution de 1789. Précédé d’un adjectif ordinal, pour désigner chacun des régimes républicains successifs, fondé sur une constitution particulière. La Première République ou Ire République vit se succéder la Convention, le Directoire et le Consulat, avant l’instauration du Premier Empire, en 1804. La Seconde République, la Deuxième République ou IIe République, instituée en février 1848 après la chute de la monarchie de Juillet. La Troisième République ou IIIe République, proclamée le 4 septembre 1870 après la chute du Second Empire et organisée par les lois constitutionnelles de 1875. La Quatrième République ou IVe République, instituée par la Constitution de 1946. La Cinquième République ou Ve République, que le général de Gaulle établit avec la Constitution de 1958, adoptée par référendum.
▪  En Europe, à la suite de la Révolution française. Républiques sœurs, nom donné aux États où, entre 1792 et 1810, sous l’influence et avec l’appui de la France révolutionnaire, des monarchies ou des oligarchies furent renversées et des constitutions républicaines adoptées. Parmi les républiques sœurs, la République cisalpine, unissant la Lombardie, la Vénétie et l’Émilie, fut établie en 1797 par Bonaparte et prit en 1802 le nom de « République italienne ».
▪  Au xxe siècle. La république de Weimar, nom sous lequel on désigne l’État fédéral créé en Allemagne en 1919 après la Première Guerre mondiale. L’Allemagne a été divisée de facto en deux États, la République démocratique allemande (R.D.A.) et la République fédérale d’Allemagne (R.F.A.), de 1949 à 1990. L’Union des républiques socialistes soviétiques (par abréviation U.R.S.S.), fondée en 1922 et dissoute en 1991. La république de Salo, nom couramment donné à la République sociale italienne, présidée par Benito Mussolini et dont le siège était installé dans cette ville d’Italie du Nord, de 1943 à 1945.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.