qui

I. QUI

pronom relatif invariable
Étymologie : ixe siècle. Issu du latin qui, de même sens, nominatif singulier du pronom relatif masculin qui.
↪ voir aussi : II. Qui (pr. interr.)

I.

I. Qui introduit une proposition subordonnée relative dans laquelle il occupe différentes fonctions.
1.  Employé avec un antécédent nominal ou pronominal.
– Qui est sujet et son antécédent peut représenter un être ou une chose. L’ami qui est passé. Le chien qui l’a mordu. Les livres qui traitent de cette matière. Nous sommes ceux qui l’avons prédit ou qui l’ont prédit. Voici ce qui s’est passé (avec les verbes qui admettent une construction impersonnelle et une construction personnelle on utilise Ce qui ou Ce qu’il). Elliptiquement. Voilà qui me plaît, voilà qui est fait. Parfois, Qui ne suit pas immédiatement son antécédent. Un homme est là qui voudrait vous rencontrer. Je l’entendais qui parlait avec colère. Le voici qui vient.
–  Qui, précédé d’une préposition, est complément d’objet indirect, complément circonstanciel, complément d’agent, complément du nom ou de l’adjectif, et son antécédent ne peut être qu’une personne (lorsque l’antécédent est une chose, on emploie les pronoms relatifs Lequel, Laquelle, Lesquels, Lesquelles ou les formes contractées Auquel, Duquel, etc.). L’élève à qui j’ai prêté ce livre. Celui pour qui, contre qui je plaide. C’est vous à qui je parle (on dit plus souvent C’est à vous que je parle). L’homme avec qui elle s’est enfuie. Celui par qui le crime a été commis. L’admirateur de qui elle a reçu une lettre, la personne de qui elle est le plus proche (on emploie plus couramment Dont). Parfois en parlant d’animaux ou d’objets personnifiés. Un chien à qui elle fit mille caresses. Rochers à qui je confie ma plainte.
2.  Employé sans antécédent pour désigner une personne, avec une valeur plus ou moins proche du pronom indéfini.
– Qui est sujet. Pour qui aime l’opéra, Bayreuth est une ville idéale. J’ai pris l’avis de qui me semblait le plus sage. Dans des tours figés ou proverbiaux. Qui m’aime me suive ! Qui vivra verra. Qui veut voyager loin ménage sa monture. Qui a bu boira. Jouer à qui perd gagne. Tout vient à point à qui sait attendre ou, vieilli, tout vient à point qui sait attendre.
– Qui est attribut. Restez qui vous êtes !
– Qui est complément d’objet direct. J’engagerai qui vous me recommanderez. Embrassez qui vous voudrez.
– Qui est complément d’objet indirect, complément circonstanciel, complément d’agent, complément du nom ou de l’adjectif. Je parle à qui me plaît. Il est libre de travailler pour qui il a envie. Prenez la place de qui vous voudrez. Il a été trahi par qui il avait été le plus aimé. Il se montre courtois certes, mais avec qui il veut. Elliptiquement. Je me plaindrai à qui de droit.

II.

II. Extensions d’emploi.
– En composition avec le pronom relatif Que dans la locution conjonctive Qui que, pour introduire une proposition au subjonctif à valeur concessive. Qui que vous soyez, ouvrez ! Qui que vous pensiez choisir. Loc. Qui que ce soit, quiconque, toute personne. Je défie qui que ce soit d’y arriver. N’en dites mot à qui que ce soit.
– Dans la locution interrogative directe Qu’est-ce qui, Qui occupe la fonction de sujet et porte sur une chose. Qu’est-ce qui vous chagrine ? Qu’est-ce qui lui ferait plaisir ?
– Dans des locutions figées à valeur adverbiale. Qui mieux est, qui plus est, qui pis est, en plus, de surcroît. Il est parti sans nous saluer et, qui plus est, sans payer. À qui mieux mieux, à l’envi, comme pour rivaliser l’un avec l’autre. Ils criaient à qui mieux mieux.
– Dans la construction à sens distributif Qui… qui, l’un… l’autre, les uns… les autres. Ils partirent qui à gauche, qui à droite. Ils se saisirent qui d’une épée, qui d’une lance, qui d’une hache.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.