poétique

II. POÉTIQUE

nom féminin
Étymologie : xvie siècle. Emprunté, par l’intermédiaire du latin poetica, de même sens, du grec poiêtikê (tekhnê), « (art) de la poésie », forme féminine substantivée de l’adjectif poiêtikos, « qui a la vertu de faire, de produire », puis « inventif, ingénieux ; propre à la poésie », lui-même dérivé de poieîn, « faire, créer ».
↪ voir aussi : I. Poétique (adj.)
■  Traité qui expose les principes de composition des ouvrages en vers, qui s’attache à distinguer et caractériser les différents genres littéraires. La « Poétique » d’Aristote.
▪  Par extension. Ensemble des procédés et des règles qui président à la composition d’une œuvre littéraire, musicale, picturale, et qui révèlent l’esthétique d’un auteur, d’une œuvre, d’un art. Malherbe a posé les principes d’une poétique classique. La poétique des fables de La Fontaine, la poétique de la description chez Balzac. La poétique des ruines dans la peinture française du xviiie siècle.
  Titre célèbre : La Poétique de la rêverie, de Gaston Bachelard (1960).
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.