pas

II. PAS

adverbe de négation.
Étymologie : xie siècle, au sens de pas I, pour désigner une distance infime. Employé d’abord dans un tour négatif, comme complément d’objet direct de verbes de mouvement, puis comme négation tonique pour tout type de verbe.
↪ voir aussi : I. Pas (n. m.)

I.

I. Employé avec la particule ne dans la locution adverbiale de sens négatif ne… pas.
Si le verbe est à un mode personnel, ce verbe, ou son auxiliaire dans les formes composées, s’intercale entre ne et pas. N’avancez pas ! N’y allez pas ! Vous n’avez pas le temps. Je ne le crois pas. Je n’en veux pas. Il ne lui en a pas tenu rigueur. Voilà qui n’est pas ordinaire ! Loc. adverbiale interrogative. N’est-ce pas ? locution employée dans le discours direct pour requérir l’attention, l’adhésion, l’approbation de son interlocuteur. Vous serez des nôtres, n’est-ce pas ?
▪  Dans l’usage courant. Si le verbe sur lequel porte la locution négative est à l’infinitif, pas suit immédiatement ne. Il a décidé de ne pas donner suite à ce projet. Être ou ne pas être. Veillez à ne pas oublier vos papiers. Prière de ne pas faire de bruit. Dans l’usage littéraire ou classique, l’infinitif peut être intercalé entre ne et pas. Il importe de n’être pas trop assuré de soi.
▪  Dans certains cas, la particule ne peut être omise. À l’époque classique, dans des phrases interrogatives. Suis-je pas votre ami ? Aujourd’hui, dans des tournures populaires. C’est pas trop tôt !

II.

II. Employé sans la particule ne.
1.  Dans des tournures elliptiques, surtout dans des réponses, accompagné d’un adverbe ou d’un adjectif. Pas vraiment. Pas du tout. Sûrement pas, absolument pas. Pas assez. Pas trop. Pas mal, voir Mal II. Pas encore. Pas ici. Pas grand-chose. Subst. Fam. Un pas grand-chose, quelqu’un de peu estimable.
▪  Loc. fam. Pas possible ! Pas vrai ? s’emploie parfois en fin de phrase pour requérir la confirmation de l’interlocuteur. Tu restes jusqu’à demain, pas vrai ?
2.  Dans des phrases nominales (cette construction s’emploie souvent dans des tours familiers). Pas un geste ! Pas la peine de mentir ! Pas de chance ! Pas de danger qu’il revienne ! Expr. proverbiale. Pas d’argent, pas de Suisse, voir Argent. Pas vu, pas pris.
3.  Dans des constructions elliptiques, employé à la place de non, Pas peut remplacer une proposition négative, un énoncé négatif. Qu’il se décide ou pas, il est trop tard. Il entend les flatteries, pas les critiques. « Je connais cet homme. – Moi pas. » Pourquoi pas ?
4.  Associé à l’adverbe non, pour le renforcer. Il faut réfléchir avant d’agir, et non pas se précipiter. J’irai le voir, non pas que cela me réjouisse… « L’avez-vous déjà rencontré ? – Non pas ! »
5.  En composition avec un. Pas un, pas une, nul, nulle, aucun, aucune. Pas un ne le croit. Pas une voix ne lui a manqué.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.