gros, grosse

GROS, GROSSE

adjectif, adverbe et nom
Étymologie : xie siècle. Issu du latin impérial grossus, « gros, épais ».

I.

I. Adjectif.
1. Qui a beaucoup de volume, qui dépasse le volume ordinaire, par opposition à Menu et à Petit. Un homme gros et gras. Un gros nez. Un gros chien. Une grosse corde. Un gros paquet. Un gros livre. Subst. Louis le Gros, surnom du roi de France Louis VI.
▪ Par extension. Employé dans une comparaison. Gros signifie simplement Qui a le volume de. Les souris sont moins grosses que les rats. Ces deux arbres sont aussi gros l’un que l’autre. Le gros bout et le petit bout d’un œuf. Gros comme une barrique. Gros comme une noisette, comme une tête d’épingle. Pas plus gros que le poing. Expr. fig. et fam. Avoir les yeux plus gros que le ventre, présumer de son appétit et, par extension, de ses capacités, en quelque domaine que ce soit.
2. Qui dépasse son volume habituel ; qui est enflé. Avoir la joue grosse d’une fluxion. La rivière est si grosse qu’elle risque de déborder. La mer est grosse, très forte. Par métonymie. Naviguer par gros temps, lorsque le vent est violent et que les vagues sont très fortes.
▪ Expr. Faire la grosse voix, enfler la voix pour réprimander. Faire de gros yeux ou les gros yeux à quelqu’un, le regarder intensément d’un air de reproche, de mécontentement. Faire le gros dos, voir Dos. Avoir les yeux gros de larmes, avoir les larmes aux yeux et chercher à les retenir. Avoir le cœur gros ou, vieilli et fam., avoir gros cœur, éprouver du chagrin, du dépit, des regrets. J’ai le cœur gros de votre départ. Cela fait gros cœur, cela fait de la peine.
▪ Spécialement. Se dit d’une femme enceinte. Sa femme est grosse. Être grosse de six mois. Elle était alors grosse de son premier enfant. Fig. Gros de, se dit de ce qui doit être suivi d’effets, de ce qui porte en puissance d’autres choses à venir. Une décision grosse de conséquences. L’avenir est gros de menaces.
3. Qui surpasse des êtres ou des choses du même genre, qui dépasse ce qui peut lui être comparé.
▪ Par le volume, l’étendue, les dimensions. Le gros orteil, par opposition aux autres orteils. Le gros intestin, par opposition à l’intestin grêle (on dit aussi Côlon). Le gros bétail, les bovins. Chasser le gros gibier, pêcher le gros poisson ou, elliptiquement et subst., le gros. Gros grains, froment, seigle et méteil. Un gros bourg. Un canon de gros calibre. Grosse caisse, voir Caisse. Fig. Un gros bras (pop.), voir Bras. Une grosse tête (fam.), une personne très savante. Expr. péj. Avoir la grosse tête, s’en croire. Expr. proverbiale. Les gros poissons mangent les petits, les puissants oppriment les faibles.
▪ Spécialement. Marque de domaine : typographie. Gros caractères, plus amples et de tracé plus épais que d’ordinaire. Gros romain. Gros titre, sur un journal ou sur une affiche, titre imprimé en gros caractères pour frapper l’attention. Lire les gros titres. – Marque de domaine : photographie. Marque de domaine : cinéma. Marque de domaine : télévision. Gros plan, cadrage d’une personne à la hauteur des épaules ; se dit par extension de toute prise de vue rapprochée d’un objet. Filmer en gros plan. – Marque de domaine : transports. Un avion gros porteur ou, subst., un gros-porteur, un avion de grande capacité. Une grosse cylindrée, une voiture de cylindrée importante, au moteur puissant ; désigne également une motocyclette dont la cylindrée excède 500 centimètres cubes. – Marque de domaine : bâtiment. La grosse poutre, la poutre maîtresse. Les gros piliers de la nef. Le gros œuvre, les fondations, les murs et la toiture d’une construction.
▪ Par l’abondance, l’importance ou la valeur. De grosses larmes, des larmes abondantes. Une grosse récolte. De gros effectifs. De grosses réparations. Une grosse situation. Une grosse entreprise. Une grosse somme d’argent. De gros bénéfices. De grosses dépenses, de grosses dettes. Subir de grosses pertes. Gros lot, lot le plus important d’une loterie et, fig., hasard heureux qui procure un grand avantage. Gagner ou, fam., décrocher le gros lot. Expr. Jouer gros jeu, parier de fortes sommes et, fig., prendre de grands risques.
▪ Par l’intensité, l’ampleur, la gravité. Une grosse averse, une grosse tempête. Les grosses chaleurs. Un gros rhume. Avoir un gros appétit et, fam., une grosse faim. Une grosse déception, un gros chagrin, une grosse colère. Une grosse faute, un gros mensonge. Rencontrer, connaître de grosses difficultés. Exiger de gros efforts, de gros sacrifices. Cela présente de gros avantages, de gros inconvénients. Marque de domaine : commerce. Un prêt à la grosse aventure ou, elliptiquement et subst., à la grosse, voir Aventure.
▪ En parlant d’une personne. Que sa richesse, son influence place au-dessus des autres. Un gros fermier. Un gros actionnaire. C’est un de nos plus gros clients. Expr. Un gros bonnet (fam.), un personnage important.
▪ Gros s’emploie aussi avec une valeur intensive pour renforcer la signification du substantif ou de l’adjectif substantivé. Un gros mangeur, un gros buveur. Il est gros joueur. Un gros lourdaud. Gros nigaud, gros bêta ! Fam. C’est un gros malin.
4. Qui est épais, grossier, par opposition à Fin et à Délicat. Du gros sel. Du gros pain. Coudre avec du gros fil. Un pantalon de gros drap. Porter de gros souliers. Fam. La grosse besogne, le gros ouvrage, les tâches pénibles. Du gros rouge, du vin de très médiocre qualité. Pop. Gros cul, tabac de troupe (on dit aussi gros gris) ou, dans l’argot des routiers, camion de fort tonnage.
▪ Fig. Un gros rire, un rire bruyant et vulgaire. Une grosse plaisanterie, une plaisanterie lourde, de mauvais goût. Un gros mot, un mot grossier. Avoir un gros bon sens, être sensé mais peu subtil. De grosses vérités, des vérités élémentaires et sans nuances. Expr. fam. On vous voit venir avec vos gros sabots, on devine sans peine vos intentions ou vos sous-entendus. Une grosse ficelle, une habileté qui ne trompe personne.
▪ Spécialement. Dont l’exagération ou la fausseté est évidente. Le prétexte est un peu gros ! Loc. adj. Fam. Un mensonge gros comme une maison. Gros comme le bras, voir Bras.

II.

II. Adverbe.
1. En grande dimension. Écrire gros, en caractères hauts et larges, ou en traits épais. Cette plume écrit trop gros. Une loupe permet de voir plus gros.
2. En grande quantité, beaucoup. Jouer, risquer, gagner gros, de fortes sommes. Cela peut vous rapporter gros. Fig. On donnerait gros pour être à sa place. Il y a gros à parier qu’il ne viendra pas, il y a de fortes raisons de croire qu’il ne viendra pas.
▪ Expr. fig. et fam. En avoir gros sur la conscience, avoir beaucoup de fautes à se reprocher. En avoir gros sur le cœur, éprouver un chagrin pesant, du dépit ou de la rancœur.

III.

III. Nom.
1. Personne corpulente, qui a trop d’embonpoint. Un petit gros. Les gros et les maigres. Fig. et fam. Les gros, les gens importants. Les petits et les gros.
2. La partie la plus importante en nombre ou la partie principale d’une chose. Le gros d’une armée, des troupes. Le gros de la flotte a été dispersé par la tempête. Le plus gros du travail ou, absolument, le plus gros est fait.
▪ Fig. Loc. prép. Au gros de, au cœur de, au plus fort de. Au gros de l’hiver, de l’orage.
3.  Marque de domaine : commerce. Par opposition à Détail. Achat, vente de marchandises par quantités importantes. Une maison de gros. Faire le commerce de gros. Nous ne faisons que le gros. Un prix de gros, celui qu’un grossiste consent à un détaillant. Le demi-gros, le commerce intermédiaire entre le détail et le gros.
▪  Loc. adv. et adj. En gros, par grandes quantités. Vendre, acheter en gros ou au détail. Marchand en gros, ou Grossiste. Fig. Selon une estimation sommaire, approximativement ; pour s’en tenir à l’essentiel, aux grandes lignes. Il y avait en gros cinquante convives. Voilà en gros comment les choses se sont passées. Il nous a raconté l’affaire en gros.
4.  Anciennement. Mesure de poids qui représentait le huitième de l’once, soit près de quatre grammes.
▪ Gros de Naples, gros de Tours, nom donné à des étoffes de soie à gros grain.
Voir aussi
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.