En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française
Dictionnaire de l’Académie française, 9e édition (actuelle)

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

faiblir

FAIBLIR

conjugaison verbe intransitif
xiie siècle, flebir ; rare avant le xviie siècle. Dérivé de faible.
I.
I. En parlant d’un être animé.
1. Perdre peu à peu sa force physique, sa vigueur. Le malade faiblit, ses forces déclinent doucement. Le blessé se sentait faiblir. Par métonymie. Perdre de sa force, de son intensité. Ses membres faiblissent. Mon cœur faiblit. Son pouls va faiblissant. Depuis quelque temps, sa voix avait beaucoup faibli.
2. Perdre de sa force morale, de son énergie. Il a faibli devant son adversaire. Elle est allée sans faiblir au-devant du danger. Par métonymie. Perdre de son intensité, de son ardeur. Sa volonté, sa résolution, son courage faiblit. Son attention a faibli. Sa foi, son espoir ne faiblit pas.
II.
II. En parlant d’une chose.
Perdre de sa solidité, de son intensité, de sa puissance. La barrière a faibli au point de se rompre. La branche faiblit sous le poids des fruits. La lumière faiblit à la tombée du jour. Le vent faiblissait. Spécialement. En parlant d’un ouvrage de l’esprit. Perdre de sa force, de son intérêt. Ce roman faiblit dans les derniers chapitres.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.