En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

faiblesse

FAIBLESSE

nom féminin
xie siècle, fieblece ; xiie siècle, foiblesse ; refait au xviie siècle. Dérivé de faible.
Le fait d’être faible, insuffisant ; état de ce qui est faible, insuffisant.
1. Manque de force, de vigueur physique. La faiblesse d’un enfant, d’un vieillard. Il se remet de sa maladie, mais il lui est resté une grande faiblesse, il ressent encore une grande faiblesse. Expr. vieillie. Tomber en faiblesse, perdre connaissance. Par métonymie. Faiblesse de la vue, des jambes. La faiblesse de sa constitution.
▪ Par analogie. Manque de solidité, de robustesse. La faiblesse d’une voûte, d’un pilier, d’un support, d’un conduit, d’un mécanisme. Spécialement. En parlant d’un poste, d’une place de guerre, etc. La faiblesse d’un rempart, d’un avant-poste. La faiblesse d’un dispositif de défense.
2. Manque de puissance, de ressources, d’autorité. La faiblesse de l’ennemi n’était qu’apparente. La faiblesse du commandement. La faiblesse du gouvernement encouragea les troubles. La faiblesse des petits États. La faiblesse d’un parti politique.
3. Manque de vigueur intellectuelle, de connaissances, de talent. La faiblesse de l’entendement humain. Faiblesse d’esprit. On déplore plus volontiers la faiblesse de sa mémoire que celle de son jugement. Cet élève est d’une grande faiblesse en mathématiques.
▪ Par métonymie. Manque de qualité, de valeur, d’un acte de l’esprit, d’une œuvre littéraire, artistique ou scientifique. La faiblesse d’un argument, d’un raisonnement. La faiblesse d’une preuve, d’un témoignage. Faiblesse d’invention, d’exécution, de style.
4. Manque de force morale, de fermeté envers autrui, d’empire sur soi-même. Faiblesse de caractère. Montrer de la faiblesse dans les épreuves. Son indulgence pourrait, en cette occasion, passer pour de la faiblesse. Il eut la faiblesse de céder. Transiger par faiblesse, dans un moment de faiblesse. Réprimer sans faiblesse. Ce père est d’une faiblesse coupable envers ses enfants. Surmonter sa faiblesse.
5. Manque d’importance, d’intensité. La faiblesse d’une crue, d’une marée. La faiblesse d’un son, d’une voix. La faiblesse des moyens défensifs d’une place forte. Faiblesse de ressources, de revenus. La faiblesse du montant des transactions en Bourse. Faiblesse monétaire. La faiblesse de mes connaissances ne permet pas de juger.
6. Le plus souvent au pluriel. Pour désigner les points divers où se manifestent des insuffisances. Avoir une faiblesse, des faiblesses, s’évanouir, perdre connaissance. Les faiblesses d’un moteur, d’un équipement. Les faiblesses d’une politique, d’une constitution. Souligner les faiblesses d’une théorie. Relever des faiblesses d’écriture. Les faiblesses d’un roman, d’une intrigue. C’est une faiblesse très répandue. Condamner les faiblesses d’autrui. Spécialement. Le fait de céder à des instances amoureuses. Cette première faiblesse la perdit de réputation. On dit qu’elle eut naguère des faiblesses pour cet homme.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.