entendre

ENTENDRE

conjugaison verbe intransitif, transitif et pronom Conjugaison : (se conjugue comme Attendre).
Étymologie : xie siècle. Du bas latin intendere, « étendre, tendre (quelque chose) vers » et, au figuré, « tendre, diriger son regard, son esprit vers », puis, en latin chrétien, « faire attention à, écouter, entendre, comprendre ».

I.

I. Verbe intransitif. suivi de la préposition à. Très vieilli.
1. Tendre l’oreille, prêter attention. Seulement dans l’expression Ne pas savoir auquel, à qui, à quoi entendre, ne pas savoir à qui ou à quoi il importe de prêter attention. Pressé de toutes parts, il ne savait à qui entendre.
2.  Par extension. Consentir, acquiescer. Il ne veut entendre à aucun arrangement.

II.

II. Verbe transitif.
1. Percevoir par l’ouïe. Entendre une voix, un bruit. Il parlait si bas qu’on l’entendait à peine. Nous les entendions rire. J’ai entendu faire votre éloge. Il n’entend pas qu’il chante faux. Entendez-vous comme il crie ? Au milieu du bruit, il ne parvenait pas à faire entendre sa voix, à se faire entendre. Je les ai entendus dire qu’ils partaient demain. Absolument. Il entend mal d’une oreille. J’entends parfaitement.
▪ Loc. Faire entendre, émettre. Il fit entendre un toussotement qui en disait long. Un sifflement aigu se fit entendre. Un murmure de protestation se fit entendre. Entendre dire, apprendre par la rumeur publique. J’ai entendu dire que c’est un beau pays. Entendre parler, avoir connaissance par ouï-dire. Avez-vous entendu parler de son dernier livre ? Ne pas vouloir entendre parler d’une chose, la rejeter sans même l’examiner. Il ne veut pas entendre parler de régime alimentaire.
▪ Expr. À qui veut l’entendre, à tout le monde. Il raconte ses aventures à qui veut l’entendre. Je l’ai entendu de mes oreilles, de mes propres oreilles, j’ai personnellement entendu quelqu’un le dire. Fam. Ce qu’il faut entendre ! Ce qu’il ne faut pas entendre ! Mieux vaut entendre cela que d’être sourd ! ce qui vient d’être dit est tellement déraisonnable qu’on ne saurait y attacher d’importance. Fig. Il n’entend pas de cette oreille-là (vieilli), il refuse la proposition qui lui est faite. Il ne l’entend pas de cette oreille, il n’est pas d’accord.
▪  Prov. Qui n’entend qu’une cloche n’entend qu’un son, voir Cloche I. Il n’est pire sourd qui ne veut entendre, ou que celui qui ne veut pas entendre, se dit en parlant d’une personne qui feint de ne pas entendre ou de ne pas comprendre ce qu’on lui dit.
2. Prêter une oreille attentive à. Ce soir nous irons entendre un opéra. Un public enthousiaste est venu entendre ce chanteur. Spécialement. Entendre la messe (vieilli), y assister. Entendre une personne en confession. Marque de domaine : droit. Entendre les avocats des deux parties. Entendre des témoins. La cause, l’affaire est entendue, les débats sont clos.
▪ Par extension. Prêter une oreille bienveillante à ; accueillir favorablement. Je doute qu’il soit prêt à vous entendre. Veuillez entendre mes raisons. Sa demande a été entendue. Expr. À l’entendre, si on l’en croit. À les entendre, ils ne sont pas coupables. Entendre raison, acquiescer à ce qui est raisonnable. On n’a jamais pu lui faire entendre raison. N’entendre ni rime ni raison, refuser par entêtement de se rendre aux propositions les plus raisonnables. Ne rien vouloir entendre, s’obstiner dans son idée. Le ciel vous entende ! puissiez-vous être exaucé !
3. Saisir par l’intelligence, comprendre. Ce texte est difficile à entendre. Je ne suis pas parvenu à lui faire entendre qu’on n’avait eu aucune intention de l’offenser. Spécialement. Dans un dialogue. Entendez-moi, entendez-moi bien ! comprenez-moi bien. J’entends bien, je vous l’accorde, je vous le concède, assurément. Il ne l’entend pas ainsi, il n’envisage pas la question de cette manière.
▪ Par extension. Avoir la connaissance et la pratique d’une langue, d’un métier, etc. Il entend parfaitement l’italien. Il entend bien son métier. Il n’entend rien aux affaires.
▪ Loc. Donner à entendre, laisser entendre, faire entendre, insinuer, faire supposer. On lui donna à entendre qu’il ferait bien de se retirer. Il m’avait laissé entendre que vous refusiez tout accommodement. Il veut vous faire entendre qu’il n’y a plus rien à espérer.
▪ Expr. Entendre, bien entendre la plaisanterie, ne pas s’offenser de ce qui est dit en plaisantant. Il n’entend pas plaisanterie, raillerie là-dessus (vieilli), il n’admet pas que l’on plaisante sur ce point.
4. Comprendre d’une manière particulière ; attribuer un sens particulier à. On n’entend plus ce mot comme on l’entendait autrefois. Il entend le travail comme une pénible nécessité. Qu’entendez-vous par là ? que voulez-vous dire ? Par loi morale, il entend la loi que chacun porte en soi.
▪ Expr. Entendre finesse (litt.), entendre malice à un propos, lui attribuer un sens caché malicieux. Je ne sais pas quelle finesse vous entendez à cela. Il entend finesse à tout ce qu’on dit. Il a dit cela sans y entendre malice, sans mauvaise intention.
5. Avoir l’intention, la volonté de. Faites comme vous l’entendez. Chacun fait comme il l’entend. Par extension. Exiger. J’entends que vous restiez avec moi. J’entends être obéi. Il n’entend pas se laisser faire.

III.

III. Verbe pronominal.
1. Être perçu par l’ouïe. La sirène de ce bateau s’entend de loin.
2. Percevoir sa propre voix ou la voix d’une autre personne. On ne s’entend plus dans ce vacarme. Ils avaient beau crier, ils ne parvenaient pas à s’entendre.
3. Être saisi par l’intelligence. Seulement dans les locutions suivantes : Cela s’entend aisément, cela s’entend de reste, cela s’entend, il s’entend ou, elliptiquement, s’entend, cela va de soi. L’homme est libre, jusqu’à un certain point s’entend.
4. Être compris d’une manière particulière. Cette phrase peut s’entendre de diverses façons. Nos prix s’entendent hors taxes.
5. Se comprendre soi-même. Je m’entends, je sais bien ce que je veux dire. Il ne s’entend pas lui-même. Se comprendre l’un l’autre. Entendons-nous bien, je ne vous demande qu’un petit effort. Ils s’entendent à demi-mot, ils se comprennent sans avoir besoin de longues explications. Il faudrait s’entendre ! s’assurer qu’il n’y a ni équivoque ni malentendu.
6. Se mettre d’accord, être d’intelligence avec quelqu’un. J’ai besoin de m’entendre avec vous là-dessus. Entendons-nous et nous réussirons. S’entendre avec l’ennemi. Ils s’entendirent pour le sauver, pour le perdre.
7. Sympathiser, vivre en bonne intelligence. Il est d’un commerce agréable et je m’entends bien avec lui. Ils ne s’entendent guère. Expr. fam. S’entendre comme larrons en foire, être liés d’une amitié complice. S’entendre comme chien et chat, très mal.
8. Être habile à faire une chose. Il s’entend à faire valoir ses terres. Il s’entend parfaitement à mener une intrigue. Bien s’y connaître dans un domaine. Il s’entend, s’y entend en musique, en peinture.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.