En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

dire

I. DIRE

conjugaison verbe transitif (je dis, nous disons, vous dites, ils disent ; je disais, nous disions ; je dis ; je dirai ; je dirais ; dis ; disons, dites ; que je dise ; que je disse ; disant ; dit).
xe siècle. Du latin dicere, « dire, exprimer par la parole », notamment « déclarer, indiquer, nommer, raconter ».
↪ voir aussi : II. Dire (n. m.)
I.
I. Faire connaître.
1. Exprimer, énoncer par la parole. Dire à haute et intelligible voix, à voix basse. J’ai quelque chose à vous dire. Voici ce qu’il a dit. Dire du bien, du mal de quelqu’un. Dire son avis, son sentiment sur quelque chose. Il ne dit pas tout ce qu’il pense. Il ne sait ce qu’il dit. Il parle pour ne rien dire. Dites-nous ce qui est arrivé. Dis-moi qui t’a donné ce livre. Dites-nous si vous avez renoncé à votre projet. Dire le nom de quelqu’un. Dire la vérité. Dire ses raisons. Dire des bêtises, des sottises. Dire des injures. Il n’a pas dit un mot. Il n’a pas dit son dernier mot, il peut encore changer d’avis. Sans mot dire, il se rassit. Ce disant, il regardait l’assemblée. Cela dit, il quitta la séance. ◉ En ce dernier sens, on évitera d’employer Ceci dit, qui se répand fâcheusement aujourd’hui.
▪ Dans les propos rapportés, dire est souvent placé en incise, avec le sujet postposé. Oui, dit-il, j’y consens.
▪ Expr. Dire son fait à quelqu’un ou, fam., dire ses vérités, ses quatre vérités à quelqu’un, ne pas lui cacher ce qu’on pense de lui. Dire pis que pendre de quelqu’un, en dire beaucoup de mal. En dire de belles, en dire de toutes les couleurs (fam.), prononcer des paroles qui surprennent ou qui choquent. Je l’irai dire à Rome, j’en doute. S’il réussit, je l’irai dire à Rome.
▪  Prov. Qui ne dit mot consent, garder le silence, c’est approuver ou acquiescer. Bien faire vaut mieux que bien dire, les bonnes actions sont préférables aux beaux discours. Bien faire et laisser dire, il faut agir sans se soucier des critiques.
2. Réciter. Dire sa leçon. Dire des vers. Dire son rôle. Dire son chapelet. Dire son bréviaire. Dire ses prières. Dire la messe, la célébrer. Faire dire une messe, des messes pour un défunt. Spécialement. Déclamer. Apprendre à dire. L’art de bien dire les vers.
3. Exprimer, énoncer par un autre moyen que la parole. Par écrit. Que dit-il dans sa lettre ? Comme il a été dit au précédent chapitre. Cet écrivain a dit là-dessus d’excellentes choses. Par gestes ou par signes. Dire bonjour de la main.
4. Employer un mot, une expression, une tournure. Dire blanc quand on pense noir. C’est un mot qu’on ne doit pas dire. Dire le mot juste. Comment cela se dit-il en anglais ? Il ne faut pas dire : Fontaine, je ne boirai pas de ton eau. Qui dit colère, dit courte folie.
5.  Litt. Célébrer, chanter, raconter. Je dirai les hauts faits de Roland.
II.
II. Par extension. Faire connaître, exprimer, avec des nuances particulières.
1. Affirmer, prétendre. À ce que dit la légende, Romulus est le fondateur de Rome. Il disait avoir aperçu le suspect. Expr. On dit que, dit-on, c’est l’opinion commune, c’est le bruit qui court. On dit que nous allons avoir la guerre. C’est, dit-on, ce qui l’a déterminé à partir. Subst. Un on-dit, un propos qui se répète de bouche en bouche. Croire sur un on-dit, sur des on-dit.
2. Répondre, répliquer, objecter, critiquer. Il ne sut que dire. Qu’avez-vous à dire à cela ? Vous aurez beau dire, je partirai demain. Expr. Trouver à dire, trouver matière à critiquer, à blâmer. Que trouvez-vous à dire à cette action ? (On dit plutôt Trouver à redire.) Il y a bien à dire, beaucoup à dire là-dessus, il y a bien des critiques, des objections, des observations, des réserves, à faire là-dessus. Il n’y a vraiment rien à dire, cela est fort bien.
3. Juger, penser, croire. Que dites-vous de cette affaire ? Qu’en dites-vous ? Que dire d’une telle attitude ? Que va-t-on dire de moi, si j’accepte ? Qu’en dira-t-on ? Subst. Le qu’en-dira-t-on, l’opinion des autres. Se soucier, se moquer du qu’en-dira-t-on. Expr. On dirait d’un fou, d’un homme ivre (vieilli), on le prendrait pour un fou, pour un homme ivre (on dit plutôt On dirait un fou, un homme ivre). On dirait que, il semblerait que. On dirait qu’il va mieux. On aurait dit, on eût dit qu’il pleurait.
4. Proposer, décider, fixer. Au jour dit. Aussitôt dit, aussitôt fait, dès que la décision fut prise, on passa à l’exécution. Ce qui fut dit fut fait. Disons, convenons de. Vous ne pouvez pas venir ce soir ? Eh bien, disons demain. ◉ À déconseiller en dehors de cette définition précise.
▪ droit. Dire le droit, déterminer dans une affaire la solution conforme à la loi et à la justice. Un jugement avant dire droit, un jugement provisoire.
5. Engager à ; conseiller, ordonner de. Il m’a dit de me taire. Dis-lui qu’il vienne. Expr. fig. et fam. Ne pas se le faire dire deux fois, s’empresser soit d’obéir, soit de saisir une occasion. Se le tenir pour dit, tenir compte d’un avertissement, d’une menace. Vous n’avez qu’à dire, qu’un mot à dire, vous n’avez qu’un mot à prononcer pour que la chose soit réalisée.
6. Au participe passé, adjectivement. Surnommé. Charles V, dit le Sage. Cette maison est située à trois kilomètres de la ville, au lieu dit « La Saussaie ». Spécialement. droit administratif. Se joint à l’article défini et à certains adverbes pour désigner les personnes ou les choses dont on a parlé. Ledit preneur. Ladite maison. Audit lieu. À l’article susdit. La personne susdite. Subst. Le susdit.
III.
III. Par analogie. Avec un nom de chose pour sujet. Indiquer, signifier, annoncer, présager.
Ce mot seul dit tout. Un croquis en dit parfois plus qu’un long discours. Que dit le baromètre ? quelle indication fournit-il sur le temps ? Que disent les cartes ? quel présage croit-on pouvoir en tirer ? En parlant des actions, des attitudes, des regards, etc., qui manifestent la pensée de quelqu’un. Son trouble, sa confusion disent assez son désarroi. Un silence qui en dit long, un silence expressif. En parlant d’un ouvrage, d’un texte, d’une phrase énonçant un précepte, une loi, formulant une définition. Qu’en dit, que dit le dictionnaire ? Qu’en dit la grammaire ? Que dit la loi ? Reportez-vous à ce que dit l’Évangile. Que dit le règlement ? Comme dit le proverbe. Comme dit la chanson.
▪ Loc. Vouloir dire, avoir tel sens, telle signification. Que veut dire cette phrase ? Que veut dire ce retard ? Je ne sais ce que cela veut dire. Cela ne veut rien dire.
▪ Expr. fam. Savoir ce que parler veut dire, saisir l’allusion, comprendre à demi-mot. Expr. fig. et fam. Dire quelque chose. Éveiller un souvenir, faire naître une impression, évoquer. Cet air me dit quelque chose. Cette photographie ne me dit rien.
▪ Spécialement. Plaire. Une promenade vous dirait-elle quelque chose ou, elliptiquement, vous dirait-elle ? Sortir ne me dit rien. Si le cœur vous en dit, si cela vous plaît. Cela ne me dit rien de bon, ce n’est pas un présage favorable. Cela ne me dit rien qui vaille, suscite ma défiance, me déplaît.
IV.
IV. Locutions et expressions.
1. Introduisant une explication, une correction, une approbation ou un renforcement. C’est-à-dire (voir ce mot). Disons mieux, pour mieux dire, que dis-je ? pour renchérir sur les paroles précédentes. Il ne régnait que par ses favoris ou, pour mieux dire, il ne régnait plus. L’aimer ? Que dis-je ? je l’adore. Disons-le, pour introduire une expression plus rigoureuse que celle qui précède. Cette mesure est très discutable ; disons-le, c’est un abus de pouvoir. Autrement dit, en d’autres termes. Il faut dire, à vrai dire, pour donner une explication. Je n’ai pu le voir ; il faut dire qu’il était malade ce jour-là. À vrai dire, j’ai lu trop rapidement cet ouvrage. Pour tout dire, pour en dire davantage. Pour le dire en un mot. C’est tout dire, cela dit tout, cela explique tout. Il est aussi paresseux que son frère : ce n’est pas peu dire. Cela va sans dire, cela est parfaitement évident. Il va sans dire que je vous aiderai. Tout est dit, c’est dit, c’est une affaire réglée. Tout est dit là-dessus. Voilà qui est dit, il n’y a plus rien à ajouter. Tout n’est pas dit, l’affaire dont vous parlez est loin d’être achevée. Ce qui est dit est dit, c’est une décision, un engagement sans retour. C’est moi qui vous le dis, vous pouvez m’en croire. Je ne vous en dis pas plus, vous pouvez deviner la suite. Fam. Souvent iron. Tu l’as dit ! tu as raison ! En parlant à un enfant. C’est mon petit doigt qui me l’a dit, je le sais sans que tu m’en parles.
2. Marquant une atténuation, un doute, une hésitation. Pour ainsi dire, en quelque sorte, d’une certaine façon. Ils sont pour ainsi dire comme les deux doigts de la main. C’est beaucoup dire, c’est trop dire, pour marquer une réserve. Lire toutes ces revues ? c’est beaucoup dire, je les parcours. Pour ne pas dire, pour expliquer un euphémisme. Il s’est conduit en imprudent, pour ne pas dire en fou. C’est peu dire, pour indiquer que l’on est en dessous de la vérité. Il me fatigue, et c’est peu dire. Comme dit l’autre (pop.), pour introduire une citation courante ou une expression dont on ne veut pas prendre la responsabilité. Il n’y a pas à dire, il faut se rendre à l’évidence. Il n’y a pas à dire, c’est un sot. Cela soit dit en passant ou, elliptiquement, soit dit en passant, pour annoncer une digression, une plainte ou un reproche. Soit dit en passant, vous êtes quelquefois un peu brusque. Entre nous soit dit, soit dit entre nous, confidentiellement. Cela vous plaît à dire, pour marquer un désaccord, un refus. Vous prétendez que j’ai répandu ce bruit, cela vous plaît à dire. Dans le même sens. C’est vous qui le dites ! Mettons que je n’ai rien dit, pour annuler un propos que l’on vient de tenir, revenir sur une affirmation immédiate. Mettons que je n’aie rien dit, pour signifier : si cela vous désoblige, je retire mon propos. Je ne dis pas que…, pour atténuer ou rectifier ce qu’on vient d’affirmer. Je ne dirais pas qu’il soit pédant. Je n’ai pas dit qu’il était pédant.
3. Locutions, expressions interrogatives ou exclamatives pouvant se charger d’une forte valeur affective. Que voulez-vous dire ? Qu’est-ce à dire ? pour marquer l’étonnement, la surprise, aussi bien que l’insistance, la menace, etc. Qui vous dit que… ? pour marquer le doute, le défi. Qui dirait que… ? comment pourrait-on croire que ? Qui dirait que cet homme a été champion de course à pied ? Qui eût dit ? pour exprimer la surprise, le regret, le dépit. Qui eût dit qu’elle changerait si tôt ? Le voici à la tête de l’entreprise ; qui l’eût dit ? Dire que… ! pour indiquer la surprise, l’indignation, la rancœur. Dire qu’il était mon meilleur ami ! C’est bientôt dit ! C’est vite dit ! l’affaire est moins simple que vous ne le pensez. Je l’avais bien dit ! ce qui arrive est bien ce que j’avais annoncé. À qui le dites-vous ! je suis au courant de la situation ; j’ai fait cette expérience avant vous. Avec une valeur superlative. Je ne vous dis que cela ! Pour sous-entendre une qualité extrême. Ils ont un saint-émilion, je ne vous dis que cela ! Vous m’en direz des nouvelles ! Vous m’en direz tant ! Dis ! Dis donc ! Dites donc ! Interjection ou appel marquant l’étonnement, la surprise, etc. Dis-moi, dites-moi ! Pop. Eh, dis donc !
V.
V. Pronominal. Se dire.
1. Se prétendre, se croire. Elle se dit votre parente, votre amie. Il se dit au courant de cette question et il n’y connaît rien. Ils se disaient envoyés par leur chef. Il se disait malade. Adjectivement. Soi-disant, qui se prétend tel. Un soi-disant héritier.
2. Réfléchir à part soi. Il se dit qu’on ne l’y prendrait plus. Je me dis que j’ai été bien imprudent.
3. En parlant d’un mot, d’une locution, d’une expression. Être en usage. Ce mot se dit dans certaines provinces. L’un ou l’autre se dit ou se disent. Cela ne se dit plus. Cette expression ne se dit qu’en mauvaise part.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.