conservation

CONSERVATION

nom féminin
Étymologie : xive siècle. Emprunté du latin conservatio, « action de conserver ».
1. Action de conserver, de maintenir en bon état ; résultat de cette action. L’homme doit assurer la conservation de la nature, la sauvegarde des sites et des espèces vivantes. Veiller à la conservation de ses biens, de ses privilèges. Il ne songe qu’à la conservation de sa santé, qu’à sa propre conservation. Instinct de conservation, instinct qui pousse un être vivant à lutter pour son existence lorsqu’elle est menacée.
▪ Par extension. Le fait d’être plus ou moins bien conservé. Un tableau, une statue, une médaille d’une belle conservation. Trouver des gravures rupestres, des fossiles en parfait état de conservation, en mauvais état de conservation. Entreposer des médicaments dans de bonnes conditions de conservation.
▪ Spécialement. La conservation des aliments, le fait de maintenir, pendant une durée plus ou moins longue, des denrées alimentaires en état d’être consommées. Procédés de conservation. Durée de conservation. Un produit de longue conservation.
2.  Marque de domaine : physique. Axiomes ou principes de conservation, selon lesquels des grandeurs restent constantes au cours de certaines transformations. Conservation de la masse, conservation de l’énergie, principes selon lesquels la masse et l’énergie totale d’un système isolé restent constantes.
3.  Marque de domaine : administration. Fonction, charge de conservateur ; lieu où s’exerce cette fonction, cette charge. Il a obtenu la conservation d’un château historique. S’adresser à la conservation du musée. Conservation des hypothèques, service chargé d’enregistrer les hypothèques et d’en suivre l’exécution. La conservation des hypothèques assure la publicité foncière. Par métonymie. Bureau où se trouve ce service. Se rendre à la conservation des hypothèques.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.