conseiller, -ère

I. CONSEILLER, CONSEILLÈRE

nom
Étymologie : ixe siècle. Du latin consiliarius, « celui qui conseille ».
↪ voir aussi : II. Conseiller (v. tr.)
1. Personne qui donne des conseils, des avis. Consulter ses conseillers. Un bon, un sage, un mauvais conseiller. Un conseiller précieux, indispensable. La nymphe Égérie était, dit-on, la conseillère du roi Numa.
▪ Fig. La passion, le désespoir sont de mauvais conseillers. Prov. La colère est mauvaise conseillère. La nuit est bonne conseillère, elle permet de reconsidérer les choses avec l’esprit dispos.
2. Toujours au masculin. Membre de certains conseils. Conseiller municipal, général, régional. Madame le conseiller municipal. Fonctionnaire du rang le plus élevé dans certains corps de l’État, certaines hautes juridictions. Conseiller d’État. Conseiller à la Cour de cassation, à la cour d’appel de Paris. Conseiller référendaire, conseiller maître à la Cour des comptes. Titre donné à certains hauts fonctionnaires ou à certaines personnalités compétentes qui conseillent le gouvernement dans un domaine particulier. Conseiller commercial, conseiller militaire, conseiller culturel d’une ambassade. Conseiller du commerce extérieur.
▪ Marque de domaine : droit du travail. Conseiller du travail, fonctionnaire responsable d’un service social dans une grande entreprise. – Marque de domaine : enseignement. Conseiller principal d’éducation, fonctionnaire assistant le chef d’un établissement d’enseignement secondaire dans les tâches de surveillance et d’organisation. Conseiller d’orientation, fonctionnaire chargé d’informer les élèves et les étudiants, et de les guider dans leur orientation scolaire.
3. Le plus souvent au masculin. Personne dont la profession consiste à donner des avis dans un domaine déterminé. Conseiller technique. Conseiller agricole. Conseiller en gestion. Consulter son conseiller juridique, son conseiller fiscal. (En ce sens, on dit aussi Conseil.)
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.