En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française
1re
1694
2e
1718
3e
1740
4e
1762
5e
1798
6e
1835
7e
1878
8e
1935
9e édition
ACTUELLE
ACT.
Dictionnaire de l’Académie française, 9e édition (actuelle)

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

coincer

COINCER

conjugaison verbe transitif (se conjugue comme Avancer).
xviiie siècle coinser. Dérivé de coin.
1.  technique. Serrer, fixer avec des coins. Coincer des rails. Par extension. Immobiliser par un moyen quelconque. Coincer une pièce entre les mâchoires d’un étau.
2. Bloquer ; mettre dans l’impossibilité de se mouvoir. Coincer une voiture contre le trottoir. Le dossier était coincé au fond du tiroir. Mettre dans l’impossibilité de fonctionner. Les portières du véhicule étaient coincées. Le mécanisme s’est coincé.
▪ Intransitivement. À cause de l’humidité, le tiroir coince. Fig. et pop. La négociation coince, elle achoppe. ◉ Cet emploi figuré est inélégant.
3.  Fig. et pop. Retenir ; mettre dans l’impossibilité de partir, de se dérober. Il m’a coincé entre deux portes pour me raconter ses malheurs. On l’a coincé en flagrant délit, on l’a arrêté.
▪ Spécialement. Mettre dans l’impossibilité d’agir ou de répondre ; mettre en défaut, embarrasser. Je suis coincé et bien obligé d’en passer par là. Un homme coincé, timide, gêné, emprunté. Par métonymie. Un air coincé.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.