bon, bonne

I. BON, BONNE

adjectif
Étymologie : xe siècle, buon. Du latin bonus.
↪ voir aussi : II. Bon (n. m.)
■  Pour le comparatif et le superlatif, voir Meilleur. L’adjectif Bon entre dans la formation de nombreuses expressions qui sont définies au mot principal, telles que bon vivant, bonne franquette, etc.

I.

I. Satisfaisant, agréable, profitable.
1. Conforme à sa nature, à sa destination ; qui convient bien à son usage, qui remplit bien sa fonction, est bien adapté au but recherché. Une bonne terre. Des marchandises de bonne qualité. Ce mur est encore bon. Du vin bon à boire. Ce bois n’est plus bon qu’à brûler. C’est la bonne solution. Un bon couteau. Un bon outil. Un bon instrument de musique. Un bon remède. Expr. Bon sang ne saurait mentir, s’applique aux descendants qui se montrent ou doivent se montrer dignes de leurs ancêtres.
▪ En parlant d’une personne ou d’un animal. Avoir bon estomac. Il a une bonne vue, une bonne mémoire. Jouir d’une bonne constitution, d’une bonne santé. Ce chien a bon nez.
▪ Expr. fig. Avoir bon pied, bon œil, rester actif et alerte en dépit de l’âge. Il est entre bonnes mains.
2. Qui donne de l’agrément.
a.  Qui plaît aux sens, et principalement au goût. Du bon pain. Du bon fromage. Du bon beurre. Voilà de bonnes fraises. Cette viande a bon goût. Ce n’est pas bon ! Faire un bon repas. Prendre un bon bain. L’eau est bonne. Du bon tabac. Une bonne température. Un bon climat. Une bonne odeur et, adverbialement, sentir bon. Par métonymie. Une bonne table, où l’on mange bien.
▪  Prov. Le bon vin réjouit le cœur de l’homme. À bon vin, point d’enseigne, les bons produits n’ont pas besoin de publicité.
b.  Agréable ; plaisant, amusant. Nous avons fait une bonne promenade. Passez de bonnes vacances ! Un bon spectacle. Une bonne nouvelle. Quelle bonne surprise ! De bons souvenirs. Dire de bons mots. Raconter une bonne histoire ou, elliptiquement et fam., en raconter une bonne. Il m’en est arrivé une bien bonne, une aventure extraordinaire, originale, amusante. Iron. Vous en avez de bonnes, vous ! vos discours, vos attitudes ont de quoi surprendre.
▪ Expr. Le bon vieux temps. Prendre la vie du bon côté. Prendre quelque chose en bonne part. Se donner du bon temps. Jouer un bon tour à quelqu’un. On lui a fait une bonne farce. Fig. et fam. Se payer une pinte de bon sang, s’amuser franchement.
3. Avantageux, profitable. Avoir un bon salaire, une bonne situation, de bonnes rentes. Une maison d’un bon rapport. Vous avez fait une bonne affaire. Il a vendu à bon prix, à un prix élevé. J’ai acheté à bon prix, à bas prix. Conclure un bon marché. Acheter à bon compte, à bon marché. Elliptiquement. Un article bon marché.
▪ Expr. Vous avez choisi le bon moment, le moment propice. Il serait bon qu’il vienne. Ce sera comme bon vous semble. Trouver, croire, juger bon, estimer opportun. Il a jugé bon de partir. Trouvez bon que je me retire (vieilli), permettez-moi de me retirer. À quoi bon lui faire des reproches ? À quoi bon tant d’efforts ?
▪  Prov. À quelque chose malheur est bon.
4. Favorable, heureux, utile. C’est bon signe, de bon augure. Cela ne présage rien de bon. Naître sous une bonne étoile. Ce sera une bonne année pour le vin. Bon an, mal an, se dit d’une année favorable suivie d’une mauvaise année. En moyenne. Bon an, mal an, ce champ donne cinquante quintaux de blé. Quel bon vent vous amène ? Dire la bonne aventure, voir Aventure.
▪ Formules de souhait. Bonne journée ! Bonne fête ! Bon voyage ! Bonne chance ! Souhaiter la bonne année.
▪ Exclam. À la bonne heure ! heureusement, tant mieux ! Il a changé d’avis, à la bonne heure !
5. Qui est complet ; important en nombre, en quantité, en intensité. Souvent avec valeur d’insistance. Nous aurons une bonne récolte. Un bon kilo de cerises, plus d’un kilo de cerises. Faire bon poids, bonne mesure. Manger de bon appétit, de grand appétit. Partir de bon matin, très tôt le matin. Marcher d’un bon pas, d’un pas vif. Aller bon train, rapidement, vite. Il y a cinq bons kilomètres jusqu’à la ville, cinq kilomètres au moins. J’ai attendu trois bonnes heures. Il a une bonne soixantaine d’années. Une bonne partie d’entre nous, une grande partie d’entre nous. Nous sommes bons premiers, bons derniers, largement premiers, largement derniers. Je vous le dis une bonne fois pour toutes.
▪ Par antiphrase. Avoir une bonne grippe, une bonne rage de dents. Avoir besoin d’une bonne leçon et, fam., prendre une bonne raclée. C’est de bonne guerre !
▪ Expr. fam. Y aller bon jeu, bon argent, voir Argent. Adverbialement. Tenir bon, solidement, fermement. Fam. Se quitter pour de bon, pour tout de bon, définitivement.
▪  Prov. Un bon tiens vaut mieux que deux tu l’auras.
6. Interjections ou exclamations prenant acte d’un fait ou d’un propos. Bon ! Ah bon ! Allons bon ! C’est bon ! pour mettre un terme à un entretien. Vous refusez ? C’est bon ! Je m’en souviendrai.

II.

II. En parlant de choses. Qui est de qualité par rapport à certains modèles, à certains principes, à certaines valeurs ; qui fait l’objet d’un jugement favorable.
1. Conforme aux règles, correct. Écrire en bon français. Suivre le bon usage. Faire bon usage de quelque chose. Ce calcul est bon, le compte est bon, exact. En parlant de monnaie. Une pièce de bon aloi, voir Aloi. Ces pièces ne sont plus bonnes, elles n’ont plus cours. Marque de domaine : sports. La balle est bonne, elle est tombée dans les limites du jeu.
▪  Prov. Les bons comptes font les bons amis.
2. Conforme à certains critères esthétiques. Voilà un bon livre. Le style est bon. Il a une bonne plume. Écouter de la bonne musique. Voir de la bonne peinture.
3. Conforme aux exigences communément admises de la raison, de la justice, de la morale. Avoir du bon sens. Avoir bonne conscience. Avoir bon cœur. Faire une bonne action. Être animé de bons sentiments. Défendre une bonne cause. Se consacrer aux bonnes œuvres. Être de bon conseil, de bon jugement. Faire le bon choix. Mener une affaire à bonne fin. Elle est dans son bon droit. Être de bonne foi. Parler à bon escient. Être récompensé de ses bons et loyaux services.
▪ Spécialement. Faire une bonne fin ou avoir une bonne mort, mourir dans le sein de la religion, ou mourir sans souffrir, paisiblement.
4. Qui est conforme aux exigences de la bienséance. Une bonne éducation. De bonnes manières. Il a bonne apparence. Il n’a pas bon esprit, il est contre les idées admises, il a tendance à tout dénigrer. Une femme de bon ton. Un certificat de bonne vie et mœurs. Jouir d’une bonne réputation. Une conversation de bonne compagnie. Une plaisanterie qui n’est pas de bon goût.
▪  Prov. Bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée.
5. Qui répond à une certaine idée de la hiérarchie sociale. Les bonnes familles. La bonne société. Être de bonne bourgeoisie.

III.

III. En parlant des personnes. Qui a les qualités requises pour l’accomplissement d’un métier, d’une tâche, d’une fonction.
1. (Généralement avant le nom.) Qui se distingue, qui excelle dans sa profession, dans ses activités, etc. Un bon administrateur. Un bon écrivain. Un bon médecin. Un bon professeur. Un bon acteur. Une bonne nageuse. De bons, de loyaux serviteurs. Un bon père, une bonne mère, un bon fils. Gérer ses biens en bon père de famille. Se conduire en bon camarade. Un bon ami et, fam., un bon copain. Un bon vivant. Elliptiquement. Mon bon, ma bonne, termes d’amitié et de bienveillance. Un élève bon en latin.
▪ Loc. Bon à, apte à. Un garçon bon à rien et, subst., un bon à rien. Fam. et vieilli. Une fille bonne à marier, en âge d’être mariée. Expr. Être déclaré bon pour le service, apte à remplir les obligations militaires.
▪ Par analogie. En parlant d’un animal. Un bon chien de berger. Un bon cheval de trait. Cette poule est une bonne couveuse.
▪  Prov. À bon maître, bon valet. Bon chien chasse de race, les enfants possèdent en général les qualités de leurs parents. À bon chat, bon rat, la riposte ou l’esquive équivaut à l’attaque.
2. Qui a des qualités de cœur : charité, générosité, humanité, compassion ; qui fait le bien. C’est un homme bon, foncièrement bon. Il n’est ni bon, ni méchant. Elle a toujours été bonne envers les malheureux. Le bon Samaritain. Le bon roi Saint Louis. Subst. Les bons et les méchants.
▪ Spécialement. Fam. Les bonnes sœurs, les religieuses. Les bons pères, les Jésuites. Par antiphrase. Faire le bon apôtre. Comptez sur les bonnes âmes ! Marque de domaine : religion. Clément, miséricordieux. Dieu est bon, est souverainement bon. Fam. Le bon Dieu. Aimer, prier le bon Dieu. S’il plaît au bon Dieu. Employé comme juron, Bon Dieu ! Fam. et méridional. La bonne Mère, la Vierge Marie et, exclam., Bonne Mère !
▪ Par analogie. En parlant d’un animal, docile et affectueux. Son chien est vraiment une bonne bête.
▪ Expr. Il est bon comme le bon pain, comme du bon pain. Vous êtes bien bon de l’écouter. Iron. Je vous trouve bien bon de venir me reprocher ma conduite. Formule de politesse pour demander un service. Vous seriez bien bon de répondre à ma lettre. Voulez-vous être assez bon pour me passer ce livre.
▪ Anciennement. Syn. de brave, au sens de courageux. Jean le Bon. Philippe le Bon.
3. Doux, accommodant ; bienveillant, indulgent. Un homme de bon caractère. Être de bonne humeur. Être de bonne composition. Être plein de bonne volonté. Avoir de bonnes dispositions. Faire bon accueil, bon visage à quelqu’un. Obéir de bonne grâce, docilement et aimablement.
▪ Expr. Être dans les bonnes grâces de quelqu’un, jouir de sa faveur. Il sait se montrer bon prince, il sait se montrer généreux, clément, quand il le faut. Il est bon enfant, de caractère accommodant et d’humeur facile. En apposition. Avoir un ton, un air bon enfant.
4.  Par affaiblissement. Simple, ordinaire ; brave, honnête. Les bonnes gens. Le bon peuple. Le bon roi Dagobert. C’est une bonne personne, un bon garçon, une bonne fille. Une bonne femme, voir Femme. Fam. Un bon bougre, un bon diable, une bonne poire, une bonne pâte d’homme, un personnage sympathique et un peu naïf. Par extension. Il a une bonne tête et, pop., une bonne bille, une tête sympathique, qui inspire confiance.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.