En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

aune

II. AUNE

nom féminin
xie siècle, alne ; xiie siècle, aune. Origine incertaine, probablement germanique.
↪ voir aussi : I. Aune (n. m.)
1. Ancienne mesure de longueur qui équivalait, à Paris, à 1,19 m environ. Mesurer à l’aune. Vendre du drap à l’aune. Une pièce de toile de vingt aunes. Une demi-aune. Par métonymie. Le tissu ainsi mesuré. Acheter trois aunes de dentelle.
2. Règle de bois dont on se servait pour mesurer. La longueur de l’aune variait selon les régions.
3.  Expr. fig. Long, large d’une aune, très long, très large. Un nez d’une aune, d’une longueur démesurée. Faire un nez d’une aune, être désappointé, déconfit. Savoir ce qu’en vaut l’aune, savoir ce que vaut une chose, en avoir l’expérience. Il vous fera de belles promesses, mais vous savez ce qu’en vaut l’aune. Mesurer les autres à son aune, juger autrui par soi-même. Il croit toujours qu’on veut le tromper, il mesure les autres à son aune. Tout du long de l’aune (vieilli), beaucoup, excessivement. On l’a battu, il en a eu, on lui en a donné tout du long de l’aune.
▪  Prov. Au bout de l’aune faut le drap, à force d’user des choses, elles finissent par manquer.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.