En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

bras

8e édition

BRAS.

n. m.
■  Membre du corps humain qui tient à l’épaule. Bras droit. Bras gauche. Bras nerveux. Bras long. La force du bras. Lever, hausser, étendre, plier le bras. Être blessé au bras. Elle portait un enfant sur ses bras, entre ses bras, dans ses bras. Lever un fardeau à bras tendu. Se jeter dans les bras, entre les bras de quelqu’un. Jeter les bras, ses bras au cou de quelqu’un. Un enfant qui tend les bras à sa nourrice. Saisir quelqu’un par le bras.
On le dit proprement, en termes d’Anatomie, de la Portion du bras qui s’étend depuis l’épaule jusqu’au coude ; celle qui va du coude au poignet se nomme Avant-bras.
Donner le bras à une femme, L’accompagner et lui présenter le bras pour qu’elle s’y appuie en marchant. Il se dit également de la Personne qui s’appuie sur le bras de l’autre. Elle donnait le bras à son mari. On dit dans le même sens Elle était au bras de son mari.
Donner, offrir, tendre le bras à quelqu’un, Lui prêter le bras de façon qu’il s’en aide et s’appuie dessus, soit pour se relever, s’il est tombé, soit pour marcher plus facilement. On dit dans un sens analogue Prendre le bras de quelqu’un et S’appuyer sur le bras de quelqu’un en marchant. On dit aussi dans le sens réciproque Se donner le bras, en parlant de Deux personnes dont l’une a le bras passé dans celui de l’autre. Ils marchaient en se donnant le bras.
Fam., Avoir le bras retroussé jusqu’au coude, Avoir ses manches retroussées de manière que le bras soit nu jusqu’au coude.
Être en bras de chemise, se dit d’un Homme qui, pour être plus à l’aise, n’a pas mis ou a retiré habit, veste ou blouse.
Fig. et fam., Avoir les bras rompus, Avoir les bras fatigués par l’excès du travail.
Fig., Ne vivre que de ses bras, Ne vivre que du travail de ses bras.
Fig. et fam., Demeurer les bras croises, Demeurer sans rien faire.
Fig. et fam., Couper bras et jambes à quelqu’un, Lui retrancher beaucoup de ses prétentions, de ce qu’il regarde comme ses droits. Cet arrêt nous a coupé bras et jambes. Il signifie plus ordinairement Ôter à quelqu’un le moyen d’agir, d’arriver à ses fins, de réussir. La perte de son protecteur lui a coupé bras et jambes. Cette disgrâce, ce malheur lui a coupé bras et jambes. Il signifie encore Frapper d’étonnement, de stupeur. Cette nouvelle me coupa bras et jambes. On dit, dans une acception analogue à ce dernier sens, Les bras m’en tombent.
Fig. et fam., Traiter quelqu’un de monsieur, de monseigneur, gros comme le bras, Lui donner ces titres fréquemment et avec emphase.
Fig., Tendre les bras à quelqu’un, L’aider, lui offrir ses secours, son appui ; s’il a des torts, être prêt à les lui pardonner. Je lui ai tendu les bras dans sa disgrâce. On dit quelquefois dans ce sens Ouvrir ses bras à quelqu’un.
Tendre les bras à quelqu’un peut signifier aussi figurément Implorer son secours. On dit également Tendre les bras vers quelqu’un.
Fig., Se jeter dans les bras, entre les bras de quelqu’un, Se mettre sous sa protection, recourir à lui pour en avoir du secours. Se voyant ainsi persécuté, il se jeta entre les bras d’un tel. Se jeter entre les bras de Dieu, dans les bras de sa miséricorde.
Fig., Recevoir quelqu’un à bras ouverts, Le recevoir avec grande joie.
Fig. et fam., Avoir quelqu’un sur les bras, En être chargé ou importuné. Cette pauvre veuve a cinq enfants sur les bras. Que cet homme-là est importun ! je l’ai toujours sur les bras. Fig., Avoir l’ennemi, avoir une armée entière sur les bras, Avoir à se défendre contre l’ennemi, contre une armée entière. Avoir beaucoup d’affaires sur les bras, En être accablé, surchargé.
Fig., Tirer quelqu’un d’entre les bras de la mort, des bras de la mort, Le guérir d’une maladie qui semblait mortelle. Ce médecin m’a tiré des bras de la mort.
Fig. et poétiq., Être dans les bras du sommeil, de Morphée, Dormir.
Fig., Arrêter, retenir le bras à quelqu’un, L’empêcher de punir, de se venger.
Fig. et fam., Si on lui en donne long comme le doigt, il en prend long comme le bras, Il abuse de la liberté, il étend la permission qu’on lui accorde.
Bras signifie par extension la Personne même qui travaille, qui agit ou qui peut travailler, agir. Avoir plusieurs bras à son service. Cette terre exige un grand nombre de bras pour son exploitation. Souvent, après les longues guerres, les bras manquent à l’agriculture. Des bras inutiles. Mille bras se sont armés pour le défendre.
Fig., Être le bras droit de quelqu’un, Être son principal agent en toutes choses.
Par extension, il désigne le Pouvoir, la puissance. Le bras de Dieu. Le bras du Tout-Puissant. Un bras protecteur. Un bras puissant. La puissance de son bras.
Fig., en termes d’Écriture sainte, S’appuyer sur un bras de chair, Mettre sa confiance dans les hommes, au lieu de la mettre en Dieu.
Le bras séculier, La puissance temporelle, par opposition à la puissance ecclésiastique. Implorer le bras séculier. Livrer un ecclésiastique au bras séculier.
Fig. et fam., Avoir le bras long, Avoir un crédit, un pouvoir qui s’étend bien loin.
Il se dit aussi figurément en parlant de la force et du courage guerrier, des exploits militaires. Tout cède à l’effort de son bras. La patrie a besoin de ton bras.
Par analogie, il se dit de Plusieurs autres choses qui ont avec le bras de l’homme un certain rapport de forme ou de destination. Les bras d’une baleine, Ses nageoires. Les bras d’un polype, Ses tentacules. Siège à bras, Siège aux deux côtés duquel il y a de quoi s’appuyer les bras. Fauteuil à bras. Il y a de petites chaises à bras pour les enfants. Les bras d’un fauteuil. Les bras d’une civière, d’un brancard, Les deux bâtons parallèles qui se prolongent à chaque extrémité d’une civière, d’un brancard, et qui servent à le soulever et à le porter. En termes de Marine, Le bras d’un aviron, La partie par laquelle on le tient, on le manie, pour ramer. Les bras d’une vergue, Les manœuvres ou cordages amarrés à l’extrémité d’une vergue pour la gouverner ou la mouvoir selon le vent. En termes d’Arts, Bras de balance, Chaque moitié de la verge transversale qui est posée en équilibre sur le point d’appui et aux deux extrémités de laquelle pendent les bassins de la balance. En termes de Mécanique, Bras de levier, La partie du levier comprise entre le point d’appui et celui auquel est appliquée la puissance ou la résistance. En termes de Géographie, Bras de mer, Partie de la mer qui passe entre deux terres assez proches l’une de l’autre. L’Italie est séparée de la Sicile par un bras de mer.
À force de bras, ou simplement À bras, loc. adv. qui se disent en parlant de Travaux, de transports pour lesquels on n’emploie que la seule force des bras. Ils montèrent le canon à bras, à force de bras. Tirer, traîner, transporter à bras, à force de bras. On dit dans un sens analogue Moulin à bras, civière à bras, charrette à bras.
À tour de bras, loc. adv. De toute sa force. Frapper à tour de bras.
À bras raccourcis, loc. adv. En employant toute sa force. Il tomba sur son adversaire à bras raccourcis. Frapper à bras raccourcis.
À bras-le-corps, loc. adv. Il ne s’emploie guère que dans cette phrase, Saisir, prendre, tenir, porter quelqu’un à bras-le-corps, Le saisir le prendre, le tenir, le porter au moyen du bras ou des deux bras passés autour du corps. Il prit l’enfant à bras-le-corps et, le tenant ainsi, le porta jusqu’à sa mère.
Bras dessus, bras dessous, loc. adv. et fam. En se donnant le bras avec amitié. Ils marchaient bras dessus, bras dessous.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.