En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

braquer

BRAQUER

conjugaison verbe transitif
xvie siècle. Dérivé probable du latin populaire *brachitare, « mettre en mouvement avec les bras », dérivé de brac(c)hium, « bras ».
1. Diriger une arme vers un objectif. Braquer un canon, une mitrailleuse contre l’ennemi. Le voleur braquait un révolver sur la caissière ou contre la caissière. Par analogie. Braquer les yeux, son regard sur quelqu’un, sur un spectacle, le fixer avec attention. Braquer ses jumelles sur la scène, sur le cheval de tête. Fig. et pop. Se braquer sur, être braqué sur, concentrer son attention et sa volonté sur quelque chose. Il est braqué sur ses examens.
2. Amener à une attitude d’hostilité, d’opposition butée, indisposer contre quelqu’un ou quelque chose. Vos maladresses l’ont braqué. Une campagne de presse a braqué l’opinion contre ce projet. Pron. Se braquer, se buter, s’obstiner dans une attitude hostile. Il se braque pour un rien.
3.  Spécialement. Braquer les roues d’une voiture, les orienter pour virer. Par analogie. Braquer les gouvernes d’un avion. Absolument. J’ai dû braquer complètement à droite. Cette voiture braque bien, elle a un petit rayon de braquage.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.