En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

cause

7e édition

CAUSE.

s. f.
■  Ce qui fait qu’une chose est, a lieu, agit. Dieu est la première de toutes les causes, la cause des causes, la souveraine cause, la cause universelle, la cause première. Il y a différents genres de causes. Cause principale. Cause instrumentale. Cause matérielle. Cause formelle. Cause efficiente. Cause physique. Cause morale. Cause occasionnelle. Cause prédisposante. Cause occulte, etc. Enchaînement de causes et d’effets. Il n’y a pas d’effet sans cause. Il y a des effets dont les causes nous sont inconnues. Remonter, aller à la cause. Rechercher, découvrir, reconnaître, indiquer une cause, des causes. À quelle cause attribue-t-on sa maladie ? On n’a point encore déterminé, assigné la véritable cause de ce phénomène. Il ne s’est point trompé sur les causes de cet événement. Causes éloignées. Telles furent les causes qui amenèrent cette révolution.
Causes secondes, Les êtres créés, considérés comme ayant reçu de Dieu, cause première, la faculté de produire des effets. Dieu laisse agir les causes secondes.
Cause finale, Ce qu’on se propose pour but. La gloire de Dieu doit être la cause finale de toutes nos actions. Il se dit plus particulièrement de La fin, du but pour lequel on suppose que chaque chose a été faite, créée. La doctrine des causes finales.
Être cause, Occasionner. Il se dit Des personnes et des choses. Vous êtes cause de mon bonheur. Il fut cause de la perte de tous les siens. Si je n’ai pas fait tout ce que je devais, c’est vous qui en êtes cause. Il est cause que je vous ai parlé. Cet événement est cause de tous les désordres qui sont arrivés. Les affaires qui me sont survenues sont cause que je n’ai pu aller vous voir. On dit quelquefois, avec l’article, Être la cause, dans le même sens d’Occasionner. Elle peut mourir de douleur, et vous en serez la cause. Son humilité fut la cause de sa gloire. Être la cause innocente, involontaire d’un accident, du malheur, de la ruine de quelqu’un, etc.
Cause, signifie aussi, Motif, sujet, occasion, raison. Cause légitime. Juste cause. Il n’a point fait cela sans cause. Il se formalise sans cause. C’est à juste cause, ce n’est pas sans cause qu’il agit de la sorte. Pour quelle cause les a-t-on arrêtés ? Cela vous étonne, je vous en expliquerai les causes.
p. 264Il se dit particulièrement, en Jurisprudence, Du motif pour lequel une personne se détermine à contracter. Il n’y a pas d’obligation valable sans cause. La cause licite d’une obligation. La cause n’a pas besoin d’être exprimée. Cause fausse. Cause illicite.
Parler avec connaissance de cause, agir en connaissance de cause, Parler, agir avec pleine connaissance de ce qu’on dit, de ce qu’on fait.
Fam., Et pour cause, se dit, sans rien ajouter, Quand on ne veut pas s’expliquer sur les motifs qu’on a, ou qu’un autre peut avoir, de faire ou de ne pas faire quelque chose. Je veux faire cela, je ne veux pas faire cela, et pour cause. Il ne le fera pas, et pour cause.
En style de Chancellerie, À ces causes, En considération de ce qui vient d’être exposé.
Cause, se dit encore d’Un procès qui se plaide et qui se juge à l’audience. Mettre une cause au rôle. Faire appeler une cause. Plaider une cause. Personne ne peut être juge dans sa propre cause. Obtenir gain de cause. Gagner sa cause. Perdre sa cause. Prendre le fait et cause. Prendre fait et cause. Cause appelée. Cause remise. Bonne, mauvaise cause. Cause imperdable. Cause douteuse. Cause embrouillée. Causes célèbres. Cause d’apparat. Cause sommaire. En cause d’appel. La cause est en état, Elle est prête à être plaidée. La cause est entendue, Elle est prête à être jugée.
Être en cause, Être partie au procès. Mettre, appeler en cause, Rendre quelqu’un partie au procès. Mettre hors de cause, Déclarer qu’une personne ne doit point être partie au procès. On dit dans un sens analogue, Être hors de cause.
En tout état de cause, Quel que soit l’état du procès. La prescription peut être opposée en tout état de cause. Cette phrase s’emploie aussi quelquefois dans le discours ordinaire.
Fig., Avoir gain de cause, Obtenir l’avantage dans une discussion ; et, dans le sens opposé, Donner gain de cause. Je mis fin à ce débat, en donnant gain de cause à mon adversaire. On dit aussi, Avoir, donner cause gagnée.
Ayant cause. Voyez Ayant.
Fam., Avocat sans cause, Avocat qui n’est point employé.
Cause grasse, Cause que les clercs du palais choisissaient ou inventaient pour plaider entre eux, aux jours gras, et dont le sujet était plaisant.
Cause, signifie, par extension, Intérêt, parti. La cause de Dieu. La cause du prochain. La cause des rois. La cause publique. La cause des pauvres. La cause de l’Église. La cause de l’État. La cause de l’humanité, de la religion, de la vertu, etc. Défendre, soutenir, favoriser la bonne cause. Abandonner une mauvaise cause. Embrasser une cause. Épouser la cause de quelqu’un. Cause désespérée.
Prendre le fait et cause de quelqu’un, et plus ordinairement, Prendre fait et cause pour quelqu’un, Se déclarer pour quelqu’un, prendre son parti, le défendre.
Faire cause commune avec quelqu’un, Unir ses intérêts aux siens, se liguer avec lui. Je ferai cause commune avec vous. Faisons cause commune.
À cause de. loc. prépositive. Pour l’amour de, en considération de. À cause de lui. À cause de cela.
À cause que. loc. conjonctive. Parce que. Il fut mis en jugement à cause qu’il conspirait contre le prince. Je vous cède le pas à cause que vous êtes mon aîné.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.