relais

I. RELAIS

nom masculin
Étymologie : xiiie siècle. Déverbal de l’ancien français relayer, « abandonner, laisser en arrière », avec influence de l’ancien français relais, « délai, rémission », lui-même déverbal de relaisser.
↪ voir aussi : II. Relais (n. m.)
1.  Marque de domaine : vènerie. Groupe de chevaux ou meute de chiens qu’on poste sur le parcours d’une chasse et qui sont destinés à remplacer ceux qui ont commencé la poursuite. Un cheval de relais. Relais de chiens. Donner un relais, lancer une meute de remplacement après la bête que l’on court. Relais volant, groupe de chiens qui, mené par un homme à cheval ou à pied, suit la chasse pour aider la meute en cas de besoin.
2.  Désignait autrefois un ou plusieurs chevaux frais, de selle ou d’attelage, que l’on tenait disponibles de distance en distance le long des routes, pour remplacer ceux qui avaient servi jusque-là. Trouver des relais, des chevaux de relais de quatre lieues en quatre lieues.
▪  Par métonymie. Établissement où l’on trouvait ces chevaux, et qui faisait souvent office d’auberge. Relais de poste, de coche. Ils dînèrent au troisième relais. Désigne encore certains établissements hôteliers. Un relais de campagne. Un relais routier.
3.  Ensemble de personnes qui en relaient d’autres dans l’accomplissement d’un travail, d’une tâche ; succession des moyens qu’on emploie pour mener à bien une entreprise. Un relais de messagers, de courriers. Ces équipes travaillent en relais, par relais. Des camions ont, par relais, convoyé les marchandises. Spécialement. Marque de domaine : sports. Course de relais ou, elliptiquement, relais, course se disputant sur une distance généralement divisée en quatre portions égales, parcourues chacune par un membre différent des équipes en compétition. La course de relais est une discipline olympique en athlétisme, en natation et en ski nordique. Courir le relais 4 × 100 mètres. Expr. fig. Passer le relais, céder la place à son coéquipier dans ce type de course et, par extension, transmettre la charge d’une affaire à quelqu’un d’autre. Prendre le relais, remplacer quelqu’un dans ce qu’il fait ; succéder à quelque chose dans un processus. Quand vous serez fatigué de conduire, je prendrai le relais.
▪  Par analogie. Marque de domaine : banque. En apposition. Crédit relais, prêt relais, accordé à un client, dans l’attente de fonds provenant, le plus souvent, de la vente d’un bien immobilier, pour contribuer au financement d’une nouvelle acquisition.
4.  Marque de domaine : technique. Mécanisme, dispositif qui transmet de l’énergie ou des signaux provenant d’une source émettrice vers un ou plusieurs récepteurs, pour déclencher une réaction, communiquer des informations, etc. Un relais électrique, électronique. Des relais électromécaniques permettent notamment d’ouvrir et fermer un circuit et de provoquer des commutations. Relais hertzien, dispositif qui capte et retransmet des ondes hertziennes. Installer des relais de télévision, de téléphonie. En apposition. Station relais. Satellite relais, antenne relais.
5.  Par analogie. Personne qui joue un rôle d’intermédiaire ; moyen permettant de transmettre des informations, d’établir des relations. Il s’est fait le relais de l’opinion publique auprès du ministre. La télévision sert de relais aux thèses du gouvernement. Cet organisme servira de relais entre les deux institutions.
Orthographe
◇ Peut s'écrire relai, selon les rectifications orthographiques de 1990.
[règle §7] Anomalies.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.