En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

occupation

OCCUPATION

nom féminin
xiie siècle. Emprunté du latin occupatio, de même sens.
1.  Ce à quoi on est occupé ; activité à laquelle on se consacre. Occupation sérieuse, agréable. Une saine occupation. Avoir de l’occupation. Être sans occupation. Au pluriel, pour désigner l’ensemble des activités auxquelles on s’adonne ordinairement. Avoir de nombreuses occupations, des occupations diverses. Être pris par ses occupations. Vaquer à ses occupations.
▪  Expr. fam. Donner de l’occupation à quelqu’un, lui donner beaucoup à faire et, fig., lui susciter de l’embarras, lui créer des soucis.
2.  Action d’occuper un lieu, de s’y installer. L’occupation d’un logement, d’un local commercial. Occupation sans droit ni titre.
▪  administration. Plan d’occupation des sols, ensemble des règles et des servitudes fixées par les services d’urbanisme, qui déterminent l’utilisation des diverses parties du territoire d’une commune.
3.  Action de s’emparer, de se rendre maître d’une ville, d’un territoire, d’un pays, d’en prendre possession militairement. Armée, troupes d’occupation. L’occupation de la France par les armées allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale. Par métonymie, avec une majuscule. L’Occupation, la période durant laquelle, de 1940 à 1944, la France fut partiellement, puis entièrement occupée. Sous l’Occupation, pendant l’Occupation.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.