En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d’un témoin de connexion (cookie), afin de réaliser des statistiques de visites et de personnaliser votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici.

J’accepte Je refuse

PARTAGER

Vous pouvez copier le lien suivant
dans le presse-papiers :

Il vous permet de créer un lien hypertexte vers cet article du Dictionnaire.

Consultez les conditions d’utilisation pour en savoir plus.

Termes, abréviations et symboles

Logo Académie Française

 : ce mot correspond à plusieurs entrées :

mépris

MÉPRIS

nom masculin
xiiie siècle, au sens de « prix inférieur à la valeur réelle ». Déverbal de mépriser.
■  Sentiment par lequel on juge une personne ou une chose indigne d’estime, d’égards, d’attention. Concevoir, avoir du mépris pour quelqu’un. Il l’a traité avec le dernier mépris. Témoigner du mépris à quelqu’un. Chacun le tient en mépris. Sa conduite n’inspire qu’un profond mépris. Un geste, un regard de mépris.
▪  Par métonymie. Au pluriel. Paroles ou actes par lesquels on exprime ce sentiment. Les mépris que j’ai essuyés de votre part. Un tel homme est au-dessus des mépris de la foule.
▪  Par extension. Indifférence qu’on éprouve à l’égard d’une chose, sentiment par lequel on s’élève au-dessus de l’amour ou de la crainte qu’elle inspire généralement. Le mépris de la mort. Le mépris des richesses, des grandeurs, des honneurs. Le mépris des offenses. Loc. prép. Au mépris de, sans avoir égard à, sans tenir compte de. Il a fait cela au mépris des lois, des traités, de la foi jurée. S’élancer au mépris du danger. Agir au mépris du bon sens, au mépris des convenances.
  Titre célèbre : Le Temps du mépris, d’André Malraux (1936).
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.