faute

FAUTE

nom féminin
Étymologie : xiie siècle. Issu du latin populaire *fallita, « action de faillir, manque », féminin substantivé de fallitus, altération du latin classique falsus, « faux, falsifié ».

I.

I. Class.
Manque. Il y eut faute de blé cette année-là. Il y avait faute d’argent. Vous n’aurez pas faute de gens qui vous le demanderont. Il n’est pas venu, il nous a fait faute. Ses amis lui ont fait faute. Le livre que je vous ai prêté m’a fait faute.
▪ Aujourd'hui. Dans l’expression Ne pas se faire faute de, ne pas s’abstenir de. Il ne s’est pas fait faute de dire ce qu’il pensait.
▪ Loc. prép. Faute de, par manque de. Faute d’argent, il n’a pu réaliser son rêve. Faute d’héritiers, la succession est revenue au domaine public. Faute de temps, je n’ai pu vous écrire. Il a été acquitté, faute de preuves. S’il en est là, ce n’est pourtant pas faute d’avoir été prévenu. Expr. Faute de mieux, à défaut d’une meilleure solution. J’ai choisi ce tissu, faute de mieux. Prov. Faute de grives, on mange des merles, voir Grive.
▪ Loc. adv. Sans faute, immanquablement, sans faillir. Il sera là demain, sans faute. Appelez-nous sans faute dès votre retour.

II.

II. Manquement.
1. Manquement à un devoir, à une règle morale ; mauvaise action, péché. Commettre une faute. Faute grave, légère, vénielle. Être puni pour une faute. Avouer, reconnaître, confesser sa faute, ses fautes. Rougir, se repentir d’une faute. Réparer, expier sa faute, ses fautes.
▪  Prov. Faute avouée est à demi pardonnée.
2. Manquement à une règle professionnelle, à une obligation légale ou contractuelle, etc. Faute professionnelle. Faute de service. Faute personnelle. Faute délictuelle, voir Délictuel.
3. Dans le domaine des activités intellectuelles, artistiques, etc. Manquement à une règle ou aux règles, à un principe ou aux principes. Faute de langue, de grammaire, d’orthographe. Faute de français. Faute de frappe, d’impression. Un texte sans faute. Faute de perspective, d’harmonie. Par extension. Faute de jugement. Faute de goût. Le choix de cette couleur est une faute de goût.
▪ Spécialement. Marque de domaine : sports. Cette équipe a accumulé les fautes, les manquements aux règles. L’arbitre n’a pas signalé la faute. Parcours sans faute, dans un concours hippique, se dit lorsqu’un cheval n’a refusé ou renversé aucun obstacle du parcours et, fig., se dit d’une action, d’une entreprise, d’une carrière heureusement conduite. Faute ! au tennis, se dit pour signaler que la balle est retombée hors des limites du terrain, du rectangle de service. Double faute, se dit lorsque le serveur a placé deux services consécutifs hors des limites ou dans le filet. Faute de pied, lorsque le serveur a franchi la limite autorisée.
4. Manquement à la prudence ; maladresse, bévue. Cette décision hâtive fut une faute, fut la première de ses fautes. Votre seule faute a été de lui accorder votre confiance.
5. Responsabilité de quelqu’un dans un manquement, une erreur, une bévue, etc. Tout cela est arrivé par votre faute. Rejeter, faire retomber la faute sur quelqu’un. C’est notre faute, ma faute, de ma faute. Il y va entièrement de ma faute. À qui la faute ? Est-ce ma faute ? Iron. et fam. Ce n’est pas sa faute s’il a réussi, il n’y est pour rien.
6.  Loc. adj. En faute, en train de commettre une mauvaise action, d’enfreindre une consigne, un ordre, un règlement. Il a été pris en faute. Il était en faute en doublant à droite. Se sentir en faute, se sentir coupable.
 Titre célèbre : La Faute de l’abbé Mouret, d’Émile Zola (1875).
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.