étourdir

ÉTOURDIR

conjugaison verbe transitif
Étymologie : xiie siècle, esturdir, estourdir. Issu soit du latin populaire *exturdire, « agir follement, avoir le cerveau étourdi (comme une grive ivre de raisin) », du latin classique turdus, « grive », soit du gallo-roman *extorpidire, du latin torpidus, « engourdi ».
1. Frapper soudainement d’un trouble qui suspend les fonctions des sens, de l’esprit. Il lui donna sur la tête un coup de bâton qui l’étourdit. Il tomba tout étourdi du coup. Étourdi de vitesse, de bruit, de chaleur, ou étourdi par la vitesse, par le bruit, par la chaleur.
▪ Par exagération. Importuner par le bruit, lasser par des propos réitérés ou sans intérêt. Vous m’étourdissez par votre bavardage. Ces enfants nous étourdissent. Il m’a étourdi la tête de ses réclamations. Cessez de m’étourdir les oreilles avec vos plaintes.
▪ Fig. Frapper de stupeur. Cette défaite, ce coup imprévu les a étourdis. Ils sont tout étourdis par cette fâcheuse nouvelle.
2. Rendre légèrement ivre, griser. Il suffit d’un verre de vin pour l’étourdir. Absolument. Certains parfums capiteux étourdissent.
3.  Vieilli. Calmer, endormir une souffrance physique ou morale. Étourdir sa douleur. Il voyage beaucoup pour étourdir son chagrin.
4.  Pron. S’étourdir, se distraire d’une souffrance morale, d’un souci, s’empêcher d’y penser par une recherche de joies factices, par une activité fébrile ou vaine. Depuis le drame qu’il a vécu, il a besoin de s’étourdir. Chercher à s’étourdir.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.