douter

DOUTER

conjugaison verbe intransitif, transitif et pronom
Étymologie : xie siècle, au sens de « craindre ». Du latin dubitare, « douter, hésiter » puis « craindre ».

I.

I. Verbe intransitif.
1. Être dans l’incertitude, n’être pas sûr de l’existence ou de la valeur d’une chose, de la vérité d’une proposition. Douter de l’authenticité d’un manuscrit. Douter du succès d’une entreprise. Douter de sa vocation, de son amour. Douter de l’évidence même. Douter de tout. J’en doute. Ne pas douter de, être certain de. Je ne doute pas de votre compétence. N’en doutez pas, soyez-en sûr. Il vous soutiendra, n’en doutez pas. N’en doutez pas un seul instant ! Douter de, suivi de l’infinitif. Je doute d’avoir ainsi parlé. Je doute de pouvoir venir. Vieilli et litt. Hésiter à. Douteriez-vous d’intervenir en faveur de votre parent ?
▪ Expr. Ne douter de rien, être trop hardi, trop sûr de soi, aller de l’avant sans tenir compte des difficultés. À n’en pas douter, de façon certaine, à coup sûr. Il viendra, à n’en pas douter.
2. Être dans l’incertitude à l’égard des qualités, du comportement de quelqu’un ; éprouver à l’égard de quelqu’un de la méfiance, des soupçons. Douter du zèle, de la probité, de la valeur de quelqu’un. Douter d’un témoignage. Douter d’un ami. Doutez-vous de lui ? Douter de soi, n’être pas sûr de ses sentiments, de ses capacités. Il doute de lui en dépit de ses dons.
3.  Absolument. Être dans le doute, s’interroger, suspendre son jugement entre deux ou plusieurs propositions. Apprendre, enseigner à douter. Avoir des raisons de douter. Il ne sait que douter. Il doute perpétuellement. Marque de domaine : philosophie. Mettre en doute, contester la vérité d’une proposition ou la réalité d’une chose. En philosophie, c’est avoir fait un grand pas que d’avoir appris à douter. – Marque de domaine : religion. Être dans l’incertitude sur l’existence de Dieu ; ne pas être assuré dans la foi. Croire et douter tour à tour. Croire dans son cœur, douter dans son esprit. Après avoir longtemps douté, il mourut dans la foi.
▪ Class. Hésiter, balancer. Il a longtemps douté avant de tenter cette entreprise.

II.

II. Verbe transitif.
Avec une proposition complétive. N’être pas sûr de la vérité d’une proposition, être dans l’incertitude à son sujet. Avec ou sans ne explétif, dans la proposition subordonnée lorsque le verbe est au subjonctif. Je doute que cela soit. Je ne doute pas qu’il vienne, qu’il ne vienne bientôt. Doutez-vous que je vienne ce soir, que je ne vienne ? Doutez-vous que je viendrai demain, que je viendrais si j’en avais la possibilité ? Je ne doute pas qu’il viendra demain, qu’il viendrait s’il pouvait. Je ne doutais pas qu’il ne tînt parole, qu’il tiendrait parole, qu’il aurait tenu parole s’il avait pu. Avec une interrogation indirecte. Se demander si. Je doute si je pourrai tenir mes engagements.

III.

III. Verbe pronominal.
Conjecturer, soupçonner, avoir l’idée, le pressentiment d’une chose. Je me doute de sa malhonnêteté. Ils se sont doutés de notre connivence. Pouvais-je m’en douter ? J’aurais dû m’en douter. Vous ne m’apprenez rien, je m’en doutais. Ils s’en sont toujours doutés. Il ne se doutait pas de ce complot. Elle ne s’est doutée de rien. Je m’en doute ! évidemment, je le sais bien, j’en suis sûr ! Se douter que, suivi d’une proposition complétive. Il a l’air de se douter qu’on lui ment. Il aurait pu se douter que je l’entendais. Il se doutait bien qu’on en viendrait là. Il ne se doutait pas qu’on eût, qu’on avait des preuves contre lui.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.