doigt

DOIGT

Prononciation : (g et t ne se prononcent pas) nom masculin
Étymologie : xiie siècle, dei, doi. Du latin populaire *ditus (digitus, en latin classique), « doigt de la main, du pied ».
1. Chacun des cinq prolongements articulés qui terminent les quatre membres de l’homme. Les articulations, les jointures, les phalanges, les ongles des doigts. Des doigts menus, longs, effilés. Les cinq doigts de la main sont le pouce, l’index, le majeur ou médius, l’annulaire, l’auriculaire ou petit doigt. Le pouce est opposable aux autres doigts. Compter sur ses doigts. Faire craquer ses doigts. Les doigts du pied, ou doigts de pied, sont également appelés orteils.
▪ Par métonymie. Doigt de gant, partie du gant où l’on fait entrer un doigt.
▪ Par analogie. Chacun des prolongements articulés qui terminent les membres de certains animaux. Les doigts d’un singe. Les doigts de la chauve-souris sont unis par une membrane.
▪ Marque de domaine : technique. Pièce dont la forme rappelle celle d’un doigt et qui sert de butoir ou de poussoir. Un doigt d’arrêt, d’entraînement.
▪ Expr. fam. Donner sur les doigts à quelqu’un, le châtier. Avoir, recevoir sur les doigts, en avoir sur les doigts, recevoir une punition, un châtiment. Se faire taper sur les doigts, être puni ou blâmé pour l’erreur ou la faute que l’on a commise. Se mettre et, pop., se fourrer le doigt dans l’œil, se tromper grossièrement. On peut les compter sur les doigts, sur les doigts de la main, ils sont très peu nombreux. Être comme les doigts, les deux doigts de la main, être très unis. Avoir la bague au doigt, être marié. Il lui a passé la bague au doigt, il l’a épousée.
2.  Le doigt, considéré comme organe du toucher. Effleurer de ses doigts les cheveux d’un enfant. Caresser du doigt. Toucher du doigt quelque chose.
▪ Expr. fig. Toucher du doigt, reconnaître clairement. Je vous ai fait toucher du doigt la difficulté, j’ai attiré votre attention sur elle. Mettre le doigt sur la plaie, toucher au point sensible. Mettre le doigt dans l’engrenage, se laisser prendre dans un enchaînement de circonstances dont on ne peut plus se dégager. Prov. Entre l’arbre et l’écorce il ne faut pas mettre le doigt, voir Arbre.
3.  Le doigt, considéré comme organe de l’action, du travail. Ne savoir rien faire de ses doigts, de ses dix doigts, être inapte à toute besogne. Avoir quelque chose dans les doigts, être très habile de ses mains.
▪ Expr. fig. Avoir des doigts de fée, savoir exécuter des ouvrages manuels particulièrement délicats. Avoir de l’esprit au bout des doigts, avoir de l’esprit jusqu’au bout des doigts, avoir beaucoup d’esprit. Savoir, connaître une chose sur le bout du doigt, sur le bout des doigts, la savoir par cœur, la connaître parfaitement. Faire quelque chose les doigts dans le nez (pop.), sans avoir l’air d’y toucher, très facilement. Ne rien faire de ses dix doigts, être désœuvré. Ne pas remuer le petit doigt, ne rien faire pour aider quelqu’un. Avoir les doigts qui démangent, être impatient d’agir et notamment d’écrire. Spécialement. Le doigt de Dieu, se dit de ce qui est ou paraît être une intervention divine. Chacun a vu dans cet évènement le doigt de Dieu.
4.  Le doigt, considéré comme organe de la préhension. Presser, serrer entre ses doigts. Tenir un papillon entre deux doigts. Pétrir avec ses doigts. Manger avec les doigts, sans cuiller ni fourchette.
▪ Expr. fig. Mettre et, pop., fourrer ses doigts partout, toucher à tout, se mêler de tout. Y mettre les quatre doigts et le pouce (vieilli), se tenir mal à table et, par analogie, agir sans ménagement, sans délicatesse. S’en lécher les doigts (fam.), trouver très bon ce que l’on mange. Avoir les doigts crochus, être très avide, très avare. Glisser entre les doigts de quelqu’un, lui échapper habilement. S’en mordre les doigts, se repentir de quelque chose. Vous avez trop de confiance en lui, vous pourriez bien un jour vous en mordre les doigts. L’argent lui brûle les doigts, il dépense aussitôt tout ce qu’il reçoit, tout ce qu’il gagne.
5.  Le doigt, considéré comme moyen de désigner, d’indiquer, de commander. Indiquer du doigt, montrer la direction, l’objet dont on parle. Claquer du doigt, des doigts, pour donner le signal d’une action. Il appelle son chien en claquant des doigts.
▪ Expr. Montrer quelqu’un du doigt, le blâmer, s’en moquer en public ou, parfois, le dénoncer. Lever le doigt, en signe d’approbation ou pour demander la parole. Mettre son doigt sur ses lèvres, demander, imposer le silence, ou manifester l’obligation du secret. Obéir, se faire obéir au doigt et à l’œil, aveuglément, au moindre signe. Avoir le petit doigt sur la couture du pantalon, être dans la position du garde-à-vous et, fig., fam. et iron., se tenir prêt à obéir aux ordres ; marquer un empressement appuyé ou excessif. En parlant à un enfant. Mon petit doigt me l’a dit, je sais ce que tu veux me cacher.
6.  Par analogie. Mesure approximative correspondant à l’épaisseur d’un doigt. Un doigt, une petite quantité. Boire un doigt de porto. Une robe trop longue de deux doigts. Une pierre est passée à deux doigts de sa tête, tout près. Expr. Être à deux doigts de sa ruine, de sa perte, de la mort. Faire un doigt de cour à une femme, lui faire une cour discrète.
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.