barbare

BARBARE

adjectif
Étymologie : xive siècle. Emprunté du latin barbarus, « étranger » et, au figuré, « rude, inculte, grossier ».
1.  Marque de domaine : Antiquité. Qui est étranger au monde grec ou gréco-romain, à sa civilisation. Un peuple barbare, une langue barbare. Les invasions barbares. Subst. Les Barbares de l’Europe du Nord, de l’Asie. Arrêter les incursions des Barbares.
▪ Par analogie. Anciennement. Qui est étranger à la chrétienté, à la civilisation chrétienne. Évangéliser des peuples barbares.
2. Qui a des mœurs rudes et grossières, qui est peu civilisé, peu policé. Une peuplade barbare. Des êtres frustes et barbares. Par métonymie. Des mœurs barbares, des superstitions barbares. Subst. C’est un barbare, un homme d’une ignorance grossière, incapable d’apprécier les richesses de la civilisation.
3. Qui n’est pas conforme aux normes esthétiques en vigueur ; qui heurte l’usage, le goût. Une architecture barbare. Un style barbare. Cette manière de parler est barbare, heurte les règles de la grammaire. Des termes barbares, qui ne sont pas conformes à la pratique usuelle de la langue.
4. Cruel, inhumain ; qui montre une impitoyable férocité. Un conquérant barbare. Des soldats barbares. Par métonymie. Une coutume barbare. Un spectacle barbare. Subst. N’attendez d’eux aucune pitié, ce sont des barbares.
 Titre célèbre : Sous l’œil des Barbares, de Maurice Barrès (1888).
Vous pouvez cliquer sur n’importe quel mot pour naviguer dans le dictionnaire.